"Retourne à tes conneries vaudoues, petit âne", aurait notamment lancé en anglais Ibrahimovic, avec un air de défi, en direction de son ex-coéquipier de Manchester United, selon des reconstructions concordantes du dialogue.

Ces termes peuvent à la fois être interprétés comme une référence aux origines congolaises de l'international belge et comme un rappel à un épisode remontant aux années de Lukaku en Angleterre, selon la presse italienne.

Un dirigeant d'Everton avait affirmé en janvier 2018 que Lukaku avait refusé de prolonger avec le club à cause d'un message vaudou. Une affirmation démentie avec véhémence par le Belge, parti à Manchester United l'été précédent, en 2017. Lukaku avait fait savoir à la BBC, par un de ses représentants, que sa décision n'avait rien à voir avec de telles croyances et que lui-même était catholique.

L'altercation entre les deux attaquants vedette a eu lieu juste avant la mi-temps du quart de finale de Coupe d'Italie entre l'Inter et Milan (2-1) mardi soir à San Siro.

Les deux joueurs se sont retrouvés front contre front et ont reçu chacun un avertissement. Les échanges d'insultes, avec un Lukaku totalement hors de lui, se sont poursuivis sur le chemin des vestiaires, quand l'arbitre a sifflé la pause.

Ibrahimovic, auteur du but d'ouverture en première période, a été exclu en seconde période pour un deuxième avertissement. Lukaku a ensuite égalisé sur penalty avant qu'Eriksen n'offre la victoire à l'Inter dans les arrêts de jeu.

"Le terrain est un ring", abonde la Gazzetta dello Sport qui évoque des "insultes racistes". Selon le quotidien sportif milanais, Ibrahimovic s'est excusé auprès de ses partenaires pour son exclusion, mais a assuré ne pas avoir utilisé de termes racistes à l'encontre de Lukaku.

"Retourne à tes conneries vaudoues, petit âne", aurait notamment lancé en anglais Ibrahimovic, avec un air de défi, en direction de son ex-coéquipier de Manchester United, selon des reconstructions concordantes du dialogue. Ces termes peuvent à la fois être interprétés comme une référence aux origines congolaises de l'international belge et comme un rappel à un épisode remontant aux années de Lukaku en Angleterre, selon la presse italienne. Un dirigeant d'Everton avait affirmé en janvier 2018 que Lukaku avait refusé de prolonger avec le club à cause d'un message vaudou. Une affirmation démentie avec véhémence par le Belge, parti à Manchester United l'été précédent, en 2017. Lukaku avait fait savoir à la BBC, par un de ses représentants, que sa décision n'avait rien à voir avec de telles croyances et que lui-même était catholique. L'altercation entre les deux attaquants vedette a eu lieu juste avant la mi-temps du quart de finale de Coupe d'Italie entre l'Inter et Milan (2-1) mardi soir à San Siro. Les deux joueurs se sont retrouvés front contre front et ont reçu chacun un avertissement. Les échanges d'insultes, avec un Lukaku totalement hors de lui, se sont poursuivis sur le chemin des vestiaires, quand l'arbitre a sifflé la pause. Ibrahimovic, auteur du but d'ouverture en première période, a été exclu en seconde période pour un deuxième avertissement. Lukaku a ensuite égalisé sur penalty avant qu'Eriksen n'offre la victoire à l'Inter dans les arrêts de jeu. "Le terrain est un ring", abonde la Gazzetta dello Sport qui évoque des "insultes racistes". Selon le quotidien sportif milanais, Ibrahimovic s'est excusé auprès de ses partenaires pour son exclusion, mais a assuré ne pas avoir utilisé de termes racistes à l'encontre de Lukaku.