En 2012, à Cardiff, Wilmots entamait sa campagne de qualification pour le Brésil. Il avait opté pour Mirallas en pointe, Gareth Bale avait joué sur le flanc droit dans les parages de Vertonghen, Collins avait été exclu en première mi-temps suite à un tacle sur Gillet et Kompany avait marqué sur coup de coin juste avant le repos tandis que Vertonghen avait doublé le score en fin de match d'un tir lointain. Le Pays de Galles n'avait été dangereux que sur un coup franc de Bale.

En 2013, le match Belgique - Pays de Galles clôturait la campagne de qualification pour le Brésil. Les Gallois étaient privés de Bale, les Diables avaient fêté la qualification en Croatie et étaient moins concentrés. Hazard et Vertonghen avaient entamé la rencontre sur le banc tandis que Fellaini était suspendu. De Bruyne, en pétard avec Mourinho à Chelsea, s'était vu accorder une chance en dix et avait marqué. La Belgique avait manqué de nombreuses occasions et Ramsey avait égalisé en fin de match. Bakkali, qui a désormais complètement disparu de la circulation mais dont on parlait beaucoup à l'époque, était entré au jeu.

En 2014, la rencontre Belgique - Pays de Galles était la troisième du calendrier de qualification pour cet EURO. Les Belges avaient quatre points sur six (victoire à domicile contre Andorre et nul en Bosnie) mais on attendait beaucoup d'eux. Ils allaient toutefois se heurter à des Gallois très défensifs. Origi, auteur d'une bonne Coupe du monde, était titularisé en pointe. En théorie, Hazard jouait à gauche et De Bruyne en dix mais, à l'époque, les deux joueurs se marchaient encore sur les pieds car Hazard rentrait beaucoup dans le jeu. Les Diables avaient balancé beaucoup de longs ballons vers Fellaini et Benteke et il avait fallu un très bon Thibaut Courtois pour annihiler trois occasions galloises (deux fois Bale et une fois Robson-Kanu).

En juin 2015, le match au Pays de Galles était programmé au terme d'une saison euphorique et après une victoire contre la France à Paris à un an de l'EURO (1-4 après une heure). Cinq jours plus tard, une erreur de Nainggolan rappelait tout le monde à la réalité. Le Ninja avait voulu donner en retrait de la tête à Courtois mais Bale avait intercepté le ballon et marqué puis les Gallois avaient fermé la porte. Les Diables Rouges évoluaient avec Denayer dans l'axe aux côtés de Kompany. Selon Wilmots, qui flirtait alors avec Schalke, l'absence de Fellaini leur avait porté préjudice. Après le repos, Lukaku était monté au jeu aux côtés de Benteke et les Belges avaient fait le jeu mais ils n'avaient pu transformer leurs occasions (1-0).

Par Peter T'Kint et Thomas Bricmont

En 2012, à Cardiff, Wilmots entamait sa campagne de qualification pour le Brésil. Il avait opté pour Mirallas en pointe, Gareth Bale avait joué sur le flanc droit dans les parages de Vertonghen, Collins avait été exclu en première mi-temps suite à un tacle sur Gillet et Kompany avait marqué sur coup de coin juste avant le repos tandis que Vertonghen avait doublé le score en fin de match d'un tir lointain. Le Pays de Galles n'avait été dangereux que sur un coup franc de Bale. En 2013, le match Belgique - Pays de Galles clôturait la campagne de qualification pour le Brésil. Les Gallois étaient privés de Bale, les Diables avaient fêté la qualification en Croatie et étaient moins concentrés. Hazard et Vertonghen avaient entamé la rencontre sur le banc tandis que Fellaini était suspendu. De Bruyne, en pétard avec Mourinho à Chelsea, s'était vu accorder une chance en dix et avait marqué. La Belgique avait manqué de nombreuses occasions et Ramsey avait égalisé en fin de match. Bakkali, qui a désormais complètement disparu de la circulation mais dont on parlait beaucoup à l'époque, était entré au jeu. En 2014, la rencontre Belgique - Pays de Galles était la troisième du calendrier de qualification pour cet EURO. Les Belges avaient quatre points sur six (victoire à domicile contre Andorre et nul en Bosnie) mais on attendait beaucoup d'eux. Ils allaient toutefois se heurter à des Gallois très défensifs. Origi, auteur d'une bonne Coupe du monde, était titularisé en pointe. En théorie, Hazard jouait à gauche et De Bruyne en dix mais, à l'époque, les deux joueurs se marchaient encore sur les pieds car Hazard rentrait beaucoup dans le jeu. Les Diables avaient balancé beaucoup de longs ballons vers Fellaini et Benteke et il avait fallu un très bon Thibaut Courtois pour annihiler trois occasions galloises (deux fois Bale et une fois Robson-Kanu). En juin 2015, le match au Pays de Galles était programmé au terme d'une saison euphorique et après une victoire contre la France à Paris à un an de l'EURO (1-4 après une heure). Cinq jours plus tard, une erreur de Nainggolan rappelait tout le monde à la réalité. Le Ninja avait voulu donner en retrait de la tête à Courtois mais Bale avait intercepté le ballon et marqué puis les Gallois avaient fermé la porte. Les Diables Rouges évoluaient avec Denayer dans l'axe aux côtés de Kompany. Selon Wilmots, qui flirtait alors avec Schalke, l'absence de Fellaini leur avait porté préjudice. Après le repos, Lukaku était monté au jeu aux côtés de Benteke et les Belges avaient fait le jeu mais ils n'avaient pu transformer leurs occasions (1-0). Par Peter T'Kint et Thomas Bricmont