"Pour le moment, l'Algérie est plus impressionnante que nous", a estimé samedi le sélectionneur du Nigeria Gernot Rohr, avant la demi-finale de la CAN-2019, programmée dimanche (21h/19h GMT) au Caire.

"On a concédé cinq buts, l'Algérie un seul. On en a marqué sept, ils en ont inscrit dix. Sur le tableau d'affichage pour le moment, ils sont plus impressionnants que nous !", a déclaré l'entraîneur franco-allemand des "Super Eagles", lors de la conférence de presse d'avant-match.

Le vainqueur de la CAN-2013 possède-t-il les qualités pour mettre fin à la belle aventure des "Fennecs", certes impressionnants dans le jeu depuis le début de la compétition mais absents du dernier carré depuis 2010 et inexpérimentés à ce niveau ?

"En tant qu'entraîneur, on est toujours optimiste. On connait les qualité de l'adversaire mais on sait aussi qu'on a eu une bonne équipe. Si on arrive à jouer comme les deux derniers matches (succès 3-2 contre le Cameroun et 2-1 contre l'Afrique du Sud, NDLR), on peut raisonnablement espérer être vainqueurs. Mais vu la qualité de l'adversaire, on se doit d'être méfiants, prudents et bien se préparer", a prévenu Gernot Rohr.

Surtout que depuis l'arrivée de Djamel Belmadi sur le banc algérien, les "Fennecs" n'ont plus rien avoir avec l'équipe balayée par sa formation lors des éliminatoires du Mondial-2018.

"On les avait vu fragiles à l'époque (victoire 3-1 en novembre 2016, NDLR), ils avaient fait beaucoup de fautes individuelles, défensives, qui nous avaient facilité la victoire", se rappelle le coach du Nigeria.

"Là je vois une équipe solide, qui a un bon équilibre entre l'attaque et la défense, toujours très physique et qui a progressé tactiquement. Donc cela va être beaucoup plus difficile que les matches que nous avions eus lors des éliminatoires", a-t-il ajouté.

Le jour de récupération en plus, que compte son équipe par rapport à son adversaire, aura-t-il un impact sur le résultat ?

"Cela pourrait être un avantage théoriquement, mais pratiquement je ne le crois pas. On avait eu deux jours de plus de récupération que Madagascar (en poules) et on avait perdu (2-0)", rappelle Gernot Rohr.

"Toutes les équipes sont bien préparées athlétiquement, capables de récupérer vite. La fatigue est vite éliminée après l'enthousiasme d'une qualification", a-t-il ajouté.