Six hommes et une femme, âgés de 25 à 29 ans, avaient été interpellés jeudi par la Brigade de répression du banditisme (BRB) à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans les Hauts-de-Seine, selon une source proche de l'enquête. L'un d'entre eux était déjà incarcéré.

Ils ont été mis en examen lundi, notamment pour "vols en bande organisée" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime", selon la source judiciaire. Six d'entre eux ont été placés en détention provisoire, tandis que le septième est ressorti libre sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

Ils sont soupçonnés en tout de cinq cambriolages "dans les beaux quartiers" de la capitale. Le dernier en date remonte à la nuit du 20 au 21 août. Un membre de la famille royale saoudienne, absent de son appartement du VIe arrondissement, s'est vu dérober des bijoux et des montres de luxe pour un montant estimé à 1,8 million d'euros.

Les enquêteurs de la BRB les soupçonnent aussi d'un cambriolage dans la même rue quelques jours plus tôt. L'équipe serait aussi l'auteur de deux cambriolages à quelques jours d'intervalle fin décembre 2018 cette fois chez deux joueurs du PSG, le Camerounais Eric Maxim Choupo-Moting et le Brésilien Thiago Silva.

Le 22 décembre, le défenseur brésilien a été cambriolé à son domicile dans le XVIe arrondissement pendant qu'il disputait un match de Ligue 1 contre Nantes. Le préjudice avait été évalué à 600.000 euros. Deux jours plus tard, c'est l'attaquant camerounais qui avait été à son tour victime d'un cambriolage à son domicile parisien pour un préjudice estimé à un million d'euros.

De nouveau, les voleurs avait profité que le PSG jouait contre Liverpool pour s'introduire dans l'appartement du footballeur.

Lors de perquisitions aux domiciles des suspects, qui étaient déjà connus de la police, des bijoux, de la maroquinerie de luxe, de l'argent et des armes ont été retrouvés.