S'il y a un grand talent en devenir, c'est bien Bukayo Saka, l'ailier d'Arsenal. Découvert et lancé par Unai Emery, confirmé par Mikel Arteta, le jeune homme de 18 ans a encore été un des meilleurs Gunners sur le pré lors du Community Shield. Pour sa deuxième saison, ce joueur de flanc doit maintenant prouver qu'il peut durer.
...

S'il y a un grand talent en devenir, c'est bien Bukayo Saka, l'ailier d'Arsenal. Découvert et lancé par Unai Emery, confirmé par Mikel Arteta, le jeune homme de 18 ans a encore été un des meilleurs Gunners sur le pré lors du Community Shield. Pour sa deuxième saison, ce joueur de flanc doit maintenant prouver qu'il peut durer. "C'est au moment où il a pris l'initiative avec le ballon que quelque chose s'est passé à Arsenal", pouvait-on entendre de ci, de là, à l'issue du choc entre Liverpool et les Londoniens ce samedi. Bref, beaucoup d'éloges pour un ado de 18 ans, depuis longtemps considéré comme un grand talent et qui a explosé la saison dernière. Les joueurs du Standard ne diront pas le contraire. Lors que les Rouches se sont rendus dans la capitale britannique, d'où ils ont ramené un nul 2-2, Saka était à la fois à l'assist, et au but. Le joueur est d'origine nigériane et a grandi dans la banlieue de Londres. On connaît peu de détails sur sa famille et son background. Un journaliste de The Athletic a tout de même découvert que son père est grand supporter de Newcastle. Grâce à Alan Shearer, apparemment. Bukayo, qui en nigérian signifie "apporte le bonheur", a également un frère, Yomi, qui a quant à lui évolué dans les équipes de jeunes de Watford, mais étudie maintenant à l'Université. Tous les deux, ils jouaient des heures durant dans leur jardin. Et dans leur club respectif, dans le nord de Londres. Gaucher, Saka est très polyvalent : la preuve, chez les jeunes, il a tour à tour évolué en attaque, puis en défense. Arrière gauche, ailier gauche, ailier droit, il peut tout faire. Avec son physique énorme et sa bonne maîtrise du ballon, l'Anglais possède deux beaux atouts. Quant à ses stats, elles sont plus celles d'un infiltreur que d'un finisseur. La saison passée, il n'a marqué que trois fois : contre le Standard en Europa League, en FA Cup face à Bournemouth et en Premier League contre Wolverhampton. Il a par contre délivré dix passes décisives. Durant ses secondaires (Arsenal laisse ses jeunes obtenir le diplôme dans l'établissement de leur choix, afin de leur permettre de maintenir un équilibre sain entre la famille, l'école, les amis et leur hobby), ses qualités athlétiques se sont révélées au grand jour. Son prof de sport, un grand fan de basket, a bien tenté de le diriger vers son sport, mais sans succès. Chez les jeunes, un certain Freddie Ljungberg l'a eu sous ses ordres. Le Suédois lui a prodigué pas mal de bons conseils durant cette période. Lors du départ du poste de T1 de l'ancien Invincible, ce dernier a reçu les hommages de Saka. Lequel l'a remercié pour cet apprentissage bien utile. Mais Bukayo suit un exemple : Cristiano Ronaldo. Comme lui, le Gunner se voit comme un attaquant. Bukayo Saka va maintenant être confronté à un choix difficile : il a porté le maillot anglais en sélections de jeunes, mais est également éligible pour jouer avec le Nigeria. Que va décider le natif de Londres ?