Vice-champion de Belgique, le FC Bruges a dû écarter les Autrichiens de Linz et les Ukrainiens du Dynamo Kiev en tours préliminaires pour pouvoir disputer la phase de poules de la C1, où les Blauw en zwart ont été versés dans un groupe relevé avec le Real Madrid, le PSG et Galatasaray.

Les champions de Turquie devraient être les rivaux de Bruges pour la 3e place, qui octroie un billet pour les 16e de finale de l'Europa League. Le match de mercredi est donc peut-être déjà le plus important de la série pour les troupes de Philippe Clement.

"L'objectif qui était de se hisser dans cette phase de poules est déjà atteint", déclare l'entraîneur brugeois. "Cela ne veut évidemment pas dire qu'on va maintenant se reposer là dessus, et se contenter de simplement figurer. Au contraire. On est ambitieux, et on veut toujours plus. On visera donc la victoire mercredi. D'autant qu'elle nous donnerait l'avantage sur Galatasaray dans la lutte pour la troisième place, alors que les chances resteront égales en cas de match nul. Perdre nous obligerait par contre à mener une course poursuite. Mais en cinq matches, cela resterait jouable".

Le 'Gala' s'exporte mal en Coupe d'Europe. La dernière victoire 'away' des Turcs date en effet de 2013, lorsque Galatasaray s'était imposé 2-3 à Schalke. Depuis, les Turcs ont enregistré trois nuls et quatorze défaites hors de leurs bases.

Bruges avait raflé six points avec Ivan Leko la saison dernière, dans un groupe à peine moins relevé (Borussia Dortmund, Monaco et Atlético Madrid). "La preuve qu'en football on a toujours une chance", commente Clement à ce sujet.

Le Galatasaray et le Club de Bruges se sont croisés à deux reprises en Europe en phase de poules de la Ligue des champions lors de la saison 2002-2003. Les Brugeois avaient alors terminé à la troisième place du groupe devant les Turcs en obtenant un match nul à Istanbul (0-0) et en obtenant une victoire au Jan Breydel (3-1).