The Seagulls, comme on surnomme Brighton & Hove Albion, sont abonnés à la tête du classement de la D2 anglaise depuis quelques années mais chaque fois, ils ont loupé de peu la promotion en Premier League. Cette année encore, sous la direction du manager Chris Hughton (ex-Norwich et Newcastle), ils développent un des plus beaux footballs de Championship.

Le tout nouveau stade Amex Community de Brighton, qui peut accueillir 30.000 supporters, est quasi comble à chaque match. Le club possède en Tony Bloom, magnat de l'immobilier et joueur de poker professionnel, un président très riche. Britannique de surcroît, ce qui devient rare en Angleterre.

L'équipe de Brighton, quasiment assurée d'une place parmi les deux premiers, avec Newcastle, et donc de la montée, n'aligne pas de grands noms, à l'exception de deux Belges. Un demi, Anthony Knockaert (25 ans) et un entier, Sébastien Pocognoli (29 ans). Celui-ci, loué par West Bromwich, a connu un début difficile puis, juste avant la trêve hivernale, il a très bien joué mais depuis quelques semaines, il est de nouveau sur le banc.

La situation de Knockaert est complètement différente. Il est un enfant terrible mais aussi un footballeur génial, par moments. Le Français, qui possède aussi un passeport belge, a été transféré du Standard dans le courant de la saison passée. Il était en brouille avec Yannick Ferrera.

Brighton a payé 3,5 millions d'euros pour l'attaquant, une somme qu'il semble valoir. Knockaert est quasi toujours titulaire, plutôt sur l'aile droite, et il a déjà délivré huit assists et marqué treize buts. En mars, les Seagulls lui ont proposé une reconduction de son contrat jusqu'en 2021.

Par Matthias Stockmans

The Seagulls, comme on surnomme Brighton & Hove Albion, sont abonnés à la tête du classement de la D2 anglaise depuis quelques années mais chaque fois, ils ont loupé de peu la promotion en Premier League. Cette année encore, sous la direction du manager Chris Hughton (ex-Norwich et Newcastle), ils développent un des plus beaux footballs de Championship. Le tout nouveau stade Amex Community de Brighton, qui peut accueillir 30.000 supporters, est quasi comble à chaque match. Le club possède en Tony Bloom, magnat de l'immobilier et joueur de poker professionnel, un président très riche. Britannique de surcroît, ce qui devient rare en Angleterre. L'équipe de Brighton, quasiment assurée d'une place parmi les deux premiers, avec Newcastle, et donc de la montée, n'aligne pas de grands noms, à l'exception de deux Belges. Un demi, Anthony Knockaert (25 ans) et un entier, Sébastien Pocognoli (29 ans). Celui-ci, loué par West Bromwich, a connu un début difficile puis, juste avant la trêve hivernale, il a très bien joué mais depuis quelques semaines, il est de nouveau sur le banc. La situation de Knockaert est complètement différente. Il est un enfant terrible mais aussi un footballeur génial, par moments. Le Français, qui possède aussi un passeport belge, a été transféré du Standard dans le courant de la saison passée. Il était en brouille avec Yannick Ferrera. Brighton a payé 3,5 millions d'euros pour l'attaquant, une somme qu'il semble valoir. Knockaert est quasi toujours titulaire, plutôt sur l'aile droite, et il a déjà délivré huit assists et marqué treize buts. En mars, les Seagulls lui ont proposé une reconduction de son contrat jusqu'en 2021. Par Matthias Stockmans