Les suspicions autour de l'attribution de l'édition 2022 au Qatar ont été relancées par des procureurs américains à l'issue d'une enquête évoquant la corruption de certains membres de la fédération internationale de football. Sepp Blatter, 84 ans, a expliqué que l'on pourrait donner l'organisation "à l'Allemagne, mais cela ferait alors deux éditions de suite en Europe après l'édition 2018 en Russie. Le Japon est aussi une possibilité, mais je pense aux États-Unis. Ils organisent déjà l'édition de 2026 (avec le Mexique et le Canada) et ont déjà l'expérience de 1994."

Le Suisse avait déjà déclaré qu'un accord avait privilégié les États-Unis pour organiser la Coupe du monde 2022, mais "qu'une intervention politique au plus haut niveau", avait fait pencher la balance vers le Qatar.

Selon sa version des faits, si cet accord pour le Mondial 2022 aux États-Unis a échoué, c'est à cause de l'interférence gouvernementale de Nicolas Sarkozy, alors président de la République française, lors d'un déjeuner avec Michel Platini, membre à l'époque du Comité exécutif de la FIFA. L'ancien numéro 10 de l'équipe de France, qui a reconnu avoir voté pour le Qatar, a toujours assuré de son côté avoir changé d'avis avant même ce déjeuner.

Sepp Blatter avait été prié de quitter son poste après avoir été suspendu le 8 octobre 2015, puis condamné le 21 décembre de la même année, par la commission d'éthique de la FIFA dans le cadre d'un versement d'argent suspect de 1,8 million d'euros en faveur de Platini, ex-président de l'UEFA.

Les suspicions autour de l'attribution de l'édition 2022 au Qatar ont été relancées par des procureurs américains à l'issue d'une enquête évoquant la corruption de certains membres de la fédération internationale de football. Sepp Blatter, 84 ans, a expliqué que l'on pourrait donner l'organisation "à l'Allemagne, mais cela ferait alors deux éditions de suite en Europe après l'édition 2018 en Russie. Le Japon est aussi une possibilité, mais je pense aux États-Unis. Ils organisent déjà l'édition de 2026 (avec le Mexique et le Canada) et ont déjà l'expérience de 1994." Le Suisse avait déjà déclaré qu'un accord avait privilégié les États-Unis pour organiser la Coupe du monde 2022, mais "qu'une intervention politique au plus haut niveau", avait fait pencher la balance vers le Qatar. Selon sa version des faits, si cet accord pour le Mondial 2022 aux États-Unis a échoué, c'est à cause de l'interférence gouvernementale de Nicolas Sarkozy, alors président de la République française, lors d'un déjeuner avec Michel Platini, membre à l'époque du Comité exécutif de la FIFA. L'ancien numéro 10 de l'équipe de France, qui a reconnu avoir voté pour le Qatar, a toujours assuré de son côté avoir changé d'avis avant même ce déjeuner. Sepp Blatter avait été prié de quitter son poste après avoir été suspendu le 8 octobre 2015, puis condamné le 21 décembre de la même année, par la commission d'éthique de la FIFA dans le cadre d'un versement d'argent suspect de 1,8 million d'euros en faveur de Platini, ex-président de l'UEFA.