La prestation collective de la semaine : La Realmontada

Dominé en première mi-temps et surtout mené au score par le PSG, le Real Madrid a complètement renversé la vapeur en seconde mi-temps face à un PSG qui a de nouveau montré ses faiblesses mentales dans un match à enjeu de Ligue des Champions. Les Merengue se sont procurés 2.18 Expected Goals contre Paris lors de cette recontre mais 86% d'entre-eux ont été obtenus lors de la seconde période (1.87). Outre un Benzema en feu, les Merengue ont aussi pu compter sur leur ailier Vinícius Júnior. Cette saison, le Brésilien a affirmé son importance dans le onze de Carlo Ancelotti en voyant 55 de ses déboulés balle au pied déboucher sur un tir de son équipe. Dans 29 cas, il se créait lui-même l'occasion et dans 26, c'était l'un de ses partenaires. Personne en Europe ne rivalise avec lui dans ce domaine.
...

Dominé en première mi-temps et surtout mené au score par le PSG, le Real Madrid a complètement renversé la vapeur en seconde mi-temps face à un PSG qui a de nouveau montré ses faiblesses mentales dans un match à enjeu de Ligue des Champions. Les Merengue se sont procurés 2.18 Expected Goals contre Paris lors de cette recontre mais 86% d'entre-eux ont été obtenus lors de la seconde période (1.87). Outre un Benzema en feu, les Merengue ont aussi pu compter sur leur ailier Vinícius Júnior. Cette saison, le Brésilien a affirmé son importance dans le onze de Carlo Ancelotti en voyant 55 de ses déboulés balle au pied déboucher sur un tir de son équipe. Dans 29 cas, il se créait lui-même l'occasion et dans 26, c'était l'un de ses partenaires. Personne en Europe ne rivalise avec lui dans ce domaine. On peut d'ailleurs souligner les faiblesses parisiennes avec une autre statistique étonnante. Encaisser 3 buts en 16 minutes et 41 secondes est en effet une première pour le PSG lors d'un match de Ligue des Champions depuis... le 8 mars 2017. La date d'une certaine remontada contre le FC Barcelone (6-1). Les grands d'Espagne ne sourient décidément pas au trop ambitieux club de la capitale française.Malgré la présence d'un gardien champion d'Europe des nations, Gianluigi Donnarumma, entre ses perches, malgré que celles-ci aient aussi été défendues par des Keylor Navas ou Gianluigi Buffon, Paris n'a jamais réussi à garder sa cage inviolée lors de 2 matches à élimination directe consécutifs dans son histoire en Ligue des Champions (à savoir 39 matches). On dit que pour aller au bout dans la compétition, il faut aussi s'appuyer sur une bonne défense. Peut-être qu'au lieu d'empiler les attaquants stars, les Parisiens pourront plancher sur leur arrière-garde l'an prochain. Ou qu'après s'en être pris à l'arbitre fatalement responsable de tous les maux, les dirigeants du PSG pourront se dire que le Real Madrid est une équipe qui ne leur convient absolument pas. Les pensionnaires de la Casa Blanca n'ont perdu qu'un seul de leurs cinq matches à domicile contre le París Saint-Germain dans les compétitions européennes. C'était le 3 mars 1994 lors des quarts de finale de la défunte Coupe UEFA. En six duels dans le mythique Bernabeu, les locaux se sont imposés à cinq reprises, la dernière fois ce mercredi donc. Osons l'affirmer ! Karim Benzema est bien le meilleur avant-centre de la dernière décennie, n'en déplaise aux afficionados de Robert Lewandowski. Ce mercredi soir contre le PSG, la Benz' a renversé en un quart d'heure un PSG qui semblait bien parti pour les quarts après une ouverture du score de Kylian Mbappé en première mi-temps. Toute la panoplie de l'attaquant complet était de sortie ce mercredi soir. Sur le premier but, il gêne (plus qu'il ne bouscule) Gianluigi Donnarumma et ce but relance totalement la dynamique d'un match et d'un stade en train de tout doucement se résigner à une élimination. Sur le second, il démontre sa qualité d'appel pour conclure un café crème d'un Luka Modric à l'oeil et au pied toujours aussi vifs dès qu'il s'agit de casser des lignes. Enfin, sur le troisième, il est à la bonne place pour exploiter une relance catastrophique de Marquinhos en plein dans l'axe. Arrivé en 2009 au Bernabeu, le Français a accepté un rôle dans l'ombre lorsque la grande star de la Casa Blanca se nommait Cristiano Ronaldo. Au départ de ce dernier, beaucoup exprimaient des doutes sur la capacité du Français à prendre la relève. Mais les chiffres attestent que KB9 est quasiment plus important pour le Real que ne l'était CR7 en son temps. Joueur doué et complet mais souvent sous-estimé à cause de ses stats de goals moins impressionnantes, Benzema prend désormais la lumière pour le plus grand bonheur des amateurs de foot. Une telle longévité et fidélité au Real Madrid forcent le respect. Le vrai galactique, c'est désormais lui.Mercredi, il a non seulement frustré le PSG et sans doute décidé Kylian Mbappé à quitter Paris en juin prochain pour le rejoindre dans la capitale espagnole la saison prochaine, mais il s'est aussi offert quelques records de longévité et s'est hissé encore un peu plus haut dans le Hall of Fame de la Casa Blanca.A 34 ans et 80 jours, La Benz' est devenu le joueur le plus âgé à marquer un triplé dans un match de Ligue des Champions. Il devance désormais son compatriote et rival en équipe de France Olivier Giroud de 17 jours et Cristiano Ronaldo de 45. Les diamants sont éternels.Benzema est aussi devenu le premier joueur français à marquer au moins 3 buts lors de 3 matches de Ligue des Champions différents dans l'histoire de la compétition.Ce triplé lui permet aussi de s'immiscer sur le podium des meilleurs buteurs de l'histoire du Real Madrid. Avec 309 réalisations à son compteur, Rimka détrône le légendaire Alfredo Di Stefano de la troisième place. Le voici désormais à 14 buts de Raul, un objectif jouable contrairement aux 141 pions de retard sur Ronaldo, rey absolu des goleadors madrilènes avec 450 réalisations pendant son passage au Bernabeu.Enfin, Karim Benzema était titulaire pour 500e fois sous le maillot merengue, toutes compétitions confondues, devenant ainsi le deuxième joueur étranger à franchir ce cap dans l'histoire du club après Roberto Carlos . Voilà pourquoi les Espagnols utilisent le français pour l'appeler "monsieur" plutôt que "señor".La carrière de Scott Carson reste liée à une boulette de dimension en 2007 qui va priver l'Angleterre d'une participation à l'Euro 2008. On le sait, la Perfide Albion connaît une relation douloureuse avec ses derniers remparts. A l'époque, les David "Calamity" James et Paul Robinson enchaînent les cagades entre les perches alors que les Anglais ne sont pas en position favorable pour participer au grand bal européen des nations de 2008. Pour le match décisif à Wembley contre les Croates, Steve McClaren décide de confier la défense du temple au jeune gardien de 22 ans, prêté à Aston Villa par Liverpool. Sur une frappe lointaine de Niko Krancjar, il n'arrive pas à contrôler le ballon qui rebondit pour finalement terminer au fond des filets. L'Angleterre est battu 2-3 et regardera donc l'Euro derrière son poste de télévision. Fabio Capello ne lui en tiendra pas rigueur en l'appelant encore pour une joute amicale contre la Suisse, quelques mois après ce match de sinistre mémoire. Mais Carson ne jouera au final qu'à 4 reprises pour les Three Lions, laissant son empreinte pour cette bourde croate et pour avoir été le premier joueur de West Bromwich (club qu'il avait rejoint en 2008) à défendre les couleurs nationales depuis 24 ans.Désormais âgé de 36 ans, Scott Carson, qui n'aura finalement été titulaire que dans des clubs de Championship, rejoint Manchester City en 2019 ,d'abord en prêt de Derby County, avant de signer définitivement l'année dernière dans un rôle de numéro 3 qui ne lui offre que très peu de perspectives de jeu.Mais la chance a tourné ce mercredi soir puisqu'après leur victoire 0-5 à Lisbonne, les Cityzens ont fait tourner leur effectif pour la réception du Sporting dans le cadre de la manche retour. Carson a ainsi remplacé Ederson à la 73e minute du duel. L'occasion de se rappeler que Carson avait déjà participé à un match de la plus prestigieuse des compétitions européennes voici... 16 ans et 338 jours. Il défendait alors les couleurs de Liverpool contre la Juventus, alors qu'il avait 19 ans. C'est en tout cas le plus grand écart en années et en jours entre deux apparitions en C1 dans l'histoire de la compétition. Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic, Hatem Ben Arfa, Gerard Pique et Pepe étaient les autres joueurs actifs à l'époque que l'on retrouve encore aujourd'hui engagés sur la piste aux étoiles du football européen.Titulaire au poste de milieu défensif de Manchester City ce mercredi, le Brésilien disputait son 100e match en Ligue des Champions. C'est le 44e joueur au total à atteindre ce cap symbolique dans l'histoire de la compétition et le quatrième Brésilien, après Roberto Carlos, Dani Alves et Marcelo. Fernandinho avait disputé son premier duel en septembre 2006 sous les couleurs du Shakhtar Donetsk, il y a plus de 15 ans. Celui qui fêtera ses 37 ans en mai prochain évolue depuis 2013 sous le maillot des Skyblues. Il était resté avant cela 8 années dans le Donbass, aujourd'hui au coeur de l'actualité. Fernandinho est un garçon discret, fidèle et efficace loin du strass et des paillettes du pays du Joga Bonito.Robert Lewandowski a encore marqué un triplé. Bon rien de bien original, surtout à l'Allianz Arena contre le modeste voisin autrichien du RB Salzbourg. Le Polonais a inscrit ses deux premiers pions de la soirée de mardi sur pénalty avant d'en marquer un troisième de plein jeu. Il n'aura donc fallu que 23 minutes au Bomber du Bayern Munich pour réaliser un authentique coup du chapeau. Pour rappel, ce dernier terme est employé lorsque le triplé est réalisé en une seule mi-temps. Ce laps de temps permet au grand déçu du dernier Ballon d'or de s'offrir une nouvelle référence dans l'histoire de la Champions League. Il dépossède Marco Simone de son record de 24 minutes. L'attaquant italien l'avait réalisé en 1996 lors d'un match opposant son club du Milan AC aux Norvégiens de Rosenborg. Ce qu'il ne savait pas, c'est Karim Benzema allait faire encore mieux dès le lendemain en marquant ses 3 buts en seulement 16 minutes et 41 secondes...Mais comme lot de consolation, Lewandowski redevient le meilleur buteur (provisoire) de la compétition avec 12 buts, soit un de plus que Sebastien Haller de l'Ajax qui doit encore jouer la semaine prochaine contre Benfica. Et nul doute que les Amstellodamois compteront sur l'efficacité de leur avant-centre Franco-ivoirien.Obsédé par le but, Lewandowski n'en a pour autant pas oublié le collectif comme le soulignait son entraîneur Julian Nagelsmann à l'issue du duel contre Salzbourg. "Que Lewy soit dangereux dans la surface adverse, ça, on le sait, ses buts sont des buts qui me font plaisir. Et il a bien joué, il a été très collectif", expliquait le jeune coach à succès allemand.