Un grand Madrid, un grand Benzema: avec un but du gauche sur une superbe ouverture de Rodrygo (6e) puis deux passes décisives sur les buts de Luka Modric (13e) et de Lucas Vazquez (90e+2), l'avant-centre français a permis au Real de signer l'une de ses plus belles entames cette saison.

Le capitaine basque Kike Garcia, d'une magnifique frappe enroulée du droit des 25 mètres, a trompé Thibaut Courtois pour réduire l'écart (28e), mais sans rien changer à l'issue de la rencontre.

Mais malgré ce superbe but qui a illuminé la rencontre d'Eibar, enlisé à la 14e place (15 pts) à un petit point de la zone rouge, c'est bien Benzema qui s'est accaparé toute la lumière dimanche soir dans le petit stade vide d'Ipurua.

C'est une pelouse qui réussit décidément bien aux hommes de Zidane: en novembre 2019, le Real avait déjà sorti l'un de ses meilleurs matches de la saison 2019-2020 sur cette pelouse et sous une pluie battante (4-0).

- Le Real, relancé -

Ce stade a souri à Benzema dimanche soir. "KB9", qualifié mardi par Zidane de meilleur avant-centre français de l'histoire, a multiplié les appels dans la surface basque et a été très souvent trouvé par ses partenaires, à l'image de cette reprise de la tête trop croisée sur un centre parfait de Modric, qui retrouve lui aussi une deuxième jeunesse (mais qui a fini le match sur le banc, avec une poche de glace sur l'adducteur gauche), ou de ce but refusé (36e) pour une position de hors-jeu.

"Pour moi c'est le meilleur, oui, c'est très clair", avait affirmé Zizou mardi soir après l'excellente performance de l'ex-Lyonnais contre Bilbao (3-1), avec un doublé.

Et il a remis cela dimanche soir en conférence de presse d'après-match: "Il est déterminant. Ce qu'il fait, c'est phénoménal. Et pas seulement sur le plan des buts. Je me répète sur Karim, mais il ne fait pas que marquer des buts. Karim, c'est du jeu, il nous apporte de la clairvoyance... Il est très important", a-t-il répété.

Avec ce succès, le Real enchaîne un 5e succès consécutif toutes compétitions confondues depuis le 1er décembre, et semble avoir complètement enterré ses cauchemars d'automne... comme l'an passé à la même période, quand les Madrilènes avaient mis un terme à un passage à vide pour enchaîner 21 matches sans défaite durant tout l'hiver.

Le champion d'Espagne en titre retrouve surtout son fauteuil de leader, à égalité de points (29 pts) avec l'Atlético Madrid qui a cependant disputé deux matches en moins. Le tout à des années-lumière de l'éternel rival barcelonais, auteur d'un nul pauvre et terne la veille contre Valence (2-2).

Un grand Madrid, un grand Benzema: avec un but du gauche sur une superbe ouverture de Rodrygo (6e) puis deux passes décisives sur les buts de Luka Modric (13e) et de Lucas Vazquez (90e+2), l'avant-centre français a permis au Real de signer l'une de ses plus belles entames cette saison.Le capitaine basque Kike Garcia, d'une magnifique frappe enroulée du droit des 25 mètres, a trompé Thibaut Courtois pour réduire l'écart (28e), mais sans rien changer à l'issue de la rencontre.Mais malgré ce superbe but qui a illuminé la rencontre d'Eibar, enlisé à la 14e place (15 pts) à un petit point de la zone rouge, c'est bien Benzema qui s'est accaparé toute la lumière dimanche soir dans le petit stade vide d'Ipurua.C'est une pelouse qui réussit décidément bien aux hommes de Zidane: en novembre 2019, le Real avait déjà sorti l'un de ses meilleurs matches de la saison 2019-2020 sur cette pelouse et sous une pluie battante (4-0).- Le Real, relancé -Ce stade a souri à Benzema dimanche soir. "KB9", qualifié mardi par Zidane de meilleur avant-centre français de l'histoire, a multiplié les appels dans la surface basque et a été très souvent trouvé par ses partenaires, à l'image de cette reprise de la tête trop croisée sur un centre parfait de Modric, qui retrouve lui aussi une deuxième jeunesse (mais qui a fini le match sur le banc, avec une poche de glace sur l'adducteur gauche), ou de ce but refusé (36e) pour une position de hors-jeu."Pour moi c'est le meilleur, oui, c'est très clair", avait affirmé Zizou mardi soir après l'excellente performance de l'ex-Lyonnais contre Bilbao (3-1), avec un doublé.Et il a remis cela dimanche soir en conférence de presse d'après-match: "Il est déterminant. Ce qu'il fait, c'est phénoménal. Et pas seulement sur le plan des buts. Je me répète sur Karim, mais il ne fait pas que marquer des buts. Karim, c'est du jeu, il nous apporte de la clairvoyance... Il est très important", a-t-il répété.Avec ce succès, le Real enchaîne un 5e succès consécutif toutes compétitions confondues depuis le 1er décembre, et semble avoir complètement enterré ses cauchemars d'automne... comme l'an passé à la même période, quand les Madrilènes avaient mis un terme à un passage à vide pour enchaîner 21 matches sans défaite durant tout l'hiver.Le champion d'Espagne en titre retrouve surtout son fauteuil de leader, à égalité de points (29 pts) avec l'Atlético Madrid qui a cependant disputé deux matches en moins. Le tout à des années-lumière de l'éternel rival barcelonais, auteur d'un nul pauvre et terne la veille contre Valence (2-2).