Dimanche, le club de Liverpool a affronté Crystal Palace dans le cadre de la 29e journée de Premier League. Une rencontre qui démarrait mal pour les Reds puisqu'à la 48e minute, Ledley a logiquement ouvert le score pour les Eagles. Il a fallu attendre l'exclusion de James Milner (62e) pour que les hommes de Klopp se réveillent et égalisent dix minutes plus tard via Firmino, auteur de huit buts cette saison. Le tournant du match est la montée de Christian Benteke en lieu et place de Divock Origi à la 80e minute. Le Liégeois a été accroché à la 94e dans le rectangle adverse et s'est fait justice lui-même pour inscrire à la 96e, ce qui est le but de la victoire (1-2). Une faute qui fait beaucoup parler d'elle... Nous vous laissons juges.

Faute ou pas ? Peu importe ! Christian s'est retrouvé au bon endroit au bon moment et a su être décisif lorsque l'on lui en a donné l'occasion. Et autant dire, que des possibilités de se montrer, il en a peu. Depuis sa blessure contractée en octobre dernier, le Belge bénéficie le plus souvent de bouts de matchs. C'est une donnée "étonnante" lorsque l'on sait que notre compatriote a une moyenne d'un but toutes les 180 minutes en championnat mais surtout qu'il est le deuxième transfert le plus cher de l'histoire de Liverpool. De quoi se demander si Christian Benteke n'a pas un souci avec son coach.

Quarante-six millions d'euros...

C'est le prix qu'il a coûté, lui qui était perçu, il y a peu, comme une "vedette". Aujourd'hui, Benteke est la cible des critiques. "Quoi que je fasse, je sais que l'on parlera de l'argent que j'ai coûté" a-t-il confié au Mirror. Le problème est qu'il n'a plus vraiment l'occasion de faire quoi que ce soit : "Bien sûr, je suis frustré mais cela fait partie du football. C'est dans les situations difficiles que les guerriers, les hommes forts et déterminés, se relèvent. Dans une carrière, il n'y a pas que des bons moments" a ajouté le Belge.

Quand bien même c'est le cas, Christian doit se soucier de son temps de jeu à moins de cent jours de l'Euro... "Tant que j'ai confiance en moi, et que j'essaye de travailler dur pour l'équipe, c'est le plus important".

Benteke aurait pu s'offrir la possibilité de bénéficier de plus de temps de jeu en... Chine puisqu'il a reçu une belle offre au mercato hivernal. Néanmoins, "il n'est pas question d'un transfert. J'ai de l'ambition et le caractère pour me battre dans les moments difficiles. Je n'abandonne pas facilement" a conclu le buteur.

Il est difficile d'expliquer pourquoi Christian bénéficie d'aussi peu de temps de jeu. Firmino marque, la concurrence est rude, c'est vrai. Mais lorsque l'on lui a donné sa chance, le Belge a rarement déçu.

Loin d'un chauvinisme quelconque, peut-être est-il légitime de se demander si certains clubs n'achètent pas des joueurs, dont ils n'ont pas besoin, simplement dans le but de déforcer la concurrence ? Ou du moins, l'empêcher de se renforcer...

Quentin Droussin

Dimanche, le club de Liverpool a affronté Crystal Palace dans le cadre de la 29e journée de Premier League. Une rencontre qui démarrait mal pour les Reds puisqu'à la 48e minute, Ledley a logiquement ouvert le score pour les Eagles. Il a fallu attendre l'exclusion de James Milner (62e) pour que les hommes de Klopp se réveillent et égalisent dix minutes plus tard via Firmino, auteur de huit buts cette saison. Le tournant du match est la montée de Christian Benteke en lieu et place de Divock Origi à la 80e minute. Le Liégeois a été accroché à la 94e dans le rectangle adverse et s'est fait justice lui-même pour inscrire à la 96e, ce qui est le but de la victoire (1-2). Une faute qui fait beaucoup parler d'elle... Nous vous laissons juges.Faute ou pas ? Peu importe ! Christian s'est retrouvé au bon endroit au bon moment et a su être décisif lorsque l'on lui en a donné l'occasion. Et autant dire, que des possibilités de se montrer, il en a peu. Depuis sa blessure contractée en octobre dernier, le Belge bénéficie le plus souvent de bouts de matchs. C'est une donnée "étonnante" lorsque l'on sait que notre compatriote a une moyenne d'un but toutes les 180 minutes en championnat mais surtout qu'il est le deuxième transfert le plus cher de l'histoire de Liverpool. De quoi se demander si Christian Benteke n'a pas un souci avec son coach. Quarante-six millions d'euros... C'est le prix qu'il a coûté, lui qui était perçu, il y a peu, comme une "vedette". Aujourd'hui, Benteke est la cible des critiques. "Quoi que je fasse, je sais que l'on parlera de l'argent que j'ai coûté" a-t-il confié au Mirror. Le problème est qu'il n'a plus vraiment l'occasion de faire quoi que ce soit : "Bien sûr, je suis frustré mais cela fait partie du football. C'est dans les situations difficiles que les guerriers, les hommes forts et déterminés, se relèvent. Dans une carrière, il n'y a pas que des bons moments" a ajouté le Belge. Quand bien même c'est le cas, Christian doit se soucier de son temps de jeu à moins de cent jours de l'Euro... "Tant que j'ai confiance en moi, et que j'essaye de travailler dur pour l'équipe, c'est le plus important". Benteke aurait pu s'offrir la possibilité de bénéficier de plus de temps de jeu en... Chine puisqu'il a reçu une belle offre au mercato hivernal. Néanmoins, "il n'est pas question d'un transfert. J'ai de l'ambition et le caractère pour me battre dans les moments difficiles. Je n'abandonne pas facilement" a conclu le buteur. Il est difficile d'expliquer pourquoi Christian bénéficie d'aussi peu de temps de jeu. Firmino marque, la concurrence est rude, c'est vrai. Mais lorsque l'on lui a donné sa chance, le Belge a rarement déçu. Loin d'un chauvinisme quelconque, peut-être est-il légitime de se demander si certains clubs n'achètent pas des joueurs, dont ils n'ont pas besoin, simplement dans le but de déforcer la concurrence ? Ou du moins, l'empêcher de se renforcer... Quentin Droussin