Quand Ben Arfa a débarqué à Nice, rares sont les personnes qui auraient misées sur une telle saison de sa part. Le Français sortait en effet de deux expériences compliquées à Newcastle et Hull City, clubs dans lesquels il n'a jamais réussi à convaincre. Pourtant, Ben Arfa s'est rapidement fondu dans le collectif Niçois, pour en devenir l'élément essentiel.

Avec Claude Puel, un entraîneur qui lui fait confiance, le joueur formé à Lyon semble redevenir le joueur qu'il a été. Et les statistiques le prouvent : 17 buts et 5 passes décisives depuis le début de la saison. Il est même le deuxième meilleur buteur du championnat, derrière l'intouchable Ibrahimovic. Aujourd'hui, si Nice pointe à la quatrième place de Ligue 1 et se bat pour les places européennes, c'est en grande partie grâce à Ben Arfa.

En l'absence de son numéro 9, entre la 25e et la 28e journée, l'OGC Nice n'a pris que deux points, soit son pire ratio cette saison.

"Je me régale vraiment", a expliqué le joueur ce dimanche, après un triplé face à Rennes. "Je suis vraiment très heureux à l'OGC Nice. Je me sens bien dans une équipe qui fait tourner le ballon, qui joue, qui crée des décalages. (...) Je pense vivre mes meilleurs moments de footballeur avec cette équipe, ce coach et ce club", a-t-il même assuré.

En Equipe de France, l'histoire de Ben Arfa ressemble à sa carrière : mouvementée. Il a notamment été barré au dernier moment des listes pour l'EURO 2008 et la Coupe du Monde 2010. Lors de l'EURO 2012, alors que les Bleus viennent de s'incliner face à la Suède, une altercation éclate avec Laurent Blanc, qui reproche au joueur de pianoter sur son téléphone dans le vestiaire. Ben Arfa obtient une nouvelle chance lorsque Didier Deschamps fait appel à lui pour participer aux matchs amicaux contre l'Allemagne et l'Angleterre. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ancien Lyonnais n'a pas tiré son épingle du jeu, sorti à la mi-temps après une prestation très moyenne. A-t-il grillé son unique joker ? Seul l'avenir nous le dira.

Une forte concurrence en équipe de France

Cela ne fait aucun doute, Hatem Ben Arfa a le niveau pour l'Equipe de France. Mais il n'est pas le seul à prétendre à une place pour l'EURO. Lors des derniers matchs des Bleus, face aux Pays-Bas et à la Russie, alors que le Niçois n'avait pas été retenu, Coman, Gignac ou encore Payet ont brillé. Tous ont montré au sélectionneur qu'il pouvait compter sur eux. Des affaires qui n'arrangent pas Ben Arfa. Il lui reste donc cinq matchs pour prouver qu'il mérite sa place pour une compétition que la France disputera à domicile.

"A Nice, il est épanoui, et heureux. (...) Il prend du plaisir, et il en donne. (...) Il est redevenu footballeur, avec toutes se qualités", avait notamment déclaré Deschamps en novembre.

Ben Arfa a promis qu'il ne lâcherait rien, et qu'il jouerait sa carte à fond : "Je suis un compétiteur. Tant qu'il y a de l'espoir, j'y crois. Vous verrez, jusqu'au bout, je serai là".

On a envie de le croire.

Par Antonin Lhuillier

Quand Ben Arfa a débarqué à Nice, rares sont les personnes qui auraient misées sur une telle saison de sa part. Le Français sortait en effet de deux expériences compliquées à Newcastle et Hull City, clubs dans lesquels il n'a jamais réussi à convaincre. Pourtant, Ben Arfa s'est rapidement fondu dans le collectif Niçois, pour en devenir l'élément essentiel. Avec Claude Puel, un entraîneur qui lui fait confiance, le joueur formé à Lyon semble redevenir le joueur qu'il a été. Et les statistiques le prouvent : 17 buts et 5 passes décisives depuis le début de la saison. Il est même le deuxième meilleur buteur du championnat, derrière l'intouchable Ibrahimovic. Aujourd'hui, si Nice pointe à la quatrième place de Ligue 1 et se bat pour les places européennes, c'est en grande partie grâce à Ben Arfa. En l'absence de son numéro 9, entre la 25e et la 28e journée, l'OGC Nice n'a pris que deux points, soit son pire ratio cette saison. "Je me régale vraiment", a expliqué le joueur ce dimanche, après un triplé face à Rennes. "Je suis vraiment très heureux à l'OGC Nice. Je me sens bien dans une équipe qui fait tourner le ballon, qui joue, qui crée des décalages. (...) Je pense vivre mes meilleurs moments de footballeur avec cette équipe, ce coach et ce club", a-t-il même assuré. En Equipe de France, l'histoire de Ben Arfa ressemble à sa carrière : mouvementée. Il a notamment été barré au dernier moment des listes pour l'EURO 2008 et la Coupe du Monde 2010. Lors de l'EURO 2012, alors que les Bleus viennent de s'incliner face à la Suède, une altercation éclate avec Laurent Blanc, qui reproche au joueur de pianoter sur son téléphone dans le vestiaire. Ben Arfa obtient une nouvelle chance lorsque Didier Deschamps fait appel à lui pour participer aux matchs amicaux contre l'Allemagne et l'Angleterre. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ancien Lyonnais n'a pas tiré son épingle du jeu, sorti à la mi-temps après une prestation très moyenne. A-t-il grillé son unique joker ? Seul l'avenir nous le dira. Une forte concurrence en équipe de FranceCela ne fait aucun doute, Hatem Ben Arfa a le niveau pour l'Equipe de France. Mais il n'est pas le seul à prétendre à une place pour l'EURO. Lors des derniers matchs des Bleus, face aux Pays-Bas et à la Russie, alors que le Niçois n'avait pas été retenu, Coman, Gignac ou encore Payet ont brillé. Tous ont montré au sélectionneur qu'il pouvait compter sur eux. Des affaires qui n'arrangent pas Ben Arfa. Il lui reste donc cinq matchs pour prouver qu'il mérite sa place pour une compétition que la France disputera à domicile. "A Nice, il est épanoui, et heureux. (...) Il prend du plaisir, et il en donne. (...) Il est redevenu footballeur, avec toutes se qualités", avait notamment déclaré Deschamps en novembre.Ben Arfa a promis qu'il ne lâcherait rien, et qu'il jouerait sa carte à fond : "Je suis un compétiteur. Tant qu'il y a de l'espoir, j'y crois. Vous verrez, jusqu'au bout, je serai là". On a envie de le croire.Par Antonin Lhuillier