Il est 17h, une heure avant le coup d'envoi. Une cinquantaine de personnes sont déjà là. Il faut dire que l'ASBL Braine ô sport - organisateurs de l'événement - a mis les petits plats dans les grands. Après le Grand Jojo lors de Belgique-USA, c'est le groupe Mister Cover qui se charge de chauffer le public ce soir. Mais la petite pluie semble en avoir dissuadé plus d'un car il y a très peu de monde pour cette première partie."Ils vont arriver!", lance un passant qui remarque mon air dubitatif. Aucun organisateur ne doute du succès de l'événement. "Lors des deux premières diffusions, nous étions 1000 spectateurs. Pour le troisième match, 1500. Mercredi, c'est plus de 2000 personnes qui sont venues vibrer avec nous. Pour une ville de 20.000 habitants, c'est énorme", nous explique Claude Mazure, président des jeunes du Stade brainois. Suivre les Diables Rouges au Champ de la lune est devenu presque une tradition pour les Brainois qui veulent soutenir l'enfant du pays, celui qui il y a encore quelques années venait taper la balle sur l'Agoraspace du Champ de la lune. "On a toujours dit que Braine n'était pas une ville sportive mais aujourd'hui on a une vedette qui évolue au plus haut niveau. On se doit donc de soutenir notre vedette en plus de l'équipe", rajoute l'organisateur.

Honorer mais pas d'idolâtrie


La famille du jeune Eden Hazard est bel et bien présente. Si leur nom de famille est connu dans le monde entier, n'allez surtout pas parler de vedettariat. C'est mêlés à la foule, bavardant avec leurs amis, que l'on peut croiser la maman, le papa, ainsi que les petits frères de celui qui fait aujourd'hui la fierté de toute une ville. Là où d'autres familles de joueurs prennent des comportements de stars à se cacher du peuple, ce n'est pas le cas de la famille Hazard. Un mot suffit à les décrire : simplicité. Cette attitude plaît beaucoup aux Brainois, au point de vouloir quand même les mettre à l'honneur : "Nous avons l'intention de rebaptiser le stade communal en Stade Hazard. Pas spécialement pour Eden, mais en hommage à toute la famille pour tout ce qu'ils ont fait pour Braine-le-Comte", dit Mr Mazure.

Si les Brainois veulent honorer et soutenir leur vedette, on ne verse pourtant pas dans l'idolâtrie : "j'aime beaucoup Eden, il joue bien mais mon préféré c'est Lukaku", dit Jonathan (8 ans)."Moi j'aime Kevin De Bruyne, Kompany et... Eden Hazard aussi", enchaîne Lauraline (7 ans).

Un mauvais présage

La pluie s'intensifie tel un mauvais présage. Qu'à cela ne tienne, les Brainois sont arrivés en masse. En effet, quelques minutes avant le coup d'envoi ils étaient plus de 2.000 personnes drapées de noir-jaune-rouge devant l'écran géant.

Au coup d'envoi, tous les pronostics sont donnés pour les Belges au Champ de la lune. On en oublierait presque qu'on affronte la grande Argentine, double championne du monde. C'est peu dire car, dès la 8e minute, c'est l'Albiceleste qui ouvre le score par Gonzalo Higuain. "Il y a des trous dans la défense, mais ça va aller...", tente de se rassurer Bernard, l'oncle d'Eden. "L'Argentine joue fort avec Messi. En deuxième mi-temps, on fera le jeu avec Eden. Il faut juste évacuer le stress et ça va aller", poursuit-il.

Mais plus les minutes s'égrainent, plus les visages se referment. "C'est de la concentration", lance, blagueur, un proche de la famille. "On joue bien, on marquera en seconde mi-temps", ajoute-t-il. Cependant, c'est bien l'Argentine qui a failli aggraver la marque à la 40e minute, sur un coup franc de Lionel Messi. "La différence, c'est que l'Argentine sur une demie occasion ils font 1-0, tandis que nous on arrive pas à les mettre au fond. Pourtant on domine. C'est dommage", se plaint Fabrice.

Malheureusement, Fabrice a vu juste car la seconde mi-temps sera identique à la première. Les quelques occasions belges finissent au dessus ou sur le gardien.

Le public brainois se montre pourtant très fair-play car à la 59e minute, Eden Hazard prend une carte jaune sur une action dangereuse. Quelques grognements se font sentir, mais pas de huées générales.

A la 75e minute, Eden Hazard cède sa place à Nacer Chadli. Un drame ? Non, les supporters semblent comprendre ce remplacement : "C'est justifié. Il est capable d'apporter beaucoup plus que ce qu'il nous montrer sur cette Coupe du monde. Je comprends le choix de l'entraîneur", nous dit Quentin, un ancien camarade de classe d'Eden. Pas d'idolâtrie je vous disais.

Des regrets mais également de beaux souvenirs

Finalement, c'est sous une pluie diluvienne que le coup de sifflet fatidique retentit dans le Champ de la lune. Le maître de cérémonie essaie de consoler le public en donnant les résultats de la tombola, mais rien n'y fait, c'est une vague noir-jaune-rouge qui quitte les lieux la tête basse, remplie de regrets, mais également de beaux souvenirs. Avoir pu vibrer ces deux semaines avec leur équipe nationale, une chose qui n'était plus arrivée depuis belle lurette. Alors avec un Brainois dans l'équipe, vous imaginez. "Ils ont manqué de maturité mais on sera là à l'Euro", s'exclame un passant. Le rendez-vous est pris donc.

Il est 17h, une heure avant le coup d'envoi. Une cinquantaine de personnes sont déjà là. Il faut dire que l'ASBL Braine ô sport - organisateurs de l'événement - a mis les petits plats dans les grands. Après le Grand Jojo lors de Belgique-USA, c'est le groupe Mister Cover qui se charge de chauffer le public ce soir. Mais la petite pluie semble en avoir dissuadé plus d'un car il y a très peu de monde pour cette première partie."Ils vont arriver!", lance un passant qui remarque mon air dubitatif. Aucun organisateur ne doute du succès de l'événement. "Lors des deux premières diffusions, nous étions 1000 spectateurs. Pour le troisième match, 1500. Mercredi, c'est plus de 2000 personnes qui sont venues vibrer avec nous. Pour une ville de 20.000 habitants, c'est énorme", nous explique Claude Mazure, président des jeunes du Stade brainois. Suivre les Diables Rouges au Champ de la lune est devenu presque une tradition pour les Brainois qui veulent soutenir l'enfant du pays, celui qui il y a encore quelques années venait taper la balle sur l'Agoraspace du Champ de la lune. "On a toujours dit que Braine n'était pas une ville sportive mais aujourd'hui on a une vedette qui évolue au plus haut niveau. On se doit donc de soutenir notre vedette en plus de l'équipe", rajoute l'organisateur.Honorer mais pas d'idolâtrie La famille du jeune Eden Hazard est bel et bien présente. Si leur nom de famille est connu dans le monde entier, n'allez surtout pas parler de vedettariat. C'est mêlés à la foule, bavardant avec leurs amis, que l'on peut croiser la maman, le papa, ainsi que les petits frères de celui qui fait aujourd'hui la fierté de toute une ville. Là où d'autres familles de joueurs prennent des comportements de stars à se cacher du peuple, ce n'est pas le cas de la famille Hazard. Un mot suffit à les décrire : simplicité. Cette attitude plaît beaucoup aux Brainois, au point de vouloir quand même les mettre à l'honneur : "Nous avons l'intention de rebaptiser le stade communal en Stade Hazard. Pas spécialement pour Eden, mais en hommage à toute la famille pour tout ce qu'ils ont fait pour Braine-le-Comte", dit Mr Mazure.Si les Brainois veulent honorer et soutenir leur vedette, on ne verse pourtant pas dans l'idolâtrie : "j'aime beaucoup Eden, il joue bien mais mon préféré c'est Lukaku", dit Jonathan (8 ans)."Moi j'aime Kevin De Bruyne, Kompany et... Eden Hazard aussi", enchaîne Lauraline (7 ans).Un mauvais présageLa pluie s'intensifie tel un mauvais présage. Qu'à cela ne tienne, les Brainois sont arrivés en masse. En effet, quelques minutes avant le coup d'envoi ils étaient plus de 2.000 personnes drapées de noir-jaune-rouge devant l'écran géant. Au coup d'envoi, tous les pronostics sont donnés pour les Belges au Champ de la lune. On en oublierait presque qu'on affronte la grande Argentine, double championne du monde. C'est peu dire car, dès la 8e minute, c'est l'Albiceleste qui ouvre le score par Gonzalo Higuain. "Il y a des trous dans la défense, mais ça va aller...", tente de se rassurer Bernard, l'oncle d'Eden. "L'Argentine joue fort avec Messi. En deuxième mi-temps, on fera le jeu avec Eden. Il faut juste évacuer le stress et ça va aller", poursuit-il. Mais plus les minutes s'égrainent, plus les visages se referment. "C'est de la concentration", lance, blagueur, un proche de la famille. "On joue bien, on marquera en seconde mi-temps", ajoute-t-il. Cependant, c'est bien l'Argentine qui a failli aggraver la marque à la 40e minute, sur un coup franc de Lionel Messi. "La différence, c'est que l'Argentine sur une demie occasion ils font 1-0, tandis que nous on arrive pas à les mettre au fond. Pourtant on domine. C'est dommage", se plaint Fabrice. Malheureusement, Fabrice a vu juste car la seconde mi-temps sera identique à la première. Les quelques occasions belges finissent au dessus ou sur le gardien.Le public brainois se montre pourtant très fair-play car à la 59e minute, Eden Hazard prend une carte jaune sur une action dangereuse. Quelques grognements se font sentir, mais pas de huées générales.A la 75e minute, Eden Hazard cède sa place à Nacer Chadli. Un drame ? Non, les supporters semblent comprendre ce remplacement : "C'est justifié. Il est capable d'apporter beaucoup plus que ce qu'il nous montrer sur cette Coupe du monde. Je comprends le choix de l'entraîneur", nous dit Quentin, un ancien camarade de classe d'Eden. Pas d'idolâtrie je vous disais. Des regrets mais également de beaux souvenirsFinalement, c'est sous une pluie diluvienne que le coup de sifflet fatidique retentit dans le Champ de la lune. Le maître de cérémonie essaie de consoler le public en donnant les résultats de la tombola, mais rien n'y fait, c'est une vague noir-jaune-rouge qui quitte les lieux la tête basse, remplie de regrets, mais également de beaux souvenirs. Avoir pu vibrer ces deux semaines avec leur équipe nationale, une chose qui n'était plus arrivée depuis belle lurette. Alors avec un Brainois dans l'équipe, vous imaginez. "Ils ont manqué de maturité mais on sera là à l'Euro", s'exclame un passant. Le rendez-vous est pris donc.