Pour beaucoup de Diables Rouges, pas moins de 12 évoluent en Premier League, cette rencontre face au 'Three Lions' aura un parfum spécial. Roberto Martinez, ancien entraîneur du club anglais de Wigan, a déjà déclaré vouloir préserver ses joueurs sous la menace d'une suspension, Jan Vertonghen, Thomas Meunier et Kevin De Bruyne. Romelu Lukaku (cheville), Dries Mertens (cheville) et Eden Hazard (mollet), tous sortis contre la Tunisie, pourraient également être ménagés, tout comme Vincent Kompany, de retour à l'entraînement lundi.

Pas de risques

"On est qualifié (pour les huitièmes de finale, NDLR) et c'est le plus important à ce stade. La priorité n'est pas de gagner demain et on ne va pas risquer d'aligner des joueurs blessés ou sous cartes jaunes", a déclaré mercredi en conférence de presse Martinez.

Retour pour Vermaelen?

Par contre, l'opposition contre les Anglais apparait comme la rencontre idéale pour permettre à Thomas Vermaelen, blessé depuis mi-mai avec le FC Barcelone, d'acquérir du rythme en match officiel, lui qui remplacerait Vertonghen dans le trio axial défensif.

La deuxième place plus intéressante?

Sur le papier, la première place déboucherait sur une partie de tableau qui pourrait s'avérer plus compliquée que la deuxième. Cela n'a pas empêché tous les acteurs de la rencontre de balayer d'un revers de manche l'idée de ne pas vouloir s'imposer.

"Nous sommes venus en Russie avec un but bien précis, celui de faire du mieux possible lors de chaque rencontre", a résumé Alderweireld.

"Personne ne va calculer"

"Personne ne va calculer, nous voulons gagner", a affirmé pour sa part Marouane Fellaini, lui qui pourrait remplacer De Bruyne dans l'axe du jeu belge. À noter que la Belgique et l'Angleterre possèdent 6 points, ont une différence de buts de +6, ont marqué 8 buts. Si la rencontre se termine sur un score de parité, ce sera le classement du fair-play qui sera examiné.

Après deux rencontres, l'Angleterre a écopé de deux bristols jaunes contre trois à la Belgique. Historiquement, Belgique - Angleterre en Coupe du monde constitue une des plus grandes désillusions du football belge. En 1990, David Platt avait inscrit le but de la victoire (0-1) à la 119e minute des huitièmes de finale du Mondial en Italie, venant anéantir les espoirs d'une génération qu'on disait encore plus douée que celle de 1986.

En 31 matches, la Belgique s'est seulement imposée à trois reprises contre les Anglais, le dernier succès remontant à 1936. Simultanément à Saransk, le Panama et la Tunisie s'affronteront pour l'honneur. Déjà éliminées, les deux nations auront à coeur de terminer leur Mondial sur une note positive en tentant de récolter leurs premiers points de la compétition.

Pour beaucoup de Diables Rouges, pas moins de 12 évoluent en Premier League, cette rencontre face au 'Three Lions' aura un parfum spécial. Roberto Martinez, ancien entraîneur du club anglais de Wigan, a déjà déclaré vouloir préserver ses joueurs sous la menace d'une suspension, Jan Vertonghen, Thomas Meunier et Kevin De Bruyne. Romelu Lukaku (cheville), Dries Mertens (cheville) et Eden Hazard (mollet), tous sortis contre la Tunisie, pourraient également être ménagés, tout comme Vincent Kompany, de retour à l'entraînement lundi. "On est qualifié (pour les huitièmes de finale, NDLR) et c'est le plus important à ce stade. La priorité n'est pas de gagner demain et on ne va pas risquer d'aligner des joueurs blessés ou sous cartes jaunes", a déclaré mercredi en conférence de presse Martinez. Par contre, l'opposition contre les Anglais apparait comme la rencontre idéale pour permettre à Thomas Vermaelen, blessé depuis mi-mai avec le FC Barcelone, d'acquérir du rythme en match officiel, lui qui remplacerait Vertonghen dans le trio axial défensif. Sur le papier, la première place déboucherait sur une partie de tableau qui pourrait s'avérer plus compliquée que la deuxième. Cela n'a pas empêché tous les acteurs de la rencontre de balayer d'un revers de manche l'idée de ne pas vouloir s'imposer. "Nous sommes venus en Russie avec un but bien précis, celui de faire du mieux possible lors de chaque rencontre", a résumé Alderweireld. "Personne ne va calculer, nous voulons gagner", a affirmé pour sa part Marouane Fellaini, lui qui pourrait remplacer De Bruyne dans l'axe du jeu belge. À noter que la Belgique et l'Angleterre possèdent 6 points, ont une différence de buts de +6, ont marqué 8 buts. Si la rencontre se termine sur un score de parité, ce sera le classement du fair-play qui sera examiné. Après deux rencontres, l'Angleterre a écopé de deux bristols jaunes contre trois à la Belgique. Historiquement, Belgique - Angleterre en Coupe du monde constitue une des plus grandes désillusions du football belge. En 1990, David Platt avait inscrit le but de la victoire (0-1) à la 119e minute des huitièmes de finale du Mondial en Italie, venant anéantir les espoirs d'une génération qu'on disait encore plus douée que celle de 1986. En 31 matches, la Belgique s'est seulement imposée à trois reprises contre les Anglais, le dernier succès remontant à 1936. Simultanément à Saransk, le Panama et la Tunisie s'affronteront pour l'honneur. Déjà éliminées, les deux nations auront à coeur de terminer leur Mondial sur une note positive en tentant de récolter leurs premiers points de la compétition.