" Je suis comme fou ", a déclaré Jupp Heynckes (67 ans), qui a donc satisfait à la première exigence du Bayern : remporter le titre. " Après 23 ans, voilà que je gagne à nouveau un championnat. C'est un moment très émouvant pour moi. " Le président Uli Hoeness était également comblé par ce 23e titre en 50 ans de Bundesliga. " Rarement une équipe a été aussi dominante. Il n'y a pas de mots pour qualifier cette performance. "

Les statistiques du Rekordmeister soulignent sa suprématie. L'arrivée de Matthias Sammer au poste de directeur sportif a durci la discipline. Le Bayern a instauré un système de rotation parfait : 22 joueurs ont été alignés durant la saison mais personne n'a joué tous les matches. Cette saison, le Bayern s'est mué en machine invincible. Jusqu'à présent, la formation de Franck Ribéry n'a perdu que 9 points sur 81. Elle a marqué 79 buts et n'en a encaissé que 13, possédant la meilleure attaque et la meilleure défense.

Après les deux titres consécutifs du Borussia Dortmund, les Bavarois ont donc repris le flambeau. Le noyau, déjà très fort, a été renforcé l'été dernier à concurrence de 70 millions : Dante (ex-Charleroi et Standard), excellent à la construction, l'infatigable médian défensif Javi Martinez (transféré de l'Athletic Bilbao pour la somme record de 40 millions) et l'attaquant Mario Mandzukic, qui est devenu le meilleur buteur (15 buts en 21 parties), renvoyant l'international allemand Mario Gomez sur le banc. Suite à la blessure de Holger Badstuber, Daniel Van Buyten a été titularisé. Le Diable Rouge, en fin de contrat, a contribué au nombre incroyablement restreint de buts encaissés par Manuel Neuer.

L'été prochain, Pep Guardiola disposera de quelques dizaines de millions pour renforcer encore sa phalange, puisque le Bayern est un club financièrement prospère. Douze ans après sa dernière victoire en Ligue des Champions, le Bayern compte bien enlever la coupe aux grandes oreilles dans les plus brefs délais.

Par Frédéric Vanheule

" Je suis comme fou ", a déclaré Jupp Heynckes (67 ans), qui a donc satisfait à la première exigence du Bayern : remporter le titre. " Après 23 ans, voilà que je gagne à nouveau un championnat. C'est un moment très émouvant pour moi. " Le président Uli Hoeness était également comblé par ce 23e titre en 50 ans de Bundesliga. " Rarement une équipe a été aussi dominante. Il n'y a pas de mots pour qualifier cette performance. "Les statistiques du Rekordmeister soulignent sa suprématie. L'arrivée de Matthias Sammer au poste de directeur sportif a durci la discipline. Le Bayern a instauré un système de rotation parfait : 22 joueurs ont été alignés durant la saison mais personne n'a joué tous les matches. Cette saison, le Bayern s'est mué en machine invincible. Jusqu'à présent, la formation de Franck Ribéry n'a perdu que 9 points sur 81. Elle a marqué 79 buts et n'en a encaissé que 13, possédant la meilleure attaque et la meilleure défense.Après les deux titres consécutifs du Borussia Dortmund, les Bavarois ont donc repris le flambeau. Le noyau, déjà très fort, a été renforcé l'été dernier à concurrence de 70 millions : Dante (ex-Charleroi et Standard), excellent à la construction, l'infatigable médian défensif Javi Martinez (transféré de l'Athletic Bilbao pour la somme record de 40 millions) et l'attaquant Mario Mandzukic, qui est devenu le meilleur buteur (15 buts en 21 parties), renvoyant l'international allemand Mario Gomez sur le banc. Suite à la blessure de Holger Badstuber, Daniel Van Buyten a été titularisé. Le Diable Rouge, en fin de contrat, a contribué au nombre incroyablement restreint de buts encaissés par Manuel Neuer.L'été prochain, Pep Guardiola disposera de quelques dizaines de millions pour renforcer encore sa phalange, puisque le Bayern est un club financièrement prospère. Douze ans après sa dernière victoire en Ligue des Champions, le Bayern compte bien enlever la coupe aux grandes oreilles dans les plus brefs délais. Par Frédéric Vanheule