On savait que Chelsea prêterait son attaquant, car avec Olivier Giroud et Alvaro Morata, la concurrence était trop forte. Le fait que Michy Batshuayi ait finalement choisi Valence comme nouveau port d'attache est cependant surprenant, car il bénéficiait aussi de l'intérêt du FC Séville, qui présentait deux atouts supplémentaires.

Premièrement, le club andalou est beaucoup plus stable que Valence, qui vient tout juste de sortir du trou la saison dernière. Le club de l'est de l'Espagne connaît des difficultés financières depuis 2013 à cause de résultats sportifs décevants, de mauvais choix d'entraîneurs, de salaires trop élevés et d'une mauvaise relation avec le nouveau propriétaire de Singapour, Peter Lim.

En fin de saison dernière, pour la première fois depuis 2015, l'équipe a réussi à se qualifier pour la Ligue des Champions grâce au nouvel entraîneur miracle, Marcelino. Mais les problèmes n'ont pas disparu pour autant dans un club qui réfléchit surtout à court terme et pas tellement à long terme. Cela se remarque avec les nombreux joueurs loués qui composent l'effectif.

En outre, Batshuayi aurait eu plus de chances de jouer au FC Séville, car la concurrence y est quand même moindre sur le plan offensif. Le président du FC Séville, José Castro, n'a d'ailleurs pas caché son étonnement à l'annonce du choix de Batshuayi : "Pourquoi choisir quelques matches de Ligue des Champions plutôt que toute une saison à Séville?"

À Valence, la concurrence est rude en effet, avec cinq attaquants pour deux places. Rodrigo est le chouchou de Mestalla et a même fait partie de la sélection espagnole à la Coupe du monde. Avec le deuxième attaquant Simone Zaza, il formait une paire redoutable, mais l'Italien manifeste des envies de départ cet été. Il faudra donc se battre pour la deuxième place avec le nouveau venu, Kevin Gameiro, qui a encore joué à l'Atlético Madrid et au PSG, et avec le produit de l'école des jeunes Santi Mina, un autre chouchou du public.

Certes, pour les réseaux sociaux, Michy Batshuayi ne pouvait pas trouver de meilleur club. Son surnom Batsman, que l'on pourrait traduire par homme chauve-souris, est en effet prédestiné pour Valence, car l'emblème du club est précisément une chauve-souris. Commercialement, c'est donc un coup dans le mille. Sportivement, cela reste à prouver.

Par Gert Segers

On savait que Chelsea prêterait son attaquant, car avec Olivier Giroud et Alvaro Morata, la concurrence était trop forte. Le fait que Michy Batshuayi ait finalement choisi Valence comme nouveau port d'attache est cependant surprenant, car il bénéficiait aussi de l'intérêt du FC Séville, qui présentait deux atouts supplémentaires. Premièrement, le club andalou est beaucoup plus stable que Valence, qui vient tout juste de sortir du trou la saison dernière. Le club de l'est de l'Espagne connaît des difficultés financières depuis 2013 à cause de résultats sportifs décevants, de mauvais choix d'entraîneurs, de salaires trop élevés et d'une mauvaise relation avec le nouveau propriétaire de Singapour, Peter Lim. En fin de saison dernière, pour la première fois depuis 2015, l'équipe a réussi à se qualifier pour la Ligue des Champions grâce au nouvel entraîneur miracle, Marcelino. Mais les problèmes n'ont pas disparu pour autant dans un club qui réfléchit surtout à court terme et pas tellement à long terme. Cela se remarque avec les nombreux joueurs loués qui composent l'effectif.En outre, Batshuayi aurait eu plus de chances de jouer au FC Séville, car la concurrence y est quand même moindre sur le plan offensif. Le président du FC Séville, José Castro, n'a d'ailleurs pas caché son étonnement à l'annonce du choix de Batshuayi : "Pourquoi choisir quelques matches de Ligue des Champions plutôt que toute une saison à Séville?"À Valence, la concurrence est rude en effet, avec cinq attaquants pour deux places. Rodrigo est le chouchou de Mestalla et a même fait partie de la sélection espagnole à la Coupe du monde. Avec le deuxième attaquant Simone Zaza, il formait une paire redoutable, mais l'Italien manifeste des envies de départ cet été. Il faudra donc se battre pour la deuxième place avec le nouveau venu, Kevin Gameiro, qui a encore joué à l'Atlético Madrid et au PSG, et avec le produit de l'école des jeunes Santi Mina, un autre chouchou du public.Certes, pour les réseaux sociaux, Michy Batshuayi ne pouvait pas trouver de meilleur club. Son surnom Batsman, que l'on pourrait traduire par homme chauve-souris, est en effet prédestiné pour Valence, car l'emblème du club est précisément une chauve-souris. Commercialement, c'est donc un coup dans le mille. Sportivement, cela reste à prouver.Par Gert Segers