Le verdict rendu par le Comité des Compétitions de la Fédération espagnole de football (RFEF) condamne en effet le FC Barcelone à une amende de... 300 euros, soit la sanction minimale dans ce genre de cas. L'infraction a été jugée bénigne.

L'Atlético demandait 200 millions pour Griezmann, mais Barcelone a annoncé le 12 juillet qu'il l'engageait au prix de la clause libératoire après le 1er juillet, date à laquelle cette somme était ramenée de 200 à 120 millions.

Or le joueur avait déjà annoncé son départ le 14 mai. Il avait alors déjà conclu un accord avec Barcelone, qui aurait entamé les négociations dès le mois de mars, selon l'Atlético, lequel n'accepte donc pas ce qu'il considère comme une "entourloupe".

Aucune sanction n'a par ailleurs été prononcée contre l'international français.