"Une phase retour identique ne serait pas normale, pas logique. (...) C'est vrai que c'est incroyable ce que les joueurs ont fait. Nous sommes très satisfaits", a jugé dimanche en conférence de presse Vilanova.

Avec 55 points cumulés sur 57 possibles au total, les Blaugrana battent même leur propre record de 52 points obtenus lors d'une phase aller de Liga, meilleure marque qui appartenait jusqu'ici au Barça de Guardiola de la saison 2010-2011.

A mi-parcours, ils devancent l'Atletico, 2e au classement, de 11 points et le Real Madrid, 3e, de 18 points.

"Nos joueurs sont très bons, ils suivent la même dynamique qu'ils ont connue au cours de ces quatre dernières années et surtout, ils ont gardé cette même envie de gagner", a tenté d'expliquer Vilanova au moment de livrer les clefs de cette phase aller historique. "Même si cet avantage était impensable en début de saison, il nous faut continuer ainsi", a insisté le Barcelonais.

"Je me sens bien et je peux venir travailler. J'ai reçu beaucoup de messages de soutien, mais j'aimerais qu'on s'intéresse à moi pour mon travail, pas pour ma maladie", a conclu Vilanova qui avait fait l'impasse sur le dernier match des Catalans jeudi pour soigner son cancer d'une glande salivaire.

"Une phase retour identique ne serait pas normale, pas logique. (...) C'est vrai que c'est incroyable ce que les joueurs ont fait. Nous sommes très satisfaits", a jugé dimanche en conférence de presse Vilanova. Avec 55 points cumulés sur 57 possibles au total, les Blaugrana battent même leur propre record de 52 points obtenus lors d'une phase aller de Liga, meilleure marque qui appartenait jusqu'ici au Barça de Guardiola de la saison 2010-2011. A mi-parcours, ils devancent l'Atletico, 2e au classement, de 11 points et le Real Madrid, 3e, de 18 points. "Nos joueurs sont très bons, ils suivent la même dynamique qu'ils ont connue au cours de ces quatre dernières années et surtout, ils ont gardé cette même envie de gagner", a tenté d'expliquer Vilanova au moment de livrer les clefs de cette phase aller historique. "Même si cet avantage était impensable en début de saison, il nous faut continuer ainsi", a insisté le Barcelonais. "Je me sens bien et je peux venir travailler. J'ai reçu beaucoup de messages de soutien, mais j'aimerais qu'on s'intéresse à moi pour mon travail, pas pour ma maladie", a conclu Vilanova qui avait fait l'impasse sur le dernier match des Catalans jeudi pour soigner son cancer d'une glande salivaire.