Pas facile de se fondre dans l'exigeant jeu de passes du Barça: Griezmann fonctionne sur courant alternatif depuis ses débuts sous le maillot blaugrana, contraint de s'adapter à un nouveau style de jeu, à un nouveau poste, à de nouveaux partenaires.

"Je peux faire mieux, et encore heureux, parce que je viens seulement d'arriver", a reconnu l'attaquant français la semaine dernière.

"C'est un autre football, une autre position pour moi. Je savais que j'aurais un peu de mal et que j'allais m'améliorer à chaque match. Mais bon, je ne vais pas si mal, j'ai mis trois buts" en sept journées de Liga, a-t-il ironisé.

A l'inverse, l'ancien joueur de l'Atlético Madrid est parfois passé à côté, notamment lors de la 1re journée de C1 à Dortmund (0-0), et semble encore en phase d'adaptation.

Tacle

"C'est un style de jeu totalement différent de celui de l'Atlético, il y a beaucoup moins d'espaces pour courir, pour attaquer", l'a défendu le défenseur Clément Lenglet, son partenaire à Barcelone et en sélection, au micro de la radio catalane RAC1. "Il peut mieux faire les choses parce qu'il a un talent incroyable."

Griezmann l'a reconnu lui-même: il a le jeu de passes blaugrana "dans les jambes" mais il peine encore à participer au pressing très haut des Catalans.

Habitué à combiner dans un système à deux pointes, le champion du monde a aussi subi un repositionnement comme avant-centre unique (en l'absence de Suarez), apparaissant trop isolé, ou comme ailier gauche, un poste où il manque de vitesse pour déborder.

"Ce que nous voulons, c'est qu'il participe beaucoup dans le jeu", a souligné son entraîneur Ernesto Valverde. "S'il touche le ballon, il peut être décisif."

En outre, Griezmann a essuyé des critiques liées à son fameux documentaire "La Décision" où il repoussait en mondiovision les avances du Barça à l'été 2018. "Je crois qu'il a fait une erreur mais c'est du passé", a dédramatisé Lenglet.

Griezmann a également dû digérer la pression d'un transfert mirifique (120 M EUR), puis les poursuites engagées par l'Atlético, qui accuse le Barça d'avoir négocié avec le joueur sans son accord. Dans ce dossier, la fédération espagnole a d'ailleurs condamné le club catalan à une amende symbolique de... 300 euros.

Désormais Barcelonais, l'attaquant doit aussi s'intégrer dans un vestiaire qui aurait préféré voir revenir le Brésilien Neymar cet été.

Il y a un an, Suarez avait mis un tacle à "Grizi", assurant que le Français, passionné par la culture uruguayenne, ne connaissait pas en réalité "le dévouement et les efforts que les Uruguayens font depuis leur plus jeune âge".

Adoubement

"Je crois qu'avec des passes décisives, nous pourrons tout régler", a répondu le Français avec humour, assurant s'entendre "plutôt bien" avec Suarez depuis.

La recrue a aussi dû faire allégeance au capitaine et maître à jouer blaugrana: "Messi est l'image du football", a lancé le Mâconnais, mettant en veilleuse son ambition souvent répétée de "s'asseoir à la table" du quintuple Ballon d'Or.

On pourrait croire les deux joueurs difficilement compatibles par leur tendance commune à dézoner et à aimanter le jeu. Mais leur première titularisation ensemble, la semaine dernière contre Villarreal (2-1), a été prometteuse avec une passe décisive de Messi pour Griezmann. Leur accolade, franche et joyeuse, a sonné comme un adoubement.

L'association a néanmoins tourné court avec la sortie sur blessure de l'Argentin (cuisse). Mais Messi a repris l'entraînement lundi avec la possibilité de reconstituer le trio "GSM" dès mercredi contre l'Inter Milan. Et tout le Camp Nou espère voir ces trois ténors au diapason.