Il ne s'en cachait pas, Zakaria Bakkali (18 ans) voulait à tout prix quitter le PSV. Mais ce transfert ne se fera finalement pas. Déçu, le joueur s'est alors rabattu sur une prolongation de contrat avec le club d'Eindhoven, sans succès. Les deux parties n'ont pas réussi à trouver un terrain d'entente. Du coup, Bakkali est contraint de terminer sa dernière année de contrat avec les Espoirs.

Un début de saison 2013-2014 en boulet de canon

Pourtant, lorsque le PSV affronte Zulte-Waregem en août 2013, dans le cadre du 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions, un jeune Belge se distingue dans les rangs néerlandais: il s'agit de Zakaria Bakkali. Lors du match retour, facilement gagné 0-3 par le PSV, il sera l'auteur du 2e but des Rouges et Blancs. Une magnifique reprise de volée croisée qui trompe le gardien de Zulte, Sammy Bossut.

À cette époque, Bakkali est le joueur dont tout le monde parle. Il devient titulaire dans la ligne offensive du PSV et enchaîne les bonnes prestations. Peu avant la rencontre européenne face à Zulte, il avait d'ailleurs inscrit un triplé en championnat face au NEC, le premier de sa jeune carrière.

Dans la foulée, Marc Wilmots se montre très intéressé par Bakkali. Le sélectionneur national de la Belgique fait tout pour attirer le jeune joueur dans l'équipe noir-jaune-rouge. Mais le Maroc, pays d'origine de ses parents, est également intéressé par le jeune joueur. Quand on lui demande quel pays il choisira, Bakkali botte en touche. Pour lui, c'est du 50-50 entre ses deux pays de coeur. Finalement, le 15 octobre 2013, Bakkali entre au jeu à la 78e minute, le maillot belge sur les épaules, face au Pays de Galles, ce qui scellera définitivement son choix. Cette rencontre est à ce jour sa seule et unique apparition en équipe nationale.

Des relations tendues et une mise à l'écart

Par la suite, Bakkali enchaînera les blessures et les indisponibilités. Porté en triomphe durant l'été 2013, il devra se contenter des équipes de jeunes du PSV pour le reste de la saison 2013-2014. Une situation qu'il n'accepte pas. Il fait donc le forcing pour partir à tout prix. L'Atlético Madrid avait un temps montré un sérieux intérêt pour le joueur: il devait être vendu aux Colchoneros et prêté dans la foulée à Lille. Mais aucun accord ne sera conclu entre les deux clubs.

Bakkali, que le PSV juge excédentaire, devra donc ruminer sa déception chez les espoirs cette saison. A moins d'un transfert lors du mercato d'hiver.

Il ne s'en cachait pas, Zakaria Bakkali (18 ans) voulait à tout prix quitter le PSV. Mais ce transfert ne se fera finalement pas. Déçu, le joueur s'est alors rabattu sur une prolongation de contrat avec le club d'Eindhoven, sans succès. Les deux parties n'ont pas réussi à trouver un terrain d'entente. Du coup, Bakkali est contraint de terminer sa dernière année de contrat avec les Espoirs.Un début de saison 2013-2014 en boulet de canonPourtant, lorsque le PSV affronte Zulte-Waregem en août 2013, dans le cadre du 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions, un jeune Belge se distingue dans les rangs néerlandais: il s'agit de Zakaria Bakkali. Lors du match retour, facilement gagné 0-3 par le PSV, il sera l'auteur du 2e but des Rouges et Blancs. Une magnifique reprise de volée croisée qui trompe le gardien de Zulte, Sammy Bossut.À cette époque, Bakkali est le joueur dont tout le monde parle. Il devient titulaire dans la ligne offensive du PSV et enchaîne les bonnes prestations. Peu avant la rencontre européenne face à Zulte, il avait d'ailleurs inscrit un triplé en championnat face au NEC, le premier de sa jeune carrière.Dans la foulée, Marc Wilmots se montre très intéressé par Bakkali. Le sélectionneur national de la Belgique fait tout pour attirer le jeune joueur dans l'équipe noir-jaune-rouge. Mais le Maroc, pays d'origine de ses parents, est également intéressé par le jeune joueur. Quand on lui demande quel pays il choisira, Bakkali botte en touche. Pour lui, c'est du 50-50 entre ses deux pays de coeur. Finalement, le 15 octobre 2013, Bakkali entre au jeu à la 78e minute, le maillot belge sur les épaules, face au Pays de Galles, ce qui scellera définitivement son choix. Cette rencontre est à ce jour sa seule et unique apparition en équipe nationale.Des relations tendues et une mise à l'écart Par la suite, Bakkali enchaînera les blessures et les indisponibilités. Porté en triomphe durant l'été 2013, il devra se contenter des équipes de jeunes du PSV pour le reste de la saison 2013-2014. Une situation qu'il n'accepte pas. Il fait donc le forcing pour partir à tout prix. L'Atlético Madrid avait un temps montré un sérieux intérêt pour le joueur: il devait être vendu aux Colchoneros et prêté dans la foulée à Lille. Mais aucun accord ne sera conclu entre les deux clubs. Bakkali, que le PSV juge excédentaire, devra donc ruminer sa déception chez les espoirs cette saison. A moins d'un transfert lors du mercato d'hiver.