Le surréalisme à la belge a encore frappé.

Hier soir, au Heysel, 7.000 supporters avaient l'opportunité de revoir les Diables en action au stade. Une réjouissance modérée, qui s'est vite transformée en calvaire pour certains.

Les mesures anti-covid ont en effet contraint la Fédération de mettre en place 3 tranches horaires pour entrer dans le stade. Le but initial: gérer au mieux le flux des supporters et éviter les attroupements.

Le premier créneau horaire était établi entre 18h30 et 19h10. Pour un match qui, rappelons-le, débutait à 20h45. Un timing difficilement respectable pour des personnes qui viennent de loin ou qui ont à peine terminé leur journée de travail.

Problème: si vous arriviez à 19h11, aucune flexibilité ne vous était accordée. Votre code barre était automatiquement refusé par le scanning à l'entrée. Conséquence: des centaines de personnes se sont donc vues refuser l'accès au stade, dans un premier temps. La "solution": aller faire "revalider" son ticket, à des guichets situés dans un container improvisé, aux alentours du stade.

DR
© DR

Et c'est ici que les ennuis commencent. Pour faire revalider son ticket, deux guichets sur quatre sont disponibles. Temps moyen pour réobtenir son droit d'accès: 1 minute 40 secondes. Avec des centaines de personnes recalées à l'entrée (rien que pour une tribune): vous imaginez rapidement l'attroupement provoqué. Dans la file, les supporters perdent patience et l'incompréhension se transforment rapidement en colère. Plus d'une heure d'attente pour certains, où les 1m50 de distanciation n'étaient évidemment pas respectés.

De très longues files créées à cause d'un système mis en place pour les éviter. Vous avez dit surréaliste?, DR
De très longues files créées à cause d'un système mis en place pour les éviter. Vous avez dit surréaliste? © DR

Au lieu de mettre en place une certaine flexibilité dans les tranches horaires (n'était-il pas anticipable que de nombreuses personnes n'allaient pas pouvoir les respecter à la minute près?) et de laisser le flux se réguler naturellement, arrive ce que tout le monde voulait absoluement éviter: des files interminables, en pleine rescrudescence du coronavirus dans la capitale. "On crée le problème que l'on voulait éviter", résume un internaute sur Twitter.

Tout porte à croire que d'autres matchs des Diables auront lieu au stade Roi Baudouin avec des mesures sanitaires plus ou moins strictes. Espérons que l'Union belge et l'UEFA tirent les leçons de ce couac.

., DR
. © DR
Le surréalisme à la belge a encore frappé. Hier soir, au Heysel, 7.000 supporters avaient l'opportunité de revoir les Diables en action au stade. Une réjouissance modérée, qui s'est vite transformée en calvaire pour certains. Les mesures anti-covid ont en effet contraint la Fédération de mettre en place 3 tranches horaires pour entrer dans le stade. Le but initial: gérer au mieux le flux des supporters et éviter les attroupements. Le premier créneau horaire était établi entre 18h30 et 19h10. Pour un match qui, rappelons-le, débutait à 20h45. Un timing difficilement respectable pour des personnes qui viennent de loin ou qui ont à peine terminé leur journée de travail. Problème: si vous arriviez à 19h11, aucune flexibilité ne vous était accordée. Votre code barre était automatiquement refusé par le scanning à l'entrée. Conséquence: des centaines de personnes se sont donc vues refuser l'accès au stade, dans un premier temps. La "solution": aller faire "revalider" son ticket, à des guichets situés dans un container improvisé, aux alentours du stade.Et c'est ici que les ennuis commencent. Pour faire revalider son ticket, deux guichets sur quatre sont disponibles. Temps moyen pour réobtenir son droit d'accès: 1 minute 40 secondes. Avec des centaines de personnes recalées à l'entrée (rien que pour une tribune): vous imaginez rapidement l'attroupement provoqué. Dans la file, les supporters perdent patience et l'incompréhension se transforment rapidement en colère. Plus d'une heure d'attente pour certains, où les 1m50 de distanciation n'étaient évidemment pas respectés. Au lieu de mettre en place une certaine flexibilité dans les tranches horaires (n'était-il pas anticipable que de nombreuses personnes n'allaient pas pouvoir les respecter à la minute près?) et de laisser le flux se réguler naturellement, arrive ce que tout le monde voulait absoluement éviter: des files interminables, en pleine rescrudescence du coronavirus dans la capitale. "On crée le problème que l'on voulait éviter", résume un internaute sur Twitter.Tout porte à croire que d'autres matchs des Diables auront lieu au stade Roi Baudouin avec des mesures sanitaires plus ou moins strictes. Espérons que l'Union belge et l'UEFA tirent les leçons de ce couac.