La fin de cycle de l'entraîneur français était prévisible à l'Emirates Stadium. Les dernières saisons des Gunners étaient faibles au niveau des titres, et cela, malgré les trois coupes d'Angleterre remportées (2014, 2015, 2017). Il fallait trouver un nouveau meneur d'hommes, pour relancer une équipe en difficulté.

Le choix "Unaï Emery"

Trouver un remplaçant à Arsène Wenger n'est pas chose aisée, le Français a révolutionné cette équipe et lui a fait remporter des titres. C'est finalement sur Unaï Emery que le choix s'est porté. Une nomination surprenante au vu de ses mauvais résultats avec le PSG.

La direction aime le style offensif, prôné par le Basque, cette tactique a d'ailleurs fait remporter trois Europa Ligue consécutives au FC Séville (2014, 2015, 2016). La tâche s'annonce rude pour Unaï Emery qui va diriger une équipe historique du championnat anglais, une formation au palmarès bien rempli. Il devra rendre les "Gunners" aussi explosifs que par le passé. L'Espagnol fera fort pour son premier mercato en recrutant trois bons joueurs : Bernd Leno, Sokratis et l'arrière droit Liechsteiner parti libre de la Juventus.

Il transmet à ce groupe un jeu rapide, en privilégiant les contre-attaques. L'entraîneur mélange expérience et jeunesse, une recette qui avait brillé par son absence les saisons passées.

L'échec du PSG

Unaï Emery n'est plus l'homme critiqué du PSG. Aujourd'hui, il redonne espoir à toute une ville, un pur bonheur pour les supporters. En France, il avait tenté d'instaurer le 4-2-3-1 utilisé à Séville, vite délaissé au profit du 4-3-3 classique. Les dirigeants ne lui ont pas accordé de liberté dans le recrutement, sans parler des médias français, qui l'ont fustigé après les échecs européens.

A Arsenal, l'Espagnol retrouve du plaisir à gérer un vestiaire, en apportant de la "grinta" un état d'esprit qui était absent du côté de l'Emirates Stadium. Les Gunners sont tout aussi puissants que le PSG cela dit, le niveau de la Premier League peut expliquer l'attrait du Basque pour le meilleur championnat du monde.

Objectif Premier League pour Arsenal

Arsenal est 5e de Premier League à 8 points du leader Manchester City. Un écart conséquent, mais pas irrattrapable. Surtout avec le "Boxing Day", une semaine décisive pour le titre de champion.

L'équipe londonienne est une belle surprise cette saison, la formation n'a perdu que 2 fois en 13 journées. Un vrai départ en "boulet de canon". C'est aussi une des équipes favorites pour l'Europa Ligue 2019. Nul doute que l'expérience européenne d'Emery sera un atout considérable pour les Gunners car l'objectif est clair : décrocher cette 14e couronne, qui leur échappe depuis trop longtemps. Le titre de champion s'enfuyant sans cesse du côté de Chelsea, ou aux deux clubs de Manchester ces dernières années.

Pour les supporters et les dirigeants d'Arsenal, cette domination des trois clubs rivaux doit prendre fin. A Unaï Emery d'inverser cette tendance et assumer la confiance que toute une ville lui porte. Et les Parisiens s'en mordront les doigts si l'Espagnol venait à remporter la Ligue des Champions.

Alexandre Degryse

La fin de cycle de l'entraîneur français était prévisible à l'Emirates Stadium. Les dernières saisons des Gunners étaient faibles au niveau des titres, et cela, malgré les trois coupes d'Angleterre remportées (2014, 2015, 2017). Il fallait trouver un nouveau meneur d'hommes, pour relancer une équipe en difficulté.Le choix "Unaï Emery"Trouver un remplaçant à Arsène Wenger n'est pas chose aisée, le Français a révolutionné cette équipe et lui a fait remporter des titres. C'est finalement sur Unaï Emery que le choix s'est porté. Une nomination surprenante au vu de ses mauvais résultats avec le PSG. La direction aime le style offensif, prôné par le Basque, cette tactique a d'ailleurs fait remporter trois Europa Ligue consécutives au FC Séville (2014, 2015, 2016). La tâche s'annonce rude pour Unaï Emery qui va diriger une équipe historique du championnat anglais, une formation au palmarès bien rempli. Il devra rendre les "Gunners" aussi explosifs que par le passé. L'Espagnol fera fort pour son premier mercato en recrutant trois bons joueurs : Bernd Leno, Sokratis et l'arrière droit Liechsteiner parti libre de la Juventus.Il transmet à ce groupe un jeu rapide, en privilégiant les contre-attaques. L'entraîneur mélange expérience et jeunesse, une recette qui avait brillé par son absence les saisons passées. L'échec du PSGUnaï Emery n'est plus l'homme critiqué du PSG. Aujourd'hui, il redonne espoir à toute une ville, un pur bonheur pour les supporters. En France, il avait tenté d'instaurer le 4-2-3-1 utilisé à Séville, vite délaissé au profit du 4-3-3 classique. Les dirigeants ne lui ont pas accordé de liberté dans le recrutement, sans parler des médias français, qui l'ont fustigé après les échecs européens. A Arsenal, l'Espagnol retrouve du plaisir à gérer un vestiaire, en apportant de la "grinta" un état d'esprit qui était absent du côté de l'Emirates Stadium. Les Gunners sont tout aussi puissants que le PSG cela dit, le niveau de la Premier League peut expliquer l'attrait du Basque pour le meilleur championnat du monde.Objectif Premier League pour ArsenalArsenal est 5e de Premier League à 8 points du leader Manchester City. Un écart conséquent, mais pas irrattrapable. Surtout avec le "Boxing Day", une semaine décisive pour le titre de champion. L'équipe londonienne est une belle surprise cette saison, la formation n'a perdu que 2 fois en 13 journées. Un vrai départ en "boulet de canon". C'est aussi une des équipes favorites pour l'Europa Ligue 2019. Nul doute que l'expérience européenne d'Emery sera un atout considérable pour les Gunners car l'objectif est clair : décrocher cette 14e couronne, qui leur échappe depuis trop longtemps. Le titre de champion s'enfuyant sans cesse du côté de Chelsea, ou aux deux clubs de Manchester ces dernières années. Pour les supporters et les dirigeants d'Arsenal, cette domination des trois clubs rivaux doit prendre fin. A Unaï Emery d'inverser cette tendance et assumer la confiance que toute une ville lui porte. Et les Parisiens s'en mordront les doigts si l'Espagnol venait à remporter la Ligue des Champions.Alexandre Degryse