Un début de carrière éclair

Il fait partie de ces joueurs pour qui tout va très vite, trop vite même. Pour eux, le plaisir du football passe subitement au second plan, quand les sirènes des gros clubs surviennent, les salaires astronomiques proposés pour leur âge et l'exposition médiatique instantanée.

Martin Odegaard fait partie de cette catégorie-là. À 15 ans, il effectuait déjà ses débuts professionnels pour Stromgodset, en D1 norvégienne. Très rapidement, ses qualités techniques, de passes et de vision de jeu ne passent pas inaperçues. Pour sa première saison, il inscrit 5 buts et délivre 7 passes décisives. Ce qui lui vaut l'intérêt de tous les plus grands clubs d'Europe. Le Bayern, les deux Manchester, Liverpool, le Real, le Barça, Arsenal, et on en passe.

Odegaard avait un choix de roi. N'ayant pas encore signé de contrat pro, il pouvait s'engagé n'importe où. Un temps très proche de l'Ajax, il signe finalement pour le Real Madrid en janvier 2015, à tout juste 16 ans.

La presse mondiale a les yeux rivés sur lui, et l'étiquette du futur Messi ou du futur Ronaldo lui est tout de suite attribuée. Le montant du transfert s'élèverait à 8M d'euros, bonus compris.

Odegaard intègre d'abord la Castilla, entrainée par Zidane, mais il ne fait pas totalement l'unanimité. Il établira tout de même un record sous la tunique blanche, celui du plus jeune joueur à évoluer en Liga pour le Real Madrid.

Au ralenti

Mais le début de carrière du Norvégien tourne au ralenti. Souvent sur le banc, il ne convainc pas vraiment Zidane, et ne trouve pas sa place au sein d'un effectif qui tourne à plein régime. La concurrence au milieu de terrain est rude, elle l'est également sur les flancs de l'attaque madrilène. Après une saison et demie, les dirigeant se rendent comptent qu'il a besoin de temps de jeu. Alors, il est envoyé deux ans aux Pays-Bas, successivement à Heerenveen et au Vitesse Arnhem. Une première année assez timide, la suivante beaucoup plus convaincante, Odegaard enchaine les matchs et regoutte au plaisir du football. Il retrouve de la confiance et espère enfin pouvoir s'imposer dans la capitale espagnole. De plus, de nombreux joueurs ont quitté le club depuis, comme James et Ronaldo. S'il pensait pouvoir avoir une chance, il n'en est rien, Odegaard est à nouveau prêté, cette fois à la Real Sociedad.

Confirmation à la Real

Dans le but de se familiariser avec le championnat espagnol, le joueur de 20 ans à l'époque se devait de relever ce défi. Et ce fut une réussite. Le médian norvégien contribue à la belle saison de la Real avec 7 buts et 9 passes décisives, et forme une animation offensive intéressante aux côtés d'Oyarzabal, de Alexander Ishak, et de Januzaj.

Martin Odegaard pense alors (enfin) avoir acquis la maturité nécessaire pour le Real Madrid. Conservé dans l'équipe de Zidane en début de saison, il peine toutefois à être décisif. Après plusieurs chances grillées, il obtient un bon de sortie au dernier mercato hivernal. Arsenal en profite, et 10 petits matchs plus tard, les Gunners semblent conquis. En plus de ses deux premiers buts, il apporte de la fluidité au jeu, ce qui manquait cruellement aux Gunners en première partie de saison. En effet, les dernières nouvelles annoncent que le club londonien souhaite s'approprier le Norvégien. Mais l'envie de forcer le destin madrilène est peut-être trop forte pour lui. Après tout, un peu de stabilité ne ferait pas de tort à sa carrière. Et prendre encore de l'expérience avant de, pourquoi pas, retenter sa chance. Le temps ne presse pas forcément pour l'enfant star, car oui, ne l'oublions pas, il n'a que 22 ans.

Il fait partie de ces joueurs pour qui tout va très vite, trop vite même. Pour eux, le plaisir du football passe subitement au second plan, quand les sirènes des gros clubs surviennent, les salaires astronomiques proposés pour leur âge et l'exposition médiatique instantanée. Martin Odegaard fait partie de cette catégorie-là. À 15 ans, il effectuait déjà ses débuts professionnels pour Stromgodset, en D1 norvégienne. Très rapidement, ses qualités techniques, de passes et de vision de jeu ne passent pas inaperçues. Pour sa première saison, il inscrit 5 buts et délivre 7 passes décisives. Ce qui lui vaut l'intérêt de tous les plus grands clubs d'Europe. Le Bayern, les deux Manchester, Liverpool, le Real, le Barça, Arsenal, et on en passe. Odegaard avait un choix de roi. N'ayant pas encore signé de contrat pro, il pouvait s'engagé n'importe où. Un temps très proche de l'Ajax, il signe finalement pour le Real Madrid en janvier 2015, à tout juste 16 ans. La presse mondiale a les yeux rivés sur lui, et l'étiquette du futur Messi ou du futur Ronaldo lui est tout de suite attribuée. Le montant du transfert s'élèverait à 8M d'euros, bonus compris. Odegaard intègre d'abord la Castilla, entrainée par Zidane, mais il ne fait pas totalement l'unanimité. Il établira tout de même un record sous la tunique blanche, celui du plus jeune joueur à évoluer en Liga pour le Real Madrid.Au ralentiMais le début de carrière du Norvégien tourne au ralenti. Souvent sur le banc, il ne convainc pas vraiment Zidane, et ne trouve pas sa place au sein d'un effectif qui tourne à plein régime. La concurrence au milieu de terrain est rude, elle l'est également sur les flancs de l'attaque madrilène. Après une saison et demie, les dirigeant se rendent comptent qu'il a besoin de temps de jeu. Alors, il est envoyé deux ans aux Pays-Bas, successivement à Heerenveen et au Vitesse Arnhem. Une première année assez timide, la suivante beaucoup plus convaincante, Odegaard enchaine les matchs et regoutte au plaisir du football. Il retrouve de la confiance et espère enfin pouvoir s'imposer dans la capitale espagnole. De plus, de nombreux joueurs ont quitté le club depuis, comme James et Ronaldo. S'il pensait pouvoir avoir une chance, il n'en est rien, Odegaard est à nouveau prêté, cette fois à la Real Sociedad.Dans le but de se familiariser avec le championnat espagnol, le joueur de 20 ans à l'époque se devait de relever ce défi. Et ce fut une réussite. Le médian norvégien contribue à la belle saison de la Real avec 7 buts et 9 passes décisives, et forme une animation offensive intéressante aux côtés d'Oyarzabal, de Alexander Ishak, et de Januzaj. Martin Odegaard pense alors (enfin) avoir acquis la maturité nécessaire pour le Real Madrid. Conservé dans l'équipe de Zidane en début de saison, il peine toutefois à être décisif. Après plusieurs chances grillées, il obtient un bon de sortie au dernier mercato hivernal. Arsenal en profite, et 10 petits matchs plus tard, les Gunners semblent conquis. En plus de ses deux premiers buts, il apporte de la fluidité au jeu, ce qui manquait cruellement aux Gunners en première partie de saison. En effet, les dernières nouvelles annoncent que le club londonien souhaite s'approprier le Norvégien. Mais l'envie de forcer le destin madrilène est peut-être trop forte pour lui. Après tout, un peu de stabilité ne ferait pas de tort à sa carrière. Et prendre encore de l'expérience avant de, pourquoi pas, retenter sa chance. Le temps ne presse pas forcément pour l'enfant star, car oui, ne l'oublions pas, il n'a que 22 ans.