"La première chose que j'ai remarquée était l'intensité du pressing", dit-il. "La pression s'effectue directement lorsque nous perdons la balle. Nous faisons énormément de jeux de position, dans le but de récupérer le ballon. Le pressing effectué est incroyable, ne laissant pas le temps à l'adversaire de conserver la balle."

Un entraînement payant

Et au niveau de la possession, Vermaelen en connaît un bout puisqu'il a été formé à l'Académie de l'Ajax Amsterdam avant d'intégrer l'équipe d'Arsenal, pendant cinq ans, sous Arsène Wenger. Mais, la vitesse et la précision avec lesquelles les joueurs du Barça jouent lui ont coupé le souffle.

Les qualités de l'équipe catalane ne viennent pas de nulle part. Les joueurs du Barça suent à l'entraînement, avec du drainage ou le "rondo". Cette pratique a été instaurée par Johan Cruyff alors qu'il était entraîneur au club et est, depuis, propre à l'entraînement catalan.

"Nous effectuons cela à chaque début d'entraînement. Ce n'est pas seulement un échauffement mais un exercice en lui-même, car tu dois garder la balle en possession et pousser les joueurs au milieu à effectuer un pressing", révèle Vermaelen au Telegraph, avant d'ajouter : "Nous le faisions parfois à Arsenal mais peu de clubs l'effectuent comme il est réalisé ici. C'est une tradition. Même si nous gagnons un match un soir, nous venons le lendemain matin pour faire un rondo."

Une équipe qui tourne

Le travail paye... Même après avoir gagné cinq des six trophées l'année dernière, Barcelone en veut toujours plus. Ils semblent "invulnérables" et sont en bonne position pour remporter une nouvelle fois le Championnat, avec seulement deux défaites cette saison. Ils ont récemment battu Valence 7-0 et le Celta Vigo 6-1, tout en établissant le record d'une série de 32 matchs sans défaite. Alors forcément, Arsenal sera un véritable outsider ce mardi.

La performance face au Celta Vigo, le club du Belge Théo Bongonda, est certainement l'une de leurs meilleures depuis que Guardiola est parti. Pressings, passes clés, finition, technique, vitesse... Tout y était jusqu'à ce penalty joué en deux temps par Messi et Suarez. Alors que beaucoup voyaient ce geste comme un coup de génie, d'autres se sont indignés du manque de respect qu'un penalty indirect représente.

Pour Vermaelen, ce genre d'action est positif et part d'une bonne intention : "Je ne pense pas que cela soit un manque de respect, les joueurs veulent toujours divertir le Camp Nou. Messi, Suàrez et Neymar divertissent les gens à travers le monde, et ce n'est pas une mauvaise chose."

"C'est vraiment très important d'entretenir une bonne relation avec vos coéquipiers et d'agir telle une équipe. Et vous pouvez voir qu'ils sont amis en dehors du terrain également. Ils s'amusent que ce soit dans le vestiaire, aux entraînements ou sur le terrain."

"Je ne suis pas Messi"

Le Diable Rouge prend donc du plaisir à regarder ses coéquipiers jouer. Mais d'un point de vue personnel, les choses sont plus difficiles pour lui, qui n'a effectué que 7 apparitions cette saison.

"Bien sûr que je ne joue pas tous les matchs, je ne suis pas Messi", dit-il. "Ce n'est pas facile de jouer ici car il y a beaucoup de concurrence. Nous avons beaucoup de très bons joueurs et spécialement au poste de défenseur central. On ne peut pas s'attendre à ce que ce soit facile en jouant pour un tel club. Mais je suis très heureux d'être ici, de m'entraîner avec les meilleurs, de m'améliorer et d'essayer de jouer autant que possible".

Retourner à Londres ravivera de bons souvenirs au Diable Rouge. "Je regarde beaucoup de matchs d'Arsenal car j'ai de très bons souvenirs là-bas et leur équipe est très séduisante", dit-il. "Je pense qu'ils ont de grandes chances de gagner le titre de Champion d'Angleterre grâce à la victoire face à Leicester".

Les choses s'annoncent cependant compliquées pour l'équipe anglaise qui recevra le FC Barcelone ce mardi dans le cadre des 8e de finale de la Ligue des Champions. C'est la première fois que Thomas affrontera ses anciens coéquipiers depuis qu'il a quitté le club en 2014. La rencontre se jouera ce soir à 20h45 tandis que la Juventus de Turin recevra le Bayern de Munich.

Quentin Droussin

"La première chose que j'ai remarquée était l'intensité du pressing", dit-il. "La pression s'effectue directement lorsque nous perdons la balle. Nous faisons énormément de jeux de position, dans le but de récupérer le ballon. Le pressing effectué est incroyable, ne laissant pas le temps à l'adversaire de conserver la balle."Un entraînement payantEt au niveau de la possession, Vermaelen en connaît un bout puisqu'il a été formé à l'Académie de l'Ajax Amsterdam avant d'intégrer l'équipe d'Arsenal, pendant cinq ans, sous Arsène Wenger. Mais, la vitesse et la précision avec lesquelles les joueurs du Barça jouent lui ont coupé le souffle. Les qualités de l'équipe catalane ne viennent pas de nulle part. Les joueurs du Barça suent à l'entraînement, avec du drainage ou le "rondo". Cette pratique a été instaurée par Johan Cruyff alors qu'il était entraîneur au club et est, depuis, propre à l'entraînement catalan. "Nous effectuons cela à chaque début d'entraînement. Ce n'est pas seulement un échauffement mais un exercice en lui-même, car tu dois garder la balle en possession et pousser les joueurs au milieu à effectuer un pressing", révèle Vermaelen au Telegraph, avant d'ajouter : "Nous le faisions parfois à Arsenal mais peu de clubs l'effectuent comme il est réalisé ici. C'est une tradition. Même si nous gagnons un match un soir, nous venons le lendemain matin pour faire un rondo."Une équipe qui tourneLe travail paye... Même après avoir gagné cinq des six trophées l'année dernière, Barcelone en veut toujours plus. Ils semblent "invulnérables" et sont en bonne position pour remporter une nouvelle fois le Championnat, avec seulement deux défaites cette saison. Ils ont récemment battu Valence 7-0 et le Celta Vigo 6-1, tout en établissant le record d'une série de 32 matchs sans défaite. Alors forcément, Arsenal sera un véritable outsider ce mardi. La performance face au Celta Vigo, le club du Belge Théo Bongonda, est certainement l'une de leurs meilleures depuis que Guardiola est parti. Pressings, passes clés, finition, technique, vitesse... Tout y était jusqu'à ce penalty joué en deux temps par Messi et Suarez. Alors que beaucoup voyaient ce geste comme un coup de génie, d'autres se sont indignés du manque de respect qu'un penalty indirect représente. Pour Vermaelen, ce genre d'action est positif et part d'une bonne intention : "Je ne pense pas que cela soit un manque de respect, les joueurs veulent toujours divertir le Camp Nou. Messi, Suàrez et Neymar divertissent les gens à travers le monde, et ce n'est pas une mauvaise chose.""C'est vraiment très important d'entretenir une bonne relation avec vos coéquipiers et d'agir telle une équipe. Et vous pouvez voir qu'ils sont amis en dehors du terrain également. Ils s'amusent que ce soit dans le vestiaire, aux entraînements ou sur le terrain.""Je ne suis pas Messi"Le Diable Rouge prend donc du plaisir à regarder ses coéquipiers jouer. Mais d'un point de vue personnel, les choses sont plus difficiles pour lui, qui n'a effectué que 7 apparitions cette saison. "Bien sûr que je ne joue pas tous les matchs, je ne suis pas Messi", dit-il. "Ce n'est pas facile de jouer ici car il y a beaucoup de concurrence. Nous avons beaucoup de très bons joueurs et spécialement au poste de défenseur central. On ne peut pas s'attendre à ce que ce soit facile en jouant pour un tel club. Mais je suis très heureux d'être ici, de m'entraîner avec les meilleurs, de m'améliorer et d'essayer de jouer autant que possible". Retourner à Londres ravivera de bons souvenirs au Diable Rouge. "Je regarde beaucoup de matchs d'Arsenal car j'ai de très bons souvenirs là-bas et leur équipe est très séduisante", dit-il. "Je pense qu'ils ont de grandes chances de gagner le titre de Champion d'Angleterre grâce à la victoire face à Leicester". Les choses s'annoncent cependant compliquées pour l'équipe anglaise qui recevra le FC Barcelone ce mardi dans le cadre des 8e de finale de la Ligue des Champions. C'est la première fois que Thomas affrontera ses anciens coéquipiers depuis qu'il a quitté le club en 2014. La rencontre se jouera ce soir à 20h45 tandis que la Juventus de Turin recevra le Bayern de Munich. Quentin Droussin