Lorsque Arne Slot a été nommé entraîneur principal à Feyenoord l'été dernier, la plupart des analystes et des observateurs ne pensaient pas qu'il pourrait y développer le football offensif qu'il avait mis en place à l'AZ.
...

Lorsque Arne Slot a été nommé entraîneur principal à Feyenoord l'été dernier, la plupart des analystes et des observateurs ne pensaient pas qu'il pourrait y développer le football offensif qu'il avait mis en place à l'AZ. La principale force de sa nouvelle formation résidait dans sa capacité à convertir le peu d'occasions qu'elle se créait. Le jeu était peu emballant et Jaap Stam avait obtenu des résultats décevants. Le nouveau maître à bord sur le banc voulait faire table rase de ce passé et instaurer un jeu offensif et attractif qui correspondait aux attentes des supporters et du club. Et le résultat sur le terrain le prouve. Ce Feyenoord, cuvée 2021-22 n'a rien à avoir avec celui de la saison précédente. Le fait qu'il n'ait disposé que d'un mois pour changer la vision de ses joueurs ne semblait pas être un problème, estimait Arne Slot. En juillet, les premiers matchs des préliminaires de la Conference League auront lieu et ensuite le plan tactique sera mis en place pour être présents lors des objectifs importants de la saison. Pour que ses joueurs soient en forme en quatre semaines et qu'ils puissent s'entraîner en même temps à la structure du jeu, le nouveau coach et son préparateur physique ont cherché des méthodes qui permettaient de combiner les deux aspects dans les exercices.Slot estimait que cette approche permetyait également de prévenir les blessures, un aspect qui a fait stagner Feyenoord la saison précédente. Lors de cet exercice 2021-22, les joueurs n'ont plus autant encombré l'infirmerie. Et certainement en comparaison avec celles de l'Ajax ou au PSV. Et ce, malgré noyau plus restreint que les deux autres formations du top néerlandais.Les choix tactiques de Dick Advocaat avaient suscité un certain mécontentement à Rotterdam. Il lui arrivait parfois d'être totalement surpris par la composition de l'équipe adverse et semaine après semaine, son équipe semblait débarquer sur le terrain sans stratégie derrière la tête.Dès le premier match d'entraînement sous la direction du nouveau T1, les choses étaient différentes. Il y avait un plan tactique clair qui se reflétait dans certaines combinaisons. Un football toutes voiles dehorsLors du stage de préparation, les joueurs se sont montrés enthousiastes devant cette nouvelle approche, même si Slot ne pensait pas que cela changerait grand-chose. "C'est différent dans la mentalité. Lorsque vous perdez le ballon, que vous revenez en arrière et le récupérez ou lorsque vous mettez activement la pression sur le ballon dès qu'il est dans les pieds adverses. Ce n'est pas nouveau pour eux, car l'année dernière, l'équipe mettait régulièrement la pression en début de match. J'essaie simplement de les convaincre que ce pressing doit être constant et pas seulement pendant une partie du match", avait-t-il expliqué à ESPN.L'attaquant Bryan Linssen résume les attentes de son entraîneur en ces termes : "Il faut y aller à fond. Faites ce que vous avez à faire et ne lâchez pas prise un seul instant. À certains moments, lorsque vous êtes sous pression et que l'adversaire joue sous cette pression, vous devez réagir. Laisser venir un peu ou mettre encore plus de pression. Tant que vous le faites avec toute l'intensité nécessaire. C'est important pour lui. Nous devons être le patron, chasser sur le terrain, toujours", détaille l'attaquant de 31 ans, auteur de douze buts en Eredivisie et de trois en Conference League.Cette vision tactique signifie également qu'un adversaire est autorisé à faire beaucoup moins de passes avant que Feyenoord ne mette en place des mesures défensives."Le courage comporte parfois aussi des risques", expliquait Arne Slot dans une interview accordée à De Stentor. "Si vous êtes trop facilement dépassé, vous créez un problème pour les autres joueurs. Par exemple, je mets la pression, mais je reste à deux mètres de l'adversaire. Il a alors tout le temps de faire passer le ballon de l'autre côté. Ensuite, nous devons tous courir 80 mètres parce que j'ai manqué de mordant dans cette zone du terrain. C'est pourquoi il faut exercer une vraie pression sur les deux derniers mètres du pressing."Le nouveau Feyenoord se porte bien cette saison. Il a atteint les demi-finales de la Ligue Conférence et occupe la troisième place en championnat, à sept longueur du PSV, le numéro deux. En plus de ces excellents résultats, le club est fier d'avoir permis à des joueurs de devenir internationaux. Pour le directeur technique Frank Arnesen, qu'on a bien connu du côté d'Anderlecht, il est important de lever l'option sur le contrat de l'entraîneur pour qu'il soit lié avec Feyenoord jusqu'en 2024. "Bien sûr, nous sommes heureux des performances de l'équipe première sous la direction d'Arne", déclarait le Danois sur le site internet de Feyenoord. "Nnous sommes au moins aussi heureux de l'évolution que nous constatons dans le groupe, tant au niveau collectif qu'individuel. Il est impossible de voir ces aspects indépendamment de la manière dont Arne a fait travailler son équipe en très peu de temps. Plus de la moitié de notre effectif est à nouveau composé d'internationaux, ce qui favorise non seulement le développement des joueurs et de l'équipe, mais crée également de la valeur marchande supplémentaire.", pousuit Arnesen.Pour la première fois depuis 2014, le club a passé l'hiver européen et voit le rêve d'une finale pratiquement devenir réalité. En gardant Arne Slot au Kuip, Feyenoord pourrait poursuivre un projet ambitieux à long terme, un peu à l'image de ce qu'Erik ten Hag a pu faire à l'Ajax. Cela tombe bien puisque le coach du club de Rotterdam est cité comme l'un des potentiels successeurs de celui qui rejoindra le Théâtre des Rêves de Manchester United en juillet prochain. Et quand on évoque cette rumeur à Arne Slot, manifestement, la porte ne semble pas complètement fermée.