Signal Iduna Park, hier soir. Comme si ça devenait une habitude maintenant, Erling Haaland a encore inscrit un doublé, son deuxième consécutif, après celui contre le Bayern ce week-end. Si le Borussia tient sa qualification, c'est en grande partie grâce à lui, auteur de 4 des 5 buts de la confrontation contre Séville. Déjà auteur d'un doublé à l'aller, l'attaquant Norvégien vient d'établir un record dans la compétition reine. 20 buts lors de ses 14 premiers matchs de Ligue des Champions, une stat totalement vertigineuse quand on sait qu'il a débuté cette série l'an dernier, avec Salzbourg. Le Norvégien, recruté pour à peine 20M d'euros il y a un an, marque déjà le football de son empreinte. Mais ce qui a le plus étonné, c'est sa réaction après son doublé au match aller. "J'aime la Ligue des champions et quand j'ai vu Mbappé marquer un hat-trick hier, cela m'a motivé. Alors merci à lui. C'était une belle soirée." Interrogé alors sur une possible rivalité entre les deux joueurs, le Norvégien a immédiatement répondu : "Non, non. C'est juste que je l'ai vu marquer de jolis buts, c'est comme si j'avais reçu un coup de boost gratuit."

Coïncidence ? Je ne crois pas

En effet, la veille, Kylian Mbappé enflammait la planète football après son triplé retentissant face au FC Barcelone de Lionel Messi. La presse mondiale s'agenouillait devant le champion du Monde, et s'excusait presque de l'avoir critiqué ces derniers temps. Depuis cette performance, l'attaquant du PSG a inscrit 4 buts en 3 matchs, et retrouve une certaine confiance saisissante. En l'absence de Neymar, l'international français a pris en main les clés de l'animation offensive du PSG. Ce soir, le club de la capitale reçoit le club catalan pour le match retour. Après la performance retentissante d'Erling Haaland, hier, Kylian Mbappé pourrait être tenté de vouloir lui répondre par une autre prestation de classe mondiale. Comme pour leurs ainés, la rivalité n'est spécialement assumée, mais trotte certainement dans un coin de leur tête. Mais ce n'est pas tout, comme leurs ainés, il y a deux ans d'écart entre les deux. De plus, l'un est gaucher, l'autre est droitier. Un tas de coïncidences qui nous promettent une bataille pleine de promesses.

Vincent Attardo (st.)

Signal Iduna Park, hier soir. Comme si ça devenait une habitude maintenant, Erling Haaland a encore inscrit un doublé, son deuxième consécutif, après celui contre le Bayern ce week-end. Si le Borussia tient sa qualification, c'est en grande partie grâce à lui, auteur de 4 des 5 buts de la confrontation contre Séville. Déjà auteur d'un doublé à l'aller, l'attaquant Norvégien vient d'établir un record dans la compétition reine. 20 buts lors de ses 14 premiers matchs de Ligue des Champions, une stat totalement vertigineuse quand on sait qu'il a débuté cette série l'an dernier, avec Salzbourg. Le Norvégien, recruté pour à peine 20M d'euros il y a un an, marque déjà le football de son empreinte. Mais ce qui a le plus étonné, c'est sa réaction après son doublé au match aller. "J'aime la Ligue des champions et quand j'ai vu Mbappé marquer un hat-trick hier, cela m'a motivé. Alors merci à lui. C'était une belle soirée." Interrogé alors sur une possible rivalité entre les deux joueurs, le Norvégien a immédiatement répondu : "Non, non. C'est juste que je l'ai vu marquer de jolis buts, c'est comme si j'avais reçu un coup de boost gratuit." En effet, la veille, Kylian Mbappé enflammait la planète football après son triplé retentissant face au FC Barcelone de Lionel Messi. La presse mondiale s'agenouillait devant le champion du Monde, et s'excusait presque de l'avoir critiqué ces derniers temps. Depuis cette performance, l'attaquant du PSG a inscrit 4 buts en 3 matchs, et retrouve une certaine confiance saisissante. En l'absence de Neymar, l'international français a pris en main les clés de l'animation offensive du PSG. Ce soir, le club de la capitale reçoit le club catalan pour le match retour. Après la performance retentissante d'Erling Haaland, hier, Kylian Mbappé pourrait être tenté de vouloir lui répondre par une autre prestation de classe mondiale. Comme pour leurs ainés, la rivalité n'est spécialement assumée, mais trotte certainement dans un coin de leur tête. Mais ce n'est pas tout, comme leurs ainés, il y a deux ans d'écart entre les deux. De plus, l'un est gaucher, l'autre est droitier. Un tas de coïncidences qui nous promettent une bataille pleine de promesses. Vincent Attardo (st.)