Il n'y aura pas de miracle. Ce jeudi, le Tribunal Arbitral du Sport a confirmé que les sanctions prononcées par la FIFA à l'encontre de l'attaquant uruguayen Luis Suarez sont bel et bien maintenues. Cependant, le TAS lui accorde le droit de s'entrainer et d'assister aux matches avec ses coéquipiers, activités qui lui étaient au départ également interdites.

Après sa morsure lors du match Italie-Uruguay, la fédération internationale de football avait sanctionné Suarez de 9 matchs de suspension en équipe nationale et surtout d'une interdiction de toutes les activités liées au football pour une durée de 4 mois. L'attaquant uruguayen s'est rendu à Lausanne vendredi dernier devant le tribunal arbitral du sport, pour faire appel de cette décision. En vain...

La fédération internationale des Footballeurs professionnels (FIFPRO) avait déjà fait savoir son soutien envers Suarez. "Ces sanctions sont disproportionnées ; particulièrement cette interdiction de quatre mois de toute activité liée au football, qui est injuste pour Suarez car elle a un impact sur son droit de travailler avec son club". Même sa "victime", Giorgio Chiellini, souhaitait une diminution de la peine : "Moi, j'ai envie qu'ils revoient la sanction, même si cette décision ne dépend pas de moi. Mais je la trouve exagérée".

Le nouveau numéro 9 du Barça, qui pourra rencontrer son équipe dès demain, découvrira les terrains de Liga au plus tôt le 26 octobre, lors du Clasico face au Real Madrid.

Il n'y aura pas de miracle. Ce jeudi, le Tribunal Arbitral du Sport a confirmé que les sanctions prononcées par la FIFA à l'encontre de l'attaquant uruguayen Luis Suarez sont bel et bien maintenues. Cependant, le TAS lui accorde le droit de s'entrainer et d'assister aux matches avec ses coéquipiers, activités qui lui étaient au départ également interdites. Après sa morsure lors du match Italie-Uruguay, la fédération internationale de football avait sanctionné Suarez de 9 matchs de suspension en équipe nationale et surtout d'une interdiction de toutes les activités liées au football pour une durée de 4 mois. L'attaquant uruguayen s'est rendu à Lausanne vendredi dernier devant le tribunal arbitral du sport, pour faire appel de cette décision. En vain... La fédération internationale des Footballeurs professionnels (FIFPRO) avait déjà fait savoir son soutien envers Suarez. "Ces sanctions sont disproportionnées ; particulièrement cette interdiction de quatre mois de toute activité liée au football, qui est injuste pour Suarez car elle a un impact sur son droit de travailler avec son club". Même sa "victime", Giorgio Chiellini, souhaitait une diminution de la peine : "Moi, j'ai envie qu'ils revoient la sanction, même si cette décision ne dépend pas de moi. Mais je la trouve exagérée". Le nouveau numéro 9 du Barça, qui pourra rencontrer son équipe dès demain, découvrira les terrains de Liga au plus tôt le 26 octobre, lors du Clasico face au Real Madrid.