La joueuse de l'équipe de football du Paris SG Aminata Diallo "conteste formellement les accusations", dont elle a fait l'objet après l'agression dont elle et sa coéquipière Kheira Hamraoui ont été victimes le 4 novembre, a indiqué vendredi son avocat Mourad Battikh dans un communiqué.

"Aminata Diallo déplore la mise en scène parfaitement artificielle d'une rivalité entre elle et Kheira Hamraoui qui justifierait qu'elle s'en soit prise à sa coéquipière. Cette théorie ne correspond en rien à la véritable nature de leur relation", poursuit l'avocat dans ce communiqué. Aminata Diallo a été interpellée mercredi puis placée en garde à vue, avant d'être relâchée jeudi soir sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle.

Le Paris SG, secoué par l'affaire, a demandé à la Fédération française de football d'étudier le report de son match de D1 prévu à Lyon dimanche soir (21h00), a-t-on appris vendredi de source interne au club. Les deux joueuses du PSG concernées par le guet-apens, survenu dans la nuit du 4 au 5 novembre, ne se sont pas entraînées vendredi à deux jours du match, a-t-on appris auprès du club.

Mises au repos, les deux milieux de terrain devaient rencontrer dans la journée Ulrich Ramé, le manager de la section féminine. Vendredi matin, la séance d'entraînement s'est déroulée à huis clos au centre d'entraînement de Bougival, dans les Yvelines, où un dispositif de sécurité avait été mis en place. Le club de la capitale est secoué par l'enquête ouverte à la suite de la violente agression dont a été victime Hamraoui, internationale française de 31 ans, dans la soirée du 4 novembre en rentrant d'un dîner d'équipe.

L'ancienne milieu du FC Barcelone a été "rouée de coups sur les jambes avec une barre de fer" par deux hommes qui ont pris ensuite la fuite, selon la procureure de Versailles.

La joueuse de l'équipe de football du Paris SG Aminata Diallo "conteste formellement les accusations", dont elle a fait l'objet après l'agression dont elle et sa coéquipière Kheira Hamraoui ont été victimes le 4 novembre, a indiqué vendredi son avocat Mourad Battikh dans un communiqué. "Aminata Diallo déplore la mise en scène parfaitement artificielle d'une rivalité entre elle et Kheira Hamraoui qui justifierait qu'elle s'en soit prise à sa coéquipière. Cette théorie ne correspond en rien à la véritable nature de leur relation", poursuit l'avocat dans ce communiqué. Aminata Diallo a été interpellée mercredi puis placée en garde à vue, avant d'être relâchée jeudi soir sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle. Le Paris SG, secoué par l'affaire, a demandé à la Fédération française de football d'étudier le report de son match de D1 prévu à Lyon dimanche soir (21h00), a-t-on appris vendredi de source interne au club. Les deux joueuses du PSG concernées par le guet-apens, survenu dans la nuit du 4 au 5 novembre, ne se sont pas entraînées vendredi à deux jours du match, a-t-on appris auprès du club. Mises au repos, les deux milieux de terrain devaient rencontrer dans la journée Ulrich Ramé, le manager de la section féminine. Vendredi matin, la séance d'entraînement s'est déroulée à huis clos au centre d'entraînement de Bougival, dans les Yvelines, où un dispositif de sécurité avait été mis en place. Le club de la capitale est secoué par l'enquête ouverte à la suite de la violente agression dont a été victime Hamraoui, internationale française de 31 ans, dans la soirée du 4 novembre en rentrant d'un dîner d'équipe. L'ancienne milieu du FC Barcelone a été "rouée de coups sur les jambes avec une barre de fer" par deux hommes qui ont pris ensuite la fuite, selon la procureure de Versailles.