Ce déplacement à San Siro, en clôture de la 16e journée de Serie A, est capital pour la Juve d'Andrea Pirlo (5e) qui, avec dix points de retard sur les Rossoneri, serait en bien mauvaise posture en cas de défaite.

En l'absence probable d'Alvaro Morata (gêne musculaire à une cuisse), Cristiano Ronaldo, en grande forme dimanche contre l'Udinese (4-1), sera de nouveau le principal atout d'une équipe qui peine à trouver de la régularité depuis le début de la saison.

Pour le capitaine Leonardo Bonucci, la victoire de dimanche ne doit d'ailleurs être qu'un "point de départ": "On doit récupérer des points, des places au classement, maintenant plus que jamais", a-t-il exhorté sur son compte Instagram.

Les Turinois seront privés du défenseur Alex Sandro, testé positif au Covid-19 après la victoire contre Udine.

C'est une Juventus remontée que va recevoir la jeune équipe milanaise de Stefano Pioli, toujours privée de Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois est absent depuis fin novembre après deux blessures consécutives (cuisse, mollet) et n'est espéré que mi-janvier.

Mais l'expérience turinoise suffira-t-elle face à la fougue de la jeune équipe de Stefano Pioli? Car ce Milan n'en finit plus de surprendre. Insubmersible équipe au moral d'acier et à qui tout réussit, même quand les faits de match sont contre elle, comme dimanche face au Benevento (2-0) à dix contre onze pendant une heure.

Au point de pouvoir détrôner la Juve en fin de saison? "Nous, on ne doit penser que match après match, notre classement on ne le regardera qu'en avril", a évacué Stefano Pioli. "Contre la Juve, ce ne sera pas un match décisif, ni un passage de témoin. Pour moi la Juve, l'Inter et Naples restent les plus forts".

En cas de faux pas des Rossoneri, leurs voisins nerazzurri sont à l'affût, calés dans leur roue à un point: l'Inter, qui joue quelques heures avant à Gênes face à la Sampdoria (11e), tentera ainsi de glaner une neuvième victoire de rang pour maintenir la pression.

La présence de Romelu Lukaku, encore décisif dimanche face à Crotone (6-2) aux côtés de Lautaro Martinez, reste incertaine en raison d'une gêne ressentie en fin de match contre les Calabrais.

Pour les autres candidats aux places européennes, il sera question d'éviter tout faux pas face à des adversaires de bas de tableau: chez la lanterne rouge Crotone pour la Roma (3e), contre La Spezia (18e) pour Naples (4e), face au Genoa (19e) pour Sassuolo (6e) et devant Parme (16e) pour l'Atalanta Bergame (7e).

Ce déplacement à San Siro, en clôture de la 16e journée de Serie A, est capital pour la Juve d'Andrea Pirlo (5e) qui, avec dix points de retard sur les Rossoneri, serait en bien mauvaise posture en cas de défaite. En l'absence probable d'Alvaro Morata (gêne musculaire à une cuisse), Cristiano Ronaldo, en grande forme dimanche contre l'Udinese (4-1), sera de nouveau le principal atout d'une équipe qui peine à trouver de la régularité depuis le début de la saison. Pour le capitaine Leonardo Bonucci, la victoire de dimanche ne doit d'ailleurs être qu'un "point de départ": "On doit récupérer des points, des places au classement, maintenant plus que jamais", a-t-il exhorté sur son compte Instagram. Les Turinois seront privés du défenseur Alex Sandro, testé positif au Covid-19 après la victoire contre Udine.C'est une Juventus remontée que va recevoir la jeune équipe milanaise de Stefano Pioli, toujours privée de Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois est absent depuis fin novembre après deux blessures consécutives (cuisse, mollet) et n'est espéré que mi-janvier.Mais l'expérience turinoise suffira-t-elle face à la fougue de la jeune équipe de Stefano Pioli? Car ce Milan n'en finit plus de surprendre. Insubmersible équipe au moral d'acier et à qui tout réussit, même quand les faits de match sont contre elle, comme dimanche face au Benevento (2-0) à dix contre onze pendant une heure. Au point de pouvoir détrôner la Juve en fin de saison? "Nous, on ne doit penser que match après match, notre classement on ne le regardera qu'en avril", a évacué Stefano Pioli. "Contre la Juve, ce ne sera pas un match décisif, ni un passage de témoin. Pour moi la Juve, l'Inter et Naples restent les plus forts".En cas de faux pas des Rossoneri, leurs voisins nerazzurri sont à l'affût, calés dans leur roue à un point: l'Inter, qui joue quelques heures avant à Gênes face à la Sampdoria (11e), tentera ainsi de glaner une neuvième victoire de rang pour maintenir la pression. La présence de Romelu Lukaku, encore décisif dimanche face à Crotone (6-2) aux côtés de Lautaro Martinez, reste incertaine en raison d'une gêne ressentie en fin de match contre les Calabrais. Pour les autres candidats aux places européennes, il sera question d'éviter tout faux pas face à des adversaires de bas de tableau: chez la lanterne rouge Crotone pour la Roma (3e), contre La Spezia (18e) pour Naples (4e), face au Genoa (19e) pour Sassuolo (6e) et devant Parme (16e) pour l'Atalanta Bergame (7e).