Vous êtes devenu l'entraîneur de l'équipe en 2003 quand le club était en troisième division. Dix-sept ans plus tard, vous accédez au deuxième tour des qualifications de l'Europa League pour la première fois. Quel est le secret de ce succès?
...

Vous êtes devenu l'entraîneur de l'équipe en 2003 quand le club était en troisième division. Dix-sept ans plus tard, vous accédez au deuxième tour des qualifications de l'Europa League pour la première fois. Quel est le secret de ce succès?Il n'y a pas vraiment de secret. Tout le club a travaillé très dur sur et en-dehors du terrain et le recrutement a été très bon. Tout le monde a fait beaucoup de boulot pour élever notre niveau et arriver à l'évolution très rapide qu'on a connue.Le match contre le Standard est-il le plus grand match de l'histoire de votre club?Oui, c'est incroyable. Évidemment, le match contre Valletta (au premier tour des qualifications) a été très important pour nous parce qu'on a gagné, et c'est une grande réussite pour tous les gens impliqués dans le club. Mais aller dans un club du calibre du Standard de Liège, c'est absolument incroyable. On n'a jamais osé rêver jouer un jour contre une telle équipe dans un si grand stade. On va en profiter et essayer de livrer la meilleure prestation possible.Quelle va être la clé du match selon vous?Il est très important que notre équipe défende vraiment bien. On va être mis sous une grosse pression et nous devrons être forts et déterminés dans nos tâches défensives. On espère poser quelques problèmes au Standard en contre-attaque, mais le principal est d'être costauds défensivement et de profiter de nos opportunités en attaque pour les mettre en difficultés autant qu'eux.Votre championnat vient seulement de commencer ce samedi. Est-ce un désavantage face au Standard qui a déjà joué cinq rencontres?Effectivement, on n'aura joué qu'un seul match avant la rencontre de jeudi face au Standard, mais notre préparation est encore plus compliquée que cela. Tous nos joueurs sont des semi-professionnels et iront travailler jusqu'à notre départ pour Liège mercredi. Ce sera difficile pour eux de se préparer. Le Standard a lui déjà joué cinq matches et vécu une préparation professionnelle, donc ça va rendre notre tâche encore plus délicate. Notre niveau physique est plutôt bon, mais ils sont plus avancés que nous. On va essayer de leur rendre la vie dure en étant costaud défensivement.Il n'y aura personne au stade à cause des restrictions sanitaires. Est-ce une frustration ou cela pourrait-il augmenter vos chances de victoire?C'est évidemment décevant qu'il n'y ait personne dans le stade. Le football est un sport très important dans le monde et c'est dommage que les spectateurs ne puissent pas venir, mais c'est normal compte tenu de la situation actuelle. On est déjà chanceux de pouvoir continuer à jouer au football. Effectivement, ce sera difficile sans fan, mais on sait que le public a une grande influence au Standard et ça aurait pu nous mettre de la pression. À l'inverse, si on était bien dans le match, peut-être que le public aurait été frustré par ses propres joueurs et leur aurait mis de la pression. En tout cas, ce sera diffusé en live au pays de Galles et c'est bien pour tous les gens impliqués dans le football gallois que l'on joue une équipe du calibre du Standard de Liège.Par Samuel Gothot (St.)