Selon le quotidien New York Daily News de dimanche, Landis a aidé les enquêteurs fédéraux à amasser des preuves audio et vidéo lors d'une discussion avec Michael Ball, propriétaire de l'équipe américaine Rock Racing, pour laquelle ont couru Tyler Hamilton et d'autres ex-coéquipiers d'Armstrong. Hamilton, champion olympique du contre-la-montre en 2004, a été suspendu huit ans en 2009 pour une seconde infraction aux règles antidopage.

Les éléments amassés par Landis, notamment des images qui montreraient de l'hormone de croissance et des produits dopants dans le réfrigérateur de Ball, selon le Daily News, ont permis la délivrance d'un mandat de perquisition.

Cette enquête a été lancée au printemps après les aveux de dopage de Landis, vainqueur déchu du Tour 2006, qui a aussi accusé Armstrong. Le Texan n'a jamais été contrôlé positif et a toujours nié avoir eu recours au dopage.

Si le Grand Jury fédéral, réuni à huis clos à Los Angeles, décide que les preuves et témoignages rassemblés après clôture de l'enquête sont suffisants pour démontrer qu'Armstrong s'est dopé, ce dernier pourrait être poursuivi pour fraude à une entreprise publique, l'US Postal, sponsor d'une de ses anciennes équipes, avec laquelle il a remporté six fois le Tour de France.

Sportmagazine.be, avec Belga

Selon le quotidien New York Daily News de dimanche, Landis a aidé les enquêteurs fédéraux à amasser des preuves audio et vidéo lors d'une discussion avec Michael Ball, propriétaire de l'équipe américaine Rock Racing, pour laquelle ont couru Tyler Hamilton et d'autres ex-coéquipiers d'Armstrong. Hamilton, champion olympique du contre-la-montre en 2004, a été suspendu huit ans en 2009 pour une seconde infraction aux règles antidopage. Les éléments amassés par Landis, notamment des images qui montreraient de l'hormone de croissance et des produits dopants dans le réfrigérateur de Ball, selon le Daily News, ont permis la délivrance d'un mandat de perquisition. Cette enquête a été lancée au printemps après les aveux de dopage de Landis, vainqueur déchu du Tour 2006, qui a aussi accusé Armstrong. Le Texan n'a jamais été contrôlé positif et a toujours nié avoir eu recours au dopage. Si le Grand Jury fédéral, réuni à huis clos à Los Angeles, décide que les preuves et témoignages rassemblés après clôture de l'enquête sont suffisants pour démontrer qu'Armstrong s'est dopé, ce dernier pourrait être poursuivi pour fraude à une entreprise publique, l'US Postal, sponsor d'une de ses anciennes équipes, avec laquelle il a remporté six fois le Tour de France. Sportmagazine.be, avec Belga