Dans cette dernière rencontre du 1er tour du groupe mondial, le duo belge s¿est incliné en deux manches, 7-6 (7/2), 4-6 et 6-1, face aux Serbes Bojana Jovanovski (WTA 105) et Aleksandra Krunic (WTA 198), après 2h28 de jeu.

N'ayant jamais joué en double ensemble auparavant, les deux joueuses belges ont mis quelques jeux avant de s'organiser. Perdant leur service dans le 3e jeu, elles effaçaient néanmoins ce break de retard de suite pour égaliser et prendre chaque fois l'avantage sur leur mise en jeu. Elles ne pouvaient cependant éviter d'aller au tie-break, dans lequel plusieurs signes de mauvaise compréhension se faisaient à nouveau ressentir dans le clan belge. Les Serbes, visiblement plus adroites et habituées au jeu en double, remportaient ce dernier sans discussion 7 points à 2.

La température montait d'un cran dans le Spiroudôme - au propre comme au figuré - alors que les cinq premiers jeux du 2e set se soldaient par autant de breaks. A 3-2 en leur faveur, Wickmayer et Van Uytvanck étaient pourtant les premières à confirmer en remportant leur service pour s'isoler à 4-2. Les jeux suivants, tout en étant accrochés, respectaient l'avantage de la mise en jeu, laissant ainsi Wickmayer servir pour le gain du set à 5-4. Ce ne fut qu'à leur 4e balle de set que les deux belges faisaient craquer la défense serbe, égalisant à 1 manche partout au bout de 1h51 de jeu.

Après un arrêt médical pour soigner le dos de Wickmayer, la 3e manche voyait les Serbes prendre l'avantage 3-0. Visiblement à bout de souffle, Wickmayer et Van Uytvanck laissaient filer les points et les jeux face aux deux jeunes Serbes de 18 et 20 ans, s'inclinant au final sur la première balle de match de la manche décisive.

La Serbie, qui accède pour la première fois de son histoire aux demi-finales de la compétition, y sera opposée à la Russie (21-22 avril), victorieuse pour sa part de l'Espagne par 3-2. L'autre demie mettra aux prises la République tchèque, tenante du titre, dominatrice de l'Allemagne 4-1, au vainqueur de la rencontre Italie-Ukraine.

La Belgique, qui a elle manqué l'occasion de se hisser pour la 5e fois de son histoire dans le dernier carré de l'épreuve, devra elle attendre le tirage du mardi 14 février à Londres pour connaître son adversaire en barrages pour le maintien parmi le groupe mondial, rassemblant les huit meilleures nations mondiales.

"On a donné tout ce qu'on avait"

Yanina Wickmayer et Alison Van Uytvanck ont estimé avoir "tout donné" face aux deux jeunes Serbes Bojana Jovanovski et Aleksandra Krunic, respectivement 20 et 18 ans.

"C'est bien sûr la déception et la douleur qui règnent", a expliqué Wickmayer. "Le premier set fut très long avec beaucoup de rallyes. A 4-3, on a été très près de faire le break et ça aurait peut-être été un autre match. Dans le dernier set, j"avais mal un peu partout et me sentais fatiguée. En faisant le break sur mon premier service, la Serbie avait fait le plus dur. Cela devenait très difficile de revenir".

Préférée à Kirsten Flipkens pour épauler Wickmayer, Alison Van Uytvanck, 17 ans, se disait s'être "d'abord très bien amusée sur le court". Pour sa première apparition en Fed Cup (elle était déjà réserviste contre la Tchéquie en avril 2001), elle n'a appris qu'elle jouerait que très peu de temps avant la partie. "Quand Ann Devries m'a demandé de m'échauffer durant le match de Kirsten, j'avais compris. Au début, j'ai ressenti un peu de stress, mais au fur et à mesure du jeu, cela a disparu", a-t-elle conclu, alors que dès lundi elle reprendra la direction de l'école pour terminer son cycle en secondaire.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Dans cette dernière rencontre du 1er tour du groupe mondial, le duo belge s¿est incliné en deux manches, 7-6 (7/2), 4-6 et 6-1, face aux Serbes Bojana Jovanovski (WTA 105) et Aleksandra Krunic (WTA 198), après 2h28 de jeu.N'ayant jamais joué en double ensemble auparavant, les deux joueuses belges ont mis quelques jeux avant de s'organiser. Perdant leur service dans le 3e jeu, elles effaçaient néanmoins ce break de retard de suite pour égaliser et prendre chaque fois l'avantage sur leur mise en jeu. Elles ne pouvaient cependant éviter d'aller au tie-break, dans lequel plusieurs signes de mauvaise compréhension se faisaient à nouveau ressentir dans le clan belge. Les Serbes, visiblement plus adroites et habituées au jeu en double, remportaient ce dernier sans discussion 7 points à 2. La température montait d'un cran dans le Spiroudôme - au propre comme au figuré - alors que les cinq premiers jeux du 2e set se soldaient par autant de breaks. A 3-2 en leur faveur, Wickmayer et Van Uytvanck étaient pourtant les premières à confirmer en remportant leur service pour s'isoler à 4-2. Les jeux suivants, tout en étant accrochés, respectaient l'avantage de la mise en jeu, laissant ainsi Wickmayer servir pour le gain du set à 5-4. Ce ne fut qu'à leur 4e balle de set que les deux belges faisaient craquer la défense serbe, égalisant à 1 manche partout au bout de 1h51 de jeu. Après un arrêt médical pour soigner le dos de Wickmayer, la 3e manche voyait les Serbes prendre l'avantage 3-0. Visiblement à bout de souffle, Wickmayer et Van Uytvanck laissaient filer les points et les jeux face aux deux jeunes Serbes de 18 et 20 ans, s'inclinant au final sur la première balle de match de la manche décisive. La Serbie, qui accède pour la première fois de son histoire aux demi-finales de la compétition, y sera opposée à la Russie (21-22 avril), victorieuse pour sa part de l'Espagne par 3-2. L'autre demie mettra aux prises la République tchèque, tenante du titre, dominatrice de l'Allemagne 4-1, au vainqueur de la rencontre Italie-Ukraine. La Belgique, qui a elle manqué l'occasion de se hisser pour la 5e fois de son histoire dans le dernier carré de l'épreuve, devra elle attendre le tirage du mardi 14 février à Londres pour connaître son adversaire en barrages pour le maintien parmi le groupe mondial, rassemblant les huit meilleures nations mondiales. "On a donné tout ce qu'on avait" Yanina Wickmayer et Alison Van Uytvanck ont estimé avoir "tout donné" face aux deux jeunes Serbes Bojana Jovanovski et Aleksandra Krunic, respectivement 20 et 18 ans. "C'est bien sûr la déception et la douleur qui règnent", a expliqué Wickmayer. "Le premier set fut très long avec beaucoup de rallyes. A 4-3, on a été très près de faire le break et ça aurait peut-être été un autre match. Dans le dernier set, j"avais mal un peu partout et me sentais fatiguée. En faisant le break sur mon premier service, la Serbie avait fait le plus dur. Cela devenait très difficile de revenir". Préférée à Kirsten Flipkens pour épauler Wickmayer, Alison Van Uytvanck, 17 ans, se disait s'être "d'abord très bien amusée sur le court". Pour sa première apparition en Fed Cup (elle était déjà réserviste contre la Tchéquie en avril 2001), elle n'a appris qu'elle jouerait que très peu de temps avant la partie. "Quand Ann Devries m'a demandé de m'échauffer durant le match de Kirsten, j'avais compris. Au début, j'ai ressenti un peu de stress, mais au fur et à mesure du jeu, cela a disparu", a-t-elle conclu, alors que dès lundi elle reprendra la direction de l'école pour terminer son cycle en secondaire. Sportfootmagazine.be, avec Belga