Adrian Sutil ne considère plus Lewis Hamilton comme son ami, mais comme un "lâche", confie-t-il dans le Bild de ce mercredi.

Le pilote McLaren, champion du monde 2008, n'est en effet pas venu témoigner en faveur du pilote Force India suite aux accusations du responsable de Lotus, Éric Lux. Retenu en Angleterre pour des raisons de promotion et de lancement de la nouvelle McLaren, Lewis Hamilton avait été excusé par le juge.

Le pilote britannique était assis à la même table qu'Adrian Sutil lors de l'incident à Shanghai. Mais dans sa lettre au tribunal de Münich, il a affirmé ne se souvenir de rien.

"Lewis est un lâche", accuse Sutil dans Bild. "Je ne veux plus être l'ami d'un tel individu. Même son père m'a souhaité bonne chance pour l'audience par sms. Lewis, rien. Il a même changé son numéro..."

Sutil, toujours à la recherche d'une écurie pour la saison'2012, envisage d'interjeter appel contre le sévère verdict.

"La Formule 1, c'est maintenant fini pour lui", a déclaré anonymement un patron d'écurie, en faisant référence à la condamnation de Bertrand Gachot en 1991. "La peur de perdre des sponsors sera trop forte. Mais c'est très dommage pour Adrian..."

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Adrian Sutil ne considère plus Lewis Hamilton comme son ami, mais comme un "lâche", confie-t-il dans le Bild de ce mercredi. Le pilote McLaren, champion du monde 2008, n'est en effet pas venu témoigner en faveur du pilote Force India suite aux accusations du responsable de Lotus, Éric Lux. Retenu en Angleterre pour des raisons de promotion et de lancement de la nouvelle McLaren, Lewis Hamilton avait été excusé par le juge. Le pilote britannique était assis à la même table qu'Adrian Sutil lors de l'incident à Shanghai. Mais dans sa lettre au tribunal de Münich, il a affirmé ne se souvenir de rien. "Lewis est un lâche", accuse Sutil dans Bild. "Je ne veux plus être l'ami d'un tel individu. Même son père m'a souhaité bonne chance pour l'audience par sms. Lewis, rien. Il a même changé son numéro..." Sutil, toujours à la recherche d'une écurie pour la saison'2012, envisage d'interjeter appel contre le sévère verdict. "La Formule 1, c'est maintenant fini pour lui", a déclaré anonymement un patron d'écurie, en faisant référence à la condamnation de Bertrand Gachot en 1991. "La peur de perdre des sponsors sera trop forte. Mais c'est très dommage pour Adrian..." Sportfootmagazine.be, avec Belga