Le parcours européen d'Anderlecht s'arrêtera aux seizièmes de finale de l'Europa League cette année. C'est désormais une certitude après ce lourd revers encaissé à domicile (0-3) par les Mauves. Seul un véritable exploit dans une semaine pourrait changer la donne mais même les plus doux rêveurs n'y croient plus.

Une bonne première demi-heure Malgré la sévérité des chiffres, le Sporting peut avoir des regrets. Les Anderlechtois se sont procurés des occasions mais ont laissé filer leur chance, au contraire de l'Ajax. Des erreurs qui passent en championnat de Belgique mais qui ne pardonnent pas au niveau européen. Le match avait pourtant bien débuté pour les Belges. Dominateurs durant la première demi-heure, Anderlecht a montré de belles choses et aurait pu prendre l'avantage si Lukaku, Suarez et Kanu s'étaient montrés plus concrets devant le gardien ajacide Stekelenburg, auteur d'une remarquable prestation.

L'efficacité néerlandaise

Un réalisme qui n'a pas fait défaut aux Amstellodamois. A la 32e, le Belge Toby Alderweireld se rappelait au bon souvenir des supporters mauves en trompant Proto de la tête sur corner. Un but qui stoppa net l'élan anderlechtois. Peu après le retour des vestiaires, on assista au tournant du match. Boussoufa provoquait un penalty. L'occasion rêvée de recoller au score que ne saisit pas Wasilewski. Le Polonais tirait très largement au-dessus du but à la grande joie des Ajacides.

La bérézina

Le Sporting s'effondra quatre minutes plus tard. Alderweireld, encore lui, adressa un magnifique service à Eriksen qui ajusta calmement Proto pour faire le 0-2. L'Ajax ne s'arrêta pas en si bon chemin et dans la foulée du deuxième but, El Hamdaoui ajoutait une troisième rose au compteur néerlandais (0-3). Incapable de réagir, Anderlecht termina le match sans se montrer dangereux. L'humiliation laissera certainement des traces dans les esprits anderlechtois qui n'ont plus désormais qu'à se concentrer sur le championnat.

Jules Monnier (stg)

Le parcours européen d'Anderlecht s'arrêtera aux seizièmes de finale de l'Europa League cette année. C'est désormais une certitude après ce lourd revers encaissé à domicile (0-3) par les Mauves. Seul un véritable exploit dans une semaine pourrait changer la donne mais même les plus doux rêveurs n'y croient plus. Une bonne première demi-heure Malgré la sévérité des chiffres, le Sporting peut avoir des regrets. Les Anderlechtois se sont procurés des occasions mais ont laissé filer leur chance, au contraire de l'Ajax. Des erreurs qui passent en championnat de Belgique mais qui ne pardonnent pas au niveau européen. Le match avait pourtant bien débuté pour les Belges. Dominateurs durant la première demi-heure, Anderlecht a montré de belles choses et aurait pu prendre l'avantage si Lukaku, Suarez et Kanu s'étaient montrés plus concrets devant le gardien ajacide Stekelenburg, auteur d'une remarquable prestation. L'efficacité néerlandaise Un réalisme qui n'a pas fait défaut aux Amstellodamois. A la 32e, le Belge Toby Alderweireld se rappelait au bon souvenir des supporters mauves en trompant Proto de la tête sur corner. Un but qui stoppa net l'élan anderlechtois. Peu après le retour des vestiaires, on assista au tournant du match. Boussoufa provoquait un penalty. L'occasion rêvée de recoller au score que ne saisit pas Wasilewski. Le Polonais tirait très largement au-dessus du but à la grande joie des Ajacides. La bérézina Le Sporting s'effondra quatre minutes plus tard. Alderweireld, encore lui, adressa un magnifique service à Eriksen qui ajusta calmement Proto pour faire le 0-2. L'Ajax ne s'arrêta pas en si bon chemin et dans la foulée du deuxième but, El Hamdaoui ajoutait une troisième rose au compteur néerlandais (0-3). Incapable de réagir, Anderlecht termina le match sans se montrer dangereux. L'humiliation laissera certainement des traces dans les esprits anderlechtois qui n'ont plus désormais qu'à se concentrer sur le championnat. Jules Monnier (stg)