Le sélectionneur belge Dominique Baeyens ne le cache pas: il faudra battre le Bélarus et le Danemark lors des deux premiers matchs avant d'affronter l'ogre de la poule, l'Italie. Le vainqueur du groupe sera directement qualifié pour les quarts de finale, les 2e et 3e disputeront les play-offs alors que le 4e sera automatiquement éliminé. "Le Bélarus est une équipe méconnue", a expliqué Baeyens face à la presse à l'Eurovolleycenter de Vilvorde. "Ses joueurs sont solides physiquement, mais parfois naïfs tactiquement. C'est une équipe qui s'est qualifiée directement pour l'Euro. Mais nous avons les qualités pour les battre." Tout comme le Danemark. "La tradition volleyballistique est faible dans ce pays", selon Dominique Baeyens. "Les Danois disposent de quelques bonnes individualités, mais ils se cherchent toujours en tant qu'équipe. Ce sera cependant difficile car les Danois évolueront à domicile." Le troisième adversaire des Red Dragons, l'Italie, est d'un tout autre calibre. "Inutile que je vous présente les Italiens", sourit Baeyens. L'Italie a remporté toutes les compétitions internationales, sauf les Jeux olympiques dont elle fut finaliste malheureuse en 1996 et 2004. "C'est simple: si nous évoluons à notre meilleur niveau, nous avons une chance. Sinon nous serons battus", a conclu le sélectionneur national. (Belga)

Le sélectionneur belge Dominique Baeyens ne le cache pas: il faudra battre le Bélarus et le Danemark lors des deux premiers matchs avant d'affronter l'ogre de la poule, l'Italie. Le vainqueur du groupe sera directement qualifié pour les quarts de finale, les 2e et 3e disputeront les play-offs alors que le 4e sera automatiquement éliminé. "Le Bélarus est une équipe méconnue", a expliqué Baeyens face à la presse à l'Eurovolleycenter de Vilvorde. "Ses joueurs sont solides physiquement, mais parfois naïfs tactiquement. C'est une équipe qui s'est qualifiée directement pour l'Euro. Mais nous avons les qualités pour les battre." Tout comme le Danemark. "La tradition volleyballistique est faible dans ce pays", selon Dominique Baeyens. "Les Danois disposent de quelques bonnes individualités, mais ils se cherchent toujours en tant qu'équipe. Ce sera cependant difficile car les Danois évolueront à domicile." Le troisième adversaire des Red Dragons, l'Italie, est d'un tout autre calibre. "Inutile que je vous présente les Italiens", sourit Baeyens. L'Italie a remporté toutes les compétitions internationales, sauf les Jeux olympiques dont elle fut finaliste malheureuse en 1996 et 2004. "C'est simple: si nous évoluons à notre meilleur niveau, nous avons une chance. Sinon nous serons battus", a conclu le sélectionneur national. (Belga)