Le verdict vient de tomber. Eupen, qui réclamait le droit de rester en première division en s'appuyant sur la non-qualification d'un jeune joueur du Lierse, n'a finalement pas obtenu raison devant la Commission Belge d'Arbitrage du Sport. C'est la fin d'une longue saga, d'un conflit juridique qui a duré plusieurs mois entre le club et l'Union Belge. Les deux parties s'étaient mises d'accord pour respecter la décision de la CBAS, pour ne pas aller plus loin après sa décision. Mais Eupen n'exclurait pas, à présent, de recourir au Tribunal du Sport à Lausanne. On devrait en savoir plus durant la journée.

Le seul succès d'Eupen dans ce dossier aura donc été l'enveloppe de 500.000 euros que l'Union Belge a dû lui verser pour ne pas avoir respecté la décision de justice imposant que les barrages pour le maintien soient postposés. Et donc, sauf recours et victoire au TAS, on jouera la saison prochaine à 16 en D1. Le calendrier peut enfin être composé. Le verdict annoncé ce matin signifie aussi que Charleroi perd tout espoir de rester en première division. Parce que le Sporting se réservait le droit de demander sa réintégration au cas où Eupen aurait obtenu raison devant la CBAS.

L'Union belge et la Ligue Pro sont furieuses

L'Union belge de football (URBSFA) et la Ligue Pro ont estimé qu'Eupen, par son action en justice, a "gravement porté atteinte à la crédibilité du football". "Dès le départ, l'URBSFA et la Pro League ont été solidaires en décidant que la compétition ne pouvait en aucun cas être interrompue. Nous ne pouvons par ailleurs plus tolérer le fait de voir des clubs tenter par tous les moyens de se maintenir en première division en bafouant les règles du fair-play alors qu'ils ont perdu la bataille sportive", ont réagi l'Union belge et la Ligue Pro dans un communiqué.

Steven Martens, le secrétaire général de l'URBSFA, estime que "la fédération est satisfaite de pouvoir tourner la page de la saison 2010-2011 et va réfléchir à quelle pourra être son approche pour éviter ce genre de situations à l'avenir". Ludwig Sneyers, le Directeur général de la Ligue Pro, a également accueilli la nouvelle avec satisfaction. "Je suis ravi de constater que l'URBSFA souhaite faire évoluer les instances disciplinaires du Football Rémunéré", a-t-il déclaré.

Pierre Danvoye et Belga

Le verdict vient de tomber. Eupen, qui réclamait le droit de rester en première division en s'appuyant sur la non-qualification d'un jeune joueur du Lierse, n'a finalement pas obtenu raison devant la Commission Belge d'Arbitrage du Sport. C'est la fin d'une longue saga, d'un conflit juridique qui a duré plusieurs mois entre le club et l'Union Belge. Les deux parties s'étaient mises d'accord pour respecter la décision de la CBAS, pour ne pas aller plus loin après sa décision. Mais Eupen n'exclurait pas, à présent, de recourir au Tribunal du Sport à Lausanne. On devrait en savoir plus durant la journée. Le seul succès d'Eupen dans ce dossier aura donc été l'enveloppe de 500.000 euros que l'Union Belge a dû lui verser pour ne pas avoir respecté la décision de justice imposant que les barrages pour le maintien soient postposés. Et donc, sauf recours et victoire au TAS, on jouera la saison prochaine à 16 en D1. Le calendrier peut enfin être composé. Le verdict annoncé ce matin signifie aussi que Charleroi perd tout espoir de rester en première division. Parce que le Sporting se réservait le droit de demander sa réintégration au cas où Eupen aurait obtenu raison devant la CBAS. L'Union belge et la Ligue Pro sont furieusesL'Union belge de football (URBSFA) et la Ligue Pro ont estimé qu'Eupen, par son action en justice, a "gravement porté atteinte à la crédibilité du football". "Dès le départ, l'URBSFA et la Pro League ont été solidaires en décidant que la compétition ne pouvait en aucun cas être interrompue. Nous ne pouvons par ailleurs plus tolérer le fait de voir des clubs tenter par tous les moyens de se maintenir en première division en bafouant les règles du fair-play alors qu'ils ont perdu la bataille sportive", ont réagi l'Union belge et la Ligue Pro dans un communiqué. Steven Martens, le secrétaire général de l'URBSFA, estime que "la fédération est satisfaite de pouvoir tourner la page de la saison 2010-2011 et va réfléchir à quelle pourra être son approche pour éviter ce genre de situations à l'avenir". Ludwig Sneyers, le Directeur général de la Ligue Pro, a également accueilli la nouvelle avec satisfaction. "Je suis ravi de constater que l'URBSFA souhaite faire évoluer les instances disciplinaires du Football Rémunéré", a-t-il déclaré. Pierre Danvoye et Belga