Mais l'accès à l'élite belge a un prix : un stade à agrandir et des parkings à multiplier, une pelouse à chauffer et un éclairage à amplifier. Tout cela en vingt semaines. Dont coût : quelque 3 millions d'euros à répartir entre la Communauté (60 %), la Ville (20 %) et le club (20%). Des investissements nécessaires, entend-on, mais néanmoins très risqués si d'aventure - tout le monde repense à Tubize - le club ne se maintient pas en D1.

Or le club n'est pas vraiment maître de son destin dût-il bénéficier de l'aide de toute la région. Il doit sa fortune actuelle à des sponsors italiens qui y ont amené des joueurs dans le but de les aguerrir et l'espoir de les revendre avec des plus-values. Que ces joueurs restent ou partent, ou que d'autres arrivent, ne dépend pas du club.

Une pratique courante dans le monde du foot où l'opération win-win peut vite se muer en cauchemar si la rentabilisation à court terme des joueurs anéantissait celle des investissements publics. Les couleurs du club sont le noir et le blanc ...

P.S.

Mais l'accès à l'élite belge a un prix : un stade à agrandir et des parkings à multiplier, une pelouse à chauffer et un éclairage à amplifier. Tout cela en vingt semaines. Dont coût : quelque 3 millions d'euros à répartir entre la Communauté (60 %), la Ville (20 %) et le club (20%). Des investissements nécessaires, entend-on, mais néanmoins très risqués si d'aventure - tout le monde repense à Tubize - le club ne se maintient pas en D1. Or le club n'est pas vraiment maître de son destin dût-il bénéficier de l'aide de toute la région. Il doit sa fortune actuelle à des sponsors italiens qui y ont amené des joueurs dans le but de les aguerrir et l'espoir de les revendre avec des plus-values. Que ces joueurs restent ou partent, ou que d'autres arrivent, ne dépend pas du club. Une pratique courante dans le monde du foot où l'opération win-win peut vite se muer en cauchemar si la rentabilisation à court terme des joueurs anéantissait celle des investissements publics. Les couleurs du club sont le noir et le blanc ... P.S.