2011 fut l'année d'Eden Hazard : un titre de meilleur joueur du championnat de France qui couronnait un doublé Coupe-championnat avec Lille qui n'avait plus remporté de trophée depuis plus d'un demi-siècle. Voilà qui méritait bien la place de n°1 du Top 100 Sport/Foot Magazine - RTBF.

En janvier, on t'annonçait presque chaque jour dans un grand club... Ah bon, je n'étais pas au courant. (Il rigole).

Ces rumeurs, elles te faisaient rire ou elles t'énervaient ?

Les gens disent tout et n'importe quoi. Je connais ma situation. On m'envoie dans les meilleurs clubs, ça fait peut-être plaisir mais je ne m'intéresse pas à tout ce qu'on raconte.

Tu connais ta situation... C'est-à-dire ?

Je sais dans quelle direction je vais aller.

L'Angleterre est ta priorité ?

C'est le championnat dans lequel je pense pouvoir le mieux m'exprimer. Où je pourrai apprendre le plus, aussi. Difficile d'expliquer pourquoi. Question de feeling. Le niveau des matches, l'ambiance dans les stades : c'est encore bien supérieur à tout ce que j'ai connu en France jusqu'ici. Et cela m'attire.

On te cite régulièrement à Arsenal, Arsène Wenger t'apprécie beaucoup, tu as toujours été un fan de Thierry Henry,... Ce club t'inspire parce qu'il a une tradition de beau jeu ? Ce sera prioritaire pour toi de signer pour une équipe qui joue bien au foot ?

Bien sûr. C'est toujours plus plaisant quand c'est beau. En plus, à Arsenal, il y a un entraîneur et des joueurs français. Et Thomas Vermaelen. Il y a plusieurs clubs qui m'intéressent en Angleterre et Arsenal en fait vraiment partie.

Plus tôt tu partiras, mieux ce sera ?

Chaque chose en son temps : d'abord, bien terminer la saison avec Lille. Puis, il s'agira d'effectuer le bon choix. Partir à l'étranger pour me retrouver sur le banc, cela ne m'intéresse pas. Je sais que je devrai encore hausser mon niveau. Mais, depuis le début de ma carrière, j'ai toujours placé la barre un peu plus haut. Et j'ai travaillé pour être capable de la franchir. Et puis, je connais beaucoup de monde en Angleterre. C'est encore un attrait supplémentaire.

A un moment donné, on parlait surtout de l'Espagne. Du Real Madrid, par exemple...

Je n'ai jamais déclaré moi-même que je voulais aller au Real Madrid. D'autres l'ont fait à ma place. Je ne suis évidemment pas contre l'idée. Qui ne rêve pas du Real Madrid ? Ou du FC Barcelone ? Je ne ferme d'ailleurs la porte à personne. Tous les grands championnats me plaisent : l'Espagne, l'Italie, etc. Mais je suis convaincu que, pour le moment en tout cas, la destination idéale pour moi serait l'Angleterre. Je suis assez lucide pour me rendre compte qu'être titulaire chez l'un des deux grands d'Espagne, à mon âge, ce serait compliqué.

Retrouvez l'intégralité de l'interview esxclusive d'Eden Hazard dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine.

Daniel Devos et Pierre Danvoye, Sport/Foot magazine

2011 fut l'année d'Eden Hazard : un titre de meilleur joueur du championnat de France qui couronnait un doublé Coupe-championnat avec Lille qui n'avait plus remporté de trophée depuis plus d'un demi-siècle. Voilà qui méritait bien la place de n°1 du Top 100 Sport/Foot Magazine - RTBF. En janvier, on t'annonçait presque chaque jour dans un grand club... Ah bon, je n'étais pas au courant. (Il rigole). Ces rumeurs, elles te faisaient rire ou elles t'énervaient ? Les gens disent tout et n'importe quoi. Je connais ma situation. On m'envoie dans les meilleurs clubs, ça fait peut-être plaisir mais je ne m'intéresse pas à tout ce qu'on raconte. Tu connais ta situation... C'est-à-dire ? Je sais dans quelle direction je vais aller. L'Angleterre est ta priorité ? C'est le championnat dans lequel je pense pouvoir le mieux m'exprimer. Où je pourrai apprendre le plus, aussi. Difficile d'expliquer pourquoi. Question de feeling. Le niveau des matches, l'ambiance dans les stades : c'est encore bien supérieur à tout ce que j'ai connu en France jusqu'ici. Et cela m'attire. On te cite régulièrement à Arsenal, Arsène Wenger t'apprécie beaucoup, tu as toujours été un fan de Thierry Henry,... Ce club t'inspire parce qu'il a une tradition de beau jeu ? Ce sera prioritaire pour toi de signer pour une équipe qui joue bien au foot ? Bien sûr. C'est toujours plus plaisant quand c'est beau. En plus, à Arsenal, il y a un entraîneur et des joueurs français. Et Thomas Vermaelen. Il y a plusieurs clubs qui m'intéressent en Angleterre et Arsenal en fait vraiment partie. Plus tôt tu partiras, mieux ce sera ? Chaque chose en son temps : d'abord, bien terminer la saison avec Lille. Puis, il s'agira d'effectuer le bon choix. Partir à l'étranger pour me retrouver sur le banc, cela ne m'intéresse pas. Je sais que je devrai encore hausser mon niveau. Mais, depuis le début de ma carrière, j'ai toujours placé la barre un peu plus haut. Et j'ai travaillé pour être capable de la franchir. Et puis, je connais beaucoup de monde en Angleterre. C'est encore un attrait supplémentaire. A un moment donné, on parlait surtout de l'Espagne. Du Real Madrid, par exemple... Je n'ai jamais déclaré moi-même que je voulais aller au Real Madrid. D'autres l'ont fait à ma place. Je ne suis évidemment pas contre l'idée. Qui ne rêve pas du Real Madrid ? Ou du FC Barcelone ? Je ne ferme d'ailleurs la porte à personne. Tous les grands championnats me plaisent : l'Espagne, l'Italie, etc. Mais je suis convaincu que, pour le moment en tout cas, la destination idéale pour moi serait l'Angleterre. Je suis assez lucide pour me rendre compte qu'être titulaire chez l'un des deux grands d'Espagne, à mon âge, ce serait compliqué. Retrouvez l'intégralité de l'interview esxclusive d'Eden Hazard dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine. Daniel Devos et Pierre Danvoye, Sport/Foot magazine