Par Bruno Govers
En Ligue des Champions, les Madrilènes, surtout, doivent se faire du mouron. Largués à 13 points du Barça en Liga espagnole, les joueurs de la capitale n'ont plus que la plus prestigieuse compétition européenne pour clubs afin de sauver leur saison. En cas d'échec, tout porte à croire que l'entraîneur, José Mourinho, ne fera pas de vieux os au stade Santiago Bernabeu.

Détail cocasse : le Portugais retrouvera à l'occasion de cette double confrontation avec les Mancuniens celui qui, jadis, voyait en lui son successeur à Old Trafford : Alex Ferguson en personne.

L'autre clash, entre Milan et Barcelone, opposera deux formations qui se connaissent plutôt bien puisqu'elles ont déjà été aux prises souvent en Coupes d'Europe. Alors que le verdict a quelquefois été serré, dans le passé, le Barça a cette fois les faveurs face à une phalange en pleine phase de reconstruction.

En Europa League, il y aura deux belles affiches aussi : Zenit-Liverpool et Mönchengladbach-Lazio. Genk, notre ultime représentant européen, se déplacera pour sa part à Stuttgart, un adversaire qu'il aurait préféré éviter. Mais le club limbourgeois n'avait-il pas d'ores et déjà réussi au-delà des espérances en étant assuré de passer l'hiver au chaud ?

Par Bruno Govers En Ligue des Champions, les Madrilènes, surtout, doivent se faire du mouron. Largués à 13 points du Barça en Liga espagnole, les joueurs de la capitale n'ont plus que la plus prestigieuse compétition européenne pour clubs afin de sauver leur saison. En cas d'échec, tout porte à croire que l'entraîneur, José Mourinho, ne fera pas de vieux os au stade Santiago Bernabeu. Détail cocasse : le Portugais retrouvera à l'occasion de cette double confrontation avec les Mancuniens celui qui, jadis, voyait en lui son successeur à Old Trafford : Alex Ferguson en personne. L'autre clash, entre Milan et Barcelone, opposera deux formations qui se connaissent plutôt bien puisqu'elles ont déjà été aux prises souvent en Coupes d'Europe. Alors que le verdict a quelquefois été serré, dans le passé, le Barça a cette fois les faveurs face à une phalange en pleine phase de reconstruction. En Europa League, il y aura deux belles affiches aussi : Zenit-Liverpool et Mönchengladbach-Lazio. Genk, notre ultime représentant européen, se déplacera pour sa part à Stuttgart, un adversaire qu'il aurait préféré éviter. Mais le club limbourgeois n'avait-il pas d'ores et déjà réussi au-delà des espérances en étant assuré de passer l'hiver au chaud ?