Après plus d'une douzaine d'années de dénégations, Lance Armstrong a reconnu publiquement son dopage jeudi soir à la télévision. L'interview, menée par Oprah Winfrey, célèbre présentatrice américaine, s'est déroulée dans le décor sobre d'une chambre d'hôtel d'Austin, la ville où réside le Texan. Le vainqueur déchu de sept Tours de France a admis s'être dopé tout au long de sa carrière, avec de l'EPO, de la testostérone et des transfusions sanguines. La raison? "J'avais un désir impitoyable de gagner". Extraits.

Yes, yes, yes, yes : les aveux

Oprah Winfrey: Oui ou non avez-vous pris des substances illicites pour améliorer vos performances?
Lance Armstrong: Oui.
OW: Oui ou non, l'une de ces substances illicites était l'EPO?
LA: Oui.
OW: Avez-vous déjà pratiqué le dopage sanguin ou eu recours aux transfusions sanguines pour améliorer vos performances sur un vélo?
LA: Oui.
OW: Avez-vous déjà eu recours à d'autres substances illicites comme de la testotérone, de la cortisone ou de l'hormone de croissance ?
LA: Oui.
OW. Oui ou non, avez-vous pris des substances illicites ou pratiqué le dopage sanguin lors de vos sept Tours de France?
LA: Oui.
OW: Etait-il possible de remporter le Tour de France sans dopage sept fois d'affilée?
LA: Mon opinion est que non.
OW: Quand avez-vous commencé à vous doper?
LA: Au début de ma carrière, il y avait déjà la cortisone et la génération EPO a débuté.
OW: Et pour vous?
LA: Au milieu des années 90.

Armstrong n'explique pas vraiment ce qui le pousse à avouer

OW: Vous avez nié toute votre carrière. Pourquoi avouer maintenant?
LA: Je vais commencer par répondre que c'est trop tard pour la plupart des gens. Je vois les choses comme un gros mensonge que j'ai répété à de nombreuses reprises. (...) Et j'ai vécu tout cet enchaînement (les témoignages s'accumulant contre lui et les sanctions de l'Agence américaine anti-dopage, NDLR), spécialement les deux dernières années, les six derniers mois. (...) La vérité n'était pas ce que je disais et maintenant c'est terminé. (...) Je me disais: tu as vaincu la maladie, tu as remporté sept fois le Tour de France, tu vis un mariage heureux, tu as des enfants. C'était un mythe, une histoire parfaite... sauf que c'était faux.

Le "cocktail" dopant de Lance Armstrong

LA: Nous avions des substances pour booster l'oxygène dans le sang. C'était incroyablement efficace pour améliorer les performances, en particulier dans les sports d'endurance. Et c'était tout ce dont j'avais besoin. Mon "cocktail", si l'on peut dire, était seulement de l'EPO - mais pas beaucoup -, des transfusions et de la testostérone.

Une génération de champions dopés

OW: Vous avez dit qu'il était impossible de gagner sans se doper...
LA: Pas pour (les coureurs de) cette génération. Cela a été démontré. Je n'ai pas inventé cette culture, mais je n'ai rien fait pour l'arrêter. J'ai pris ces décisions, c'est mon erreur, et j'en suis désolé. Et le sport paye aujourd'hui le prix pour cela. Je suis désolé pour cela. (Mais) je n'ai pas eu accès à quelque chose qui n'était pas accessible aux autres.

Lance Armstrong se reconnaît " inexcusable " dans ses attaques

OW: Emma O'Reilly (l'ex-masseuse d'Armstrong) avait révélé pour la cortisone que vous aviez antidaté. Que voulez-vous dire à son propos?
LA: Elle fait partie de ces gens auxquels je dois présenter des excuses. Ces gens que j'ai écrasés, brutalisé.
OW: Au point que vous l'avez poursuivie en justice!
LA: J'ai poursuivi tant de gens (...). Je l'ai contactée et j'ai tenté de faire amende honorable.
OW: David Walsh du Sunday Times, O'Reilly, Betsy Andreu (la femme d'un coéquipier) et tant d'autres: vous avez poursuivi des gens en sachant qu'ils disaient la vérité! Qu'est-ce que ça veut dire?
LA: C'est le comportement d'un mec qui voulait avoir tout ce qu'il voulait et qui voulait tout contrôler. C'est inexcusable. Et quand j'entends des gens dire qu'ils ne me pardonneront jamais, je comprends ça. Vraiment.

"Ce désir impitoyable de gagner"

OW: Qu'est-ce qui vous a poussé à tout risquer?
LA: J'imagine que c'est ce désir impitoyable de gagner. De gagner quoi qu'il en coûte. Cela m'a bien servi sur le vélo. Cela m'a bien servi pendant la maladie. (...) Cette défiance, ce comportement, cette arrogance, on ne le peut le nier.

Clément Daniez

Après plus d'une douzaine d'années de dénégations, Lance Armstrong a reconnu publiquement son dopage jeudi soir à la télévision. L'interview, menée par Oprah Winfrey, célèbre présentatrice américaine, s'est déroulée dans le décor sobre d'une chambre d'hôtel d'Austin, la ville où réside le Texan. Le vainqueur déchu de sept Tours de France a admis s'être dopé tout au long de sa carrière, avec de l'EPO, de la testostérone et des transfusions sanguines. La raison? "J'avais un désir impitoyable de gagner". Extraits.Yes, yes, yes, yes : les aveuxOprah Winfrey: Oui ou non avez-vous pris des substances illicites pour améliorer vos performances? Lance Armstrong: Oui. OW: Oui ou non, l'une de ces substances illicites était l'EPO? LA: Oui. OW: Avez-vous déjà pratiqué le dopage sanguin ou eu recours aux transfusions sanguines pour améliorer vos performances sur un vélo? LA: Oui. OW: Avez-vous déjà eu recours à d'autres substances illicites comme de la testotérone, de la cortisone ou de l'hormone de croissance ? LA: Oui. OW. Oui ou non, avez-vous pris des substances illicites ou pratiqué le dopage sanguin lors de vos sept Tours de France? LA: Oui. OW: Etait-il possible de remporter le Tour de France sans dopage sept fois d'affilée? LA: Mon opinion est que non. OW: Quand avez-vous commencé à vous doper? LA: Au début de ma carrière, il y avait déjà la cortisone et la génération EPO a débuté. OW: Et pour vous? LA: Au milieu des années 90.Armstrong n'explique pas vraiment ce qui le pousse à avouerOW: Vous avez nié toute votre carrière. Pourquoi avouer maintenant? LA: Je vais commencer par répondre que c'est trop tard pour la plupart des gens. Je vois les choses comme un gros mensonge que j'ai répété à de nombreuses reprises. (...) Et j'ai vécu tout cet enchaînement (les témoignages s'accumulant contre lui et les sanctions de l'Agence américaine anti-dopage, NDLR), spécialement les deux dernières années, les six derniers mois. (...) La vérité n'était pas ce que je disais et maintenant c'est terminé. (...) Je me disais: tu as vaincu la maladie, tu as remporté sept fois le Tour de France, tu vis un mariage heureux, tu as des enfants. C'était un mythe, une histoire parfaite... sauf que c'était faux.Le "cocktail" dopant de Lance ArmstrongLA: Nous avions des substances pour booster l'oxygène dans le sang. C'était incroyablement efficace pour améliorer les performances, en particulier dans les sports d'endurance. Et c'était tout ce dont j'avais besoin. Mon "cocktail", si l'on peut dire, était seulement de l'EPO - mais pas beaucoup -, des transfusions et de la testostérone.Une génération de champions dopésOW: Vous avez dit qu'il était impossible de gagner sans se doper... LA: Pas pour (les coureurs de) cette génération. Cela a été démontré. Je n'ai pas inventé cette culture, mais je n'ai rien fait pour l'arrêter. J'ai pris ces décisions, c'est mon erreur, et j'en suis désolé. Et le sport paye aujourd'hui le prix pour cela. Je suis désolé pour cela. (Mais) je n'ai pas eu accès à quelque chose qui n'était pas accessible aux autres.Lance Armstrong se reconnaît " inexcusable " dans ses attaquesOW: Emma O'Reilly (l'ex-masseuse d'Armstrong) avait révélé pour la cortisone que vous aviez antidaté. Que voulez-vous dire à son propos? LA: Elle fait partie de ces gens auxquels je dois présenter des excuses. Ces gens que j'ai écrasés, brutalisé. OW: Au point que vous l'avez poursuivie en justice! LA: J'ai poursuivi tant de gens (...). Je l'ai contactée et j'ai tenté de faire amende honorable. OW: David Walsh du Sunday Times, O'Reilly, Betsy Andreu (la femme d'un coéquipier) et tant d'autres: vous avez poursuivi des gens en sachant qu'ils disaient la vérité! Qu'est-ce que ça veut dire? LA: C'est le comportement d'un mec qui voulait avoir tout ce qu'il voulait et qui voulait tout contrôler. C'est inexcusable. Et quand j'entends des gens dire qu'ils ne me pardonneront jamais, je comprends ça. Vraiment."Ce désir impitoyable de gagner"OW: Qu'est-ce qui vous a poussé à tout risquer? LA: J'imagine que c'est ce désir impitoyable de gagner. De gagner quoi qu'il en coûte. Cela m'a bien servi sur le vélo. Cela m'a bien servi pendant la maladie. (...) Cette défiance, ce comportement, cette arrogance, on ne le peut le nier.Clément Daniez