A l'inverse du coureur américain, Bruyneel, 48 ans, entend se défendre devant l'USADA. Le coureur David Zabriskie a témoigné que c'est Bruyneel qui lui a appris le dopage. "J'étais effrayé des conséquences physiques, mais Bruyneel m'a rassuré. 'L'EPO n'est pas dangereux. Tout le monde le sait'", a déclaré Zabriskie. Levi Leipheimer, George Hincapie et Christian Vande Velde ont témoigné que Bruyneel était présent lors des transfusions et parfois donnait lui-même le dopage aux coureurs. "Il connaissait les détails concernant les transfusions sanguines juste avant les grands tours. Il savait quand les coureurs devaient prendre l'EPO afin de booster leur flux sanguin après une transfusion." Tyler Hamilton, Floyd Landis et David Zabriskie ont témoigné qu'aussi bien le docteur Ferrari que Bruyneel conseillaient l'usage de patches de testostérone, car ils étaient pratiquement indécelables. Selon certaines déclarations, Bruyneel aurait aussi eu des contacts afin de savoir quand un contrôle aurait lieu." (LEON NEAL)

A l'inverse du coureur américain, Bruyneel, 48 ans, entend se défendre devant l'USADA. Le coureur David Zabriskie a témoigné que c'est Bruyneel qui lui a appris le dopage. "J'étais effrayé des conséquences physiques, mais Bruyneel m'a rassuré. 'L'EPO n'est pas dangereux. Tout le monde le sait'", a déclaré Zabriskie. Levi Leipheimer, George Hincapie et Christian Vande Velde ont témoigné que Bruyneel était présent lors des transfusions et parfois donnait lui-même le dopage aux coureurs. "Il connaissait les détails concernant les transfusions sanguines juste avant les grands tours. Il savait quand les coureurs devaient prendre l'EPO afin de booster leur flux sanguin après une transfusion." Tyler Hamilton, Floyd Landis et David Zabriskie ont témoigné qu'aussi bien le docteur Ferrari que Bruyneel conseillaient l'usage de patches de testostérone, car ils étaient pratiquement indécelables. Selon certaines déclarations, Bruyneel aurait aussi eu des contacts afin de savoir quand un contrôle aurait lieu." (LEON NEAL)