"Quand j'entends et vois l'écho qu'ont eu dans notre pays les résultats des équipes nationales dames et messieurs, nous devons pouvoir profiter de cet engouement pour attirer plus de gens vers le volley", a estimé Baeyens. "Le top-8 n'était pas seulement notre objectif. Cela aurait signifié que nous avions disputé un très bon Euro. D'ici deux, trois jours, tout le monde tirera les conclusions. Regardes qui nous laissons derrière nous avec notre septième place: la Pologne, la Turquie, la Slovénie, la Finlande... Je trouve aussi que nous faisons actuellement partie du top-8 en Europe. Et c'est certainement un pas en avant. Le top-8 à un Euro doit dorénavant être notre norme, sans nous y accrocher." Dominique Bayens voit l'avenir de l'équipe nationale de manière optimiste. "Lecat et Rousseaux sont proches du niveau actuel de cette équipe. Dans les sélections de jeunes, on trouve aussi des joueurs de talent, qui peuvent rejoindre l'équipe nationale. La seule place où nous pouvons avoir des problèmes, c'est au niveau du passeur. Avec Frank Depestele et Tim Verschueren, nous sommes bons pour une année ou deux, mais nous avons besoin de renforts à moyen-terme." (Belga)

"Quand j'entends et vois l'écho qu'ont eu dans notre pays les résultats des équipes nationales dames et messieurs, nous devons pouvoir profiter de cet engouement pour attirer plus de gens vers le volley", a estimé Baeyens. "Le top-8 n'était pas seulement notre objectif. Cela aurait signifié que nous avions disputé un très bon Euro. D'ici deux, trois jours, tout le monde tirera les conclusions. Regardes qui nous laissons derrière nous avec notre septième place: la Pologne, la Turquie, la Slovénie, la Finlande... Je trouve aussi que nous faisons actuellement partie du top-8 en Europe. Et c'est certainement un pas en avant. Le top-8 à un Euro doit dorénavant être notre norme, sans nous y accrocher." Dominique Bayens voit l'avenir de l'équipe nationale de manière optimiste. "Lecat et Rousseaux sont proches du niveau actuel de cette équipe. Dans les sélections de jeunes, on trouve aussi des joueurs de talent, qui peuvent rejoindre l'équipe nationale. La seule place où nous pouvons avoir des problèmes, c'est au niveau du passeur. Avec Frank Depestele et Tim Verschueren, nous sommes bons pour une année ou deux, mais nous avons besoin de renforts à moyen-terme." (Belga)