Le Brussels est né de la fusion en 2002 du RWD Molenbeek et du KFC Strombeek. Après dix saisons, un changement de nom est autorisé par les statuts de l'Union belge (URBSFA). De 2004 à 2008, le club bruxellois a évolué en division 1. Le Racing White Daring Molenbeek était déjà né d'une fusion entre le Racing White et le Daring de Molenbeek. Dix ans auparavant le Racing White était le fruit de la fusion entre le White Star et le Racing Club de Bruxelles. Le Brussels joue à domicile au stade Edmond Machtens à Molenbeek Saint-Jean. Il était utilisé depuis 1920 par le Daring puis par le RWDM. Le président du Brussels Johan Vermeersch a lui-même joué au Daring Molenbeek (1971-1973) et au RWDM (1973-1974 et 1981-1983), la dernière saison comme joueur-entraîneur. Le Brussels vient de boucler la saison 2012-2013 avec 33 points en 34 matches et une 14e place finale. Il a ainsi évité de justesse la relégation. Le club a obtenu en appel sa licence en vue de la saison prochaine. (Belga)

Le Brussels est né de la fusion en 2002 du RWD Molenbeek et du KFC Strombeek. Après dix saisons, un changement de nom est autorisé par les statuts de l'Union belge (URBSFA). De 2004 à 2008, le club bruxellois a évolué en division 1. Le Racing White Daring Molenbeek était déjà né d'une fusion entre le Racing White et le Daring de Molenbeek. Dix ans auparavant le Racing White était le fruit de la fusion entre le White Star et le Racing Club de Bruxelles. Le Brussels joue à domicile au stade Edmond Machtens à Molenbeek Saint-Jean. Il était utilisé depuis 1920 par le Daring puis par le RWDM. Le président du Brussels Johan Vermeersch a lui-même joué au Daring Molenbeek (1971-1973) et au RWDM (1973-1974 et 1981-1983), la dernière saison comme joueur-entraîneur. Le Brussels vient de boucler la saison 2012-2013 avec 33 points en 34 matches et une 14e place finale. Il a ainsi évité de justesse la relégation. Le club a obtenu en appel sa licence en vue de la saison prochaine. (Belga)