Le débat a été relancé récemment par l'Equipe Magazine. Des chaînes de télévision planchent sur une nouveauté : diffuser des matches sans commentaires, ce qui, en principe, devrait permettre aux téléspectateurs de mieux vivre l'ambiance qui règne dans les stades.

De premiers essais n'ont pas été couronnés de succès mais l'idée continue son chemin. Comme l'Equipe Magazine le rappelle, des chaînes profitent parfois des matches pour faire la promo de leurs autres programmes. Il arrive que des commentateurs incitent les téléspectateurs à surfer sur des sites de paris sportifs. Les journalistes sont aussi chargés de donner vie à des matches médiocres : les fanas du petit écran zapperaient vite en cas d'absence de commentaires.

Toujours est-il que le blabla excessif (sans oublier les tweeters diffusés sur l'écran durant les matches) est désormais au centre de la cible. Ainsi, Canal + Sport travaille désormais avec un seul journaliste, sans consultant, à pied d'oeuvre lors de matches de championnats étrangers.

En Allemagne, un peu comme Arsène Vaillant autrefois chez nous, les reporters ont opté pour la simplicité, citent les noms des joueurs et ne hurlent pas sans cesse. Le temps du football muet n'est pas arrivé mais le blabla inutile, les interventions envahissantes et assourdissantes d'une trop grande horde de consultants et leur brouhaha dans tous les médias (électroniques, papier) ont écopé d'une carte jaune : silence, les footballeurs jouent...

Le débat a été relancé récemment par l'Equipe Magazine. Des chaînes de télévision planchent sur une nouveauté : diffuser des matches sans commentaires, ce qui, en principe, devrait permettre aux téléspectateurs de mieux vivre l'ambiance qui règne dans les stades. De premiers essais n'ont pas été couronnés de succès mais l'idée continue son chemin. Comme l'Equipe Magazine le rappelle, des chaînes profitent parfois des matches pour faire la promo de leurs autres programmes. Il arrive que des commentateurs incitent les téléspectateurs à surfer sur des sites de paris sportifs. Les journalistes sont aussi chargés de donner vie à des matches médiocres : les fanas du petit écran zapperaient vite en cas d'absence de commentaires. Toujours est-il que le blabla excessif (sans oublier les tweeters diffusés sur l'écran durant les matches) est désormais au centre de la cible. Ainsi, Canal + Sport travaille désormais avec un seul journaliste, sans consultant, à pied d'oeuvre lors de matches de championnats étrangers. En Allemagne, un peu comme Arsène Vaillant autrefois chez nous, les reporters ont opté pour la simplicité, citent les noms des joueurs et ne hurlent pas sans cesse. Le temps du football muet n'est pas arrivé mais le blabla inutile, les interventions envahissantes et assourdissantes d'une trop grande horde de consultants et leur brouhaha dans tous les médias (électroniques, papier) ont écopé d'une carte jaune : silence, les footballeurs jouent...