Par Jacques Sys

Il nous a parlé de ses projets pendant deux heures. Il a parlé de football attaquant, il ne voulait pas se fixer sur un concept en particulier, non, il voulait tout bien analyser et faire les bons choix. Et, il fallait surtout que chacun pense la même chose au même moment. Il était convaincant. Il réfutait résolument les remarques sur son manque d'expérience. Il estimait que les jeunes entraîneurs ressentent mieux l'atmosphère au sein d'un groupe.

C'est ce que Marc Wilmots a fait. Il a profité de la structure apportée par Dick Advocaat dans l'équipe, mais surtout de l'ambition énorme nourrie par cette génération menée par Vincent Kompany. Les Diables Rouges ont effectué un parcours fabuleux sous la houlette de Marc Wilmots. Et le match de vendredi dernier à Glasgow a montré que ce club baigne dans l'opulence : l'absence de Kompany et Hasard a été palliée sans aucun problème, Van Buyten et Defour se sont adaptés parfaitement. La Belgique a maîtrisé la rencontre de la première à la dernière minute sans spectacle tourbillonnant, mais grâce à un football très efficace et significatif de la progression de cette équipe.

Marc Wilmots a acquis le statut d'entraîneur d'élite en un an de temps. Lui qui n'a pas réussi à marquer son empreinte à Schalke 04 et à Saint-Trond, a beaucoup appris pendant la période où il a assisté Dick Advocaat. Le Néerlandais a mis fin à l'anarchie et a réveillé le club. Marc Wilmots pense encore souvent à Advocaat et ne s'attribuera jamais les prestations réalisées à présent. Cependant, il tente de contrôler tout l'événement, jusqu'aux médias. Il faut qu'il fasse attention à ne pas tomber dans l'excès. Nous sommes curieux de voir son attitude lors du Championnat du monde. Wilmots est doté d'une équipe toujours meilleure et qui rêve davantage que d'atteindre le second tour et de joueurs en plein développement découvrant leurs possibilités à l'étranger. Et ils se présentent comme une unité indivisible. Comme sur le terrain. Lorsqu'il y a quelques mois, Marc Wilmots a visité la rédaction de Sport/Footmagazine, il a constaté avec satisfaction que les rédactions de l'édition néerlandophone et francophone sont installées côte à côte pour travailler ensemble à un produit. "Voilà qui est bien" a-t-il dit. C'est le chemin qu'il a parcouru avec l'équipe nationale. Il n'est plus question depuis longtemps de tensions communautaires.

Par Jacques SysIl nous a parlé de ses projets pendant deux heures. Il a parlé de football attaquant, il ne voulait pas se fixer sur un concept en particulier, non, il voulait tout bien analyser et faire les bons choix. Et, il fallait surtout que chacun pense la même chose au même moment. Il était convaincant. Il réfutait résolument les remarques sur son manque d'expérience. Il estimait que les jeunes entraîneurs ressentent mieux l'atmosphère au sein d'un groupe. C'est ce que Marc Wilmots a fait. Il a profité de la structure apportée par Dick Advocaat dans l'équipe, mais surtout de l'ambition énorme nourrie par cette génération menée par Vincent Kompany. Les Diables Rouges ont effectué un parcours fabuleux sous la houlette de Marc Wilmots. Et le match de vendredi dernier à Glasgow a montré que ce club baigne dans l'opulence : l'absence de Kompany et Hasard a été palliée sans aucun problème, Van Buyten et Defour se sont adaptés parfaitement. La Belgique a maîtrisé la rencontre de la première à la dernière minute sans spectacle tourbillonnant, mais grâce à un football très efficace et significatif de la progression de cette équipe. Marc Wilmots a acquis le statut d'entraîneur d'élite en un an de temps. Lui qui n'a pas réussi à marquer son empreinte à Schalke 04 et à Saint-Trond, a beaucoup appris pendant la période où il a assisté Dick Advocaat. Le Néerlandais a mis fin à l'anarchie et a réveillé le club. Marc Wilmots pense encore souvent à Advocaat et ne s'attribuera jamais les prestations réalisées à présent. Cependant, il tente de contrôler tout l'événement, jusqu'aux médias. Il faut qu'il fasse attention à ne pas tomber dans l'excès. Nous sommes curieux de voir son attitude lors du Championnat du monde. Wilmots est doté d'une équipe toujours meilleure et qui rêve davantage que d'atteindre le second tour et de joueurs en plein développement découvrant leurs possibilités à l'étranger. Et ils se présentent comme une unité indivisible. Comme sur le terrain. Lorsqu'il y a quelques mois, Marc Wilmots a visité la rédaction de Sport/Footmagazine, il a constaté avec satisfaction que les rédactions de l'édition néerlandophone et francophone sont installées côte à côte pour travailler ensemble à un produit. "Voilà qui est bien" a-t-il dit. C'est le chemin qu'il a parcouru avec l'équipe nationale. Il n'est plus question depuis longtemps de tensions communautaires.