Comme beaucoup d'autres, j'ai été époustouflé par les récentes performances d'Anthony Vanden Borre, avec le Racing Genk, contre le Club Bruges et Chelsea. Quand l'ex-Anderlechtois joue à ce niveau, il n'y a pas meilleur que lui au poste de back droit dans le foot belge.

Il en avait d'ailleurs donné un aperçu, dans le passé, en jouant un match exceptionnel à cette place face à l'Espagne, au Heysel, voici deux ans. Les Diables Rouges avaient, certes, été battus 1-2 à cette occasion mais, en guise de consolation, René Vandereycken avait au moins découvert un arrière latéral prometteur et bon pour le service durant pas mal d'années.

Depuis, malheureusement, le garçon a erré. Avec lui, c'est souvent tout ou rien. A sa décharge, il faut dire qu'il a été ballotté à pas mal de places. Comme samedi passé encore, lorsqu'il a officié dans l'entrejeu des Limbourgeois face à Courtrai. J'ose espérer pour lui qu'à l'occasion des matches amicaux contre la Roumanie et la France, il saisira pleinement sa chance et que l'épineux problème du back droit sera enfin résolu en équipe nationale. Il ne resterait alors plus qu'à trouver une solution à gauche.

Vermaelen et Kompany dans l'axe

L'agréable surprise du week-end dernier aura été le retour, agrémenté d'un but, de Thomas Vermaelen à Arsenal. Après deux ans de galère, sa présence ne peut qu'être bénéfique aux Gunners ainsi qu'aux Diables.

Car je persiste à dire que la meilleure paire, en défense centrale, est formée du Londonien et du Mancunien Vincent Kompany.

Propos recueillis par Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Comme beaucoup d'autres, j'ai été époustouflé par les récentes performances d'Anthony Vanden Borre, avec le Racing Genk, contre le Club Bruges et Chelsea. Quand l'ex-Anderlechtois joue à ce niveau, il n'y a pas meilleur que lui au poste de back droit dans le foot belge. Il en avait d'ailleurs donné un aperçu, dans le passé, en jouant un match exceptionnel à cette place face à l'Espagne, au Heysel, voici deux ans. Les Diables Rouges avaient, certes, été battus 1-2 à cette occasion mais, en guise de consolation, René Vandereycken avait au moins découvert un arrière latéral prometteur et bon pour le service durant pas mal d'années. Depuis, malheureusement, le garçon a erré. Avec lui, c'est souvent tout ou rien. A sa décharge, il faut dire qu'il a été ballotté à pas mal de places. Comme samedi passé encore, lorsqu'il a officié dans l'entrejeu des Limbourgeois face à Courtrai. J'ose espérer pour lui qu'à l'occasion des matches amicaux contre la Roumanie et la France, il saisira pleinement sa chance et que l'épineux problème du back droit sera enfin résolu en équipe nationale. Il ne resterait alors plus qu'à trouver une solution à gauche. Vermaelen et Kompany dans l'axe L'agréable surprise du week-end dernier aura été le retour, agrémenté d'un but, de Thomas Vermaelen à Arsenal. Après deux ans de galère, sa présence ne peut qu'être bénéfique aux Gunners ainsi qu'aux Diables. Car je persiste à dire que la meilleure paire, en défense centrale, est formée du Londonien et du Mancunien Vincent Kompany. Propos recueillis par Bruno Govers, Sport/Foot Magazine