Par Stéphane Vande Velde

1. Il y a des résultats

On avait commencé à se montrer impatient avec cette génération dorée. A chaque rencontre, il lui manquait un petit quelque chose pour forger des résultats. Depuis le début des éliminatoires, elle répond enfin présent. Avec 10 points sur 12, les Diables Rouges ont enfin réussi leur départ dans une campagne éliminatoire.

2. Il y a un banc
Laisser Kevin Mirallas, en pleine forme avec Everton, et Eden Hazard, le plus grand talent belge, sur le banc démontre la profondeur de ce groupe. Sans parler de Simon Mignolet, qui réussit un très bon début de saison avec Sunderland. On n'a même pas remarqué que Marouane Fellaini et Romelu Lukaku étaient blessés. Jamais la Belgique n'a disposé d'un noyau aussi talentueux.

3. Même les postes délicats ont trouvé preneurs
Cela fait quelques années que la Belgique sait qu'elle dispose d'un grand nombre de talents en défense centrale et dans l'entrejeu. Pourtant, le poste d'avant-centre, celui de back gauche et celui de back droit étaient pointés du doigt. Lors de ces deux rencontres, on a enfin trouvé un attaquant. Christian Benteke a pesé sur les défenses et a inscrit deux buts. Il a montré aussi de bons automatismes avec les médians. A gauche, Jan Vertonghen monte en puissance. Certes, on le voit encore mis en difficulté en zone défensive mais son apport offensif est crucial. Quant à Toby Alderweireld, c'est l'inverse. Défensivement, il est précieux même si son apport offensif est moindre.

4. Thibaut Courtois, meilleur gardien du monde
Autre changement effectué par Marc Wilmots : l'arrivée de Thibaut Courtois dans les buts. Si on pouvait regretter la mise à l'écart de Mignolet, décisif avec les Diables Rouges, on peut aujourd'hui se féliciter du choix de Wilmots. Avec Thibaut Courtois, on tient un gardien de classe mondiale qui a sorti des arrêts grandioses face à la Serbie et à l'Ecosse. Et si la Belgique possédait le futur meilleur gardien du monde ?

5. Ils se sont imposés
Du point de vue individuel, on peut souligner les performances de Courtois, Benteke mais aussi Kevin De Bruyne. Ces trois joueurs ont marqué des points pour la suite des éliminatoires.

6. Un coaching gagnant et performant
Wilmots a réussi 10 points sur 12 et est toujours invaincu en rencontre officielle. Si certains avaient des doutes sur le sélectionneur, tout le monde reconnait aujourd'hui que sa nomination fut une bonne chose. Il maintient une bonne ambiance dans le groupe et sait gérer parfaitement les choses. Il a mis Hazard sur le banc sans que celui-ci ne s'en offusque. De plus, il a parfaitement géré la tactique et les changements contre la Serbie et l'Ecosse.

Stéphane Vande Velde

Par Stéphane Vande Velde1. Il y a des résultatsOn avait commencé à se montrer impatient avec cette génération dorée. A chaque rencontre, il lui manquait un petit quelque chose pour forger des résultats. Depuis le début des éliminatoires, elle répond enfin présent. Avec 10 points sur 12, les Diables Rouges ont enfin réussi leur départ dans une campagne éliminatoire. 2. Il y a un banc Laisser Kevin Mirallas, en pleine forme avec Everton, et Eden Hazard, le plus grand talent belge, sur le banc démontre la profondeur de ce groupe. Sans parler de Simon Mignolet, qui réussit un très bon début de saison avec Sunderland. On n'a même pas remarqué que Marouane Fellaini et Romelu Lukaku étaient blessés. Jamais la Belgique n'a disposé d'un noyau aussi talentueux. 3. Même les postes délicats ont trouvé preneurs Cela fait quelques années que la Belgique sait qu'elle dispose d'un grand nombre de talents en défense centrale et dans l'entrejeu. Pourtant, le poste d'avant-centre, celui de back gauche et celui de back droit étaient pointés du doigt. Lors de ces deux rencontres, on a enfin trouvé un attaquant. Christian Benteke a pesé sur les défenses et a inscrit deux buts. Il a montré aussi de bons automatismes avec les médians. A gauche, Jan Vertonghen monte en puissance. Certes, on le voit encore mis en difficulté en zone défensive mais son apport offensif est crucial. Quant à Toby Alderweireld, c'est l'inverse. Défensivement, il est précieux même si son apport offensif est moindre. 4. Thibaut Courtois, meilleur gardien du monde Autre changement effectué par Marc Wilmots : l'arrivée de Thibaut Courtois dans les buts. Si on pouvait regretter la mise à l'écart de Mignolet, décisif avec les Diables Rouges, on peut aujourd'hui se féliciter du choix de Wilmots. Avec Thibaut Courtois, on tient un gardien de classe mondiale qui a sorti des arrêts grandioses face à la Serbie et à l'Ecosse. Et si la Belgique possédait le futur meilleur gardien du monde ? 5. Ils se sont imposés Du point de vue individuel, on peut souligner les performances de Courtois, Benteke mais aussi Kevin De Bruyne. Ces trois joueurs ont marqué des points pour la suite des éliminatoires. 6. Un coaching gagnant et performant Wilmots a réussi 10 points sur 12 et est toujours invaincu en rencontre officielle. Si certains avaient des doutes sur le sélectionneur, tout le monde reconnait aujourd'hui que sa nomination fut une bonne chose. Il maintient une bonne ambiance dans le groupe et sait gérer parfaitement les choses. Il a mis Hazard sur le banc sans que celui-ci ne s'en offusque. De plus, il a parfaitement géré la tactique et les changements contre la Serbie et l'Ecosse. Stéphane Vande Velde