Vincent Kompany affiche encore une fois son caractère : il sait ce qu'il veut, il refuse que d'autres personnes prennent les décisions à sa place.

Rejouer avec les Diables contre la Macédoine pouvait paraître dangereux après autant de semaines d'indisponibilité, mais ce n'est pas le genre du bonhomme d'agir à la légère. Il a discuté avec le staff médical de l'équipe nationale, et il s'est lancé. Sans tenir compte de l'avis de Manchester City et de son entraîneur. Directement, il a refait un bon match, et quand il s'est aventuré vers l'avant, on a marqué le but décisif.

Maintenant, je peux comprendre la colère de Roberto Mancini qui s'en est pris à Kompany et à Marc Wilmots. A distance, il avait peur de perdre son joueur pour quelques semaines de plus. Cette affaire a jeté un froid sur leur relation. Quand Kompany est sorti du terrain ce week-end après avoir marqué son petit but contre Newcastle, on bien vu qu'il y avait un différend entre les deux hommes. J'imagine que ça ne l'inquiète pas. Il se doute que les jours de Mancini à Manchester sont comptés, qu'il y aura plus que probablement un autre coach dans quelques mois vu l'échec de l'équipe en Ligue des Champions et le retard sur United en championnat.

Propos recueillis par Pierre Danvoye

Vincent Kompany affiche encore une fois son caractère : il sait ce qu'il veut, il refuse que d'autres personnes prennent les décisions à sa place.Rejouer avec les Diables contre la Macédoine pouvait paraître dangereux après autant de semaines d'indisponibilité, mais ce n'est pas le genre du bonhomme d'agir à la légère. Il a discuté avec le staff médical de l'équipe nationale, et il s'est lancé. Sans tenir compte de l'avis de Manchester City et de son entraîneur. Directement, il a refait un bon match, et quand il s'est aventuré vers l'avant, on a marqué le but décisif.Maintenant, je peux comprendre la colère de Roberto Mancini qui s'en est pris à Kompany et à Marc Wilmots. A distance, il avait peur de perdre son joueur pour quelques semaines de plus. Cette affaire a jeté un froid sur leur relation. Quand Kompany est sorti du terrain ce week-end après avoir marqué son petit but contre Newcastle, on bien vu qu'il y avait un différend entre les deux hommes. J'imagine que ça ne l'inquiète pas. Il se doute que les jours de Mancini à Manchester sont comptés, qu'il y aura plus que probablement un autre coach dans quelques mois vu l'échec de l'équipe en Ligue des Champions et le retard sur United en championnat.Propos recueillis par Pierre Danvoye