En 2011, Van Damme avait déclaré ne plus vouloir jouer en équipe nationale confiée à Georges Leekens à l'époque. "Mais, je n'ai jamais tout à fait renoncé", a confié Jelle Van Damme lundi à l'issue du premier entraînement des Diables à Neerpede. "J'ai peut-être été naïf à l'époque, mais je n'ai jamais renoncé définitivement à l'équipe nationale. On a raconté beaucoup de mensonges. Je ne voulais pas arrêter mais juste ne pas être appelé pendant un moment. Si j'avais arrêté définitivement, je ne serais pas là aujourd'hui. Je dois bien reconnaître que je doutais à l'époque de mon rôle en équipe nationale. J'aurais dû aborder certaines affaires d'une autre manière" a ajouté Van Damme. "Mon niveau n'était pas assez élevé l'an dernier pour revendiquer une sélection. Mais sous Rednic, cela va mieux au Standard. Je dois le remercier de m'avoir placé à l'arrière gauche. Mon niveau s'est amélioré systématiquement et je sentais depuis un certain temps que j'étais près d'une sélection. J'ai été repris dans la présélection, mais la concurrence est énorme. Je suis heureux d'être de nouveau là", a conclu le beau-frère de Kim Clijsters. (BRUNO FAHY)

En 2011, Van Damme avait déclaré ne plus vouloir jouer en équipe nationale confiée à Georges Leekens à l'époque. "Mais, je n'ai jamais tout à fait renoncé", a confié Jelle Van Damme lundi à l'issue du premier entraînement des Diables à Neerpede. "J'ai peut-être été naïf à l'époque, mais je n'ai jamais renoncé définitivement à l'équipe nationale. On a raconté beaucoup de mensonges. Je ne voulais pas arrêter mais juste ne pas être appelé pendant un moment. Si j'avais arrêté définitivement, je ne serais pas là aujourd'hui. Je dois bien reconnaître que je doutais à l'époque de mon rôle en équipe nationale. J'aurais dû aborder certaines affaires d'une autre manière" a ajouté Van Damme. "Mon niveau n'était pas assez élevé l'an dernier pour revendiquer une sélection. Mais sous Rednic, cela va mieux au Standard. Je dois le remercier de m'avoir placé à l'arrière gauche. Mon niveau s'est amélioré systématiquement et je sentais depuis un certain temps que j'étais près d'une sélection. J'ai été repris dans la présélection, mais la concurrence est énorme. Je suis heureux d'être de nouveau là", a conclu le beau-frère de Kim Clijsters. (BRUNO FAHY)