Il fallait s'y attendre: la presse flamande (surtout) a démoli Daniel Van Buyten après sa perte de balle qui a permis aux Allemands de marquer le seul but du match contre les Diables Rouges. Dans les médias du nord du pays, des articles destructeurs sont parus, accusant notamment Van Buyten d'être "une garantie de catastrophe" tandis qu'un journal conseille qu'on ferme la frontière avec l'Allemagne, histoire que le géant de Froidchapelle ne quitte plus jamais Munich pour Bruxelles.

Van Buyten a reconnu son erreur mais l'a minimisée en signalant que Marouane Fellaini avait eu tort de lui céder un ballon chaud à l'entrée du rectangle. Une justification qui tient la route. Le joueur d'Everton semble agacé par cette critique et tout indique que la phase cruciale du match a laissé des traces dans le vestiaire des Diables. Malvenu à quelques heures du déplacement déjà capital en Turquie.

Georges Leekens a dit que Van Buyten serait titulaire demain et on ne doute pas que Fellaini soit de nouveau dans l'équipe de base après sa très bonne prestation de vendredi. Déjà mal placés dans la course à l'Euro 2012, les Belges auront besoin d'un mental et d'un collectif forts pour garder des chances de qualification. Si des tensions entre individualités apparaissent dès maintenant, notre mission difficile deviendra vite carrément impossible.

Faut-il pour autant s'accrocher à Van Buyten?

Malgré sa bourde, la onzième sous la casaque des Diables Rouges, Georges Leekens a donc décidé de reconduire Daniel Van Buyten à l'occasion de Tuquie-Belgique demain. A tort ou à raison? On comprendrait que le nouveau sélectionneur tienne au défenseur du Bayern Munich comme à la prunelle de ses yeux s'il n'avait pas de solution de rechange au coeur de la défense. Mais dans ce secteur, la Belgique baigne justement dans l'opulence. Dès lors, pourquoi ne pas privilégier un tandem formé de Vincent Kompany et Thomas Vermaelen? Tous deux évolueraient là à leur meilleure place et, ce qui ne gâte rien, vu leur âge (24 et 25 ans respectivement), ils pourraient vraiment s'inscrire dans la durée en équipe nationale. Cette stabilité-là ne constituerait pas un luxe superflu par les temps qui courent au sein du team Belgique.

Pierre Danvoye et Bruno Govers

Il fallait s'y attendre: la presse flamande (surtout) a démoli Daniel Van Buyten après sa perte de balle qui a permis aux Allemands de marquer le seul but du match contre les Diables Rouges. Dans les médias du nord du pays, des articles destructeurs sont parus, accusant notamment Van Buyten d'être "une garantie de catastrophe" tandis qu'un journal conseille qu'on ferme la frontière avec l'Allemagne, histoire que le géant de Froidchapelle ne quitte plus jamais Munich pour Bruxelles.Van Buyten a reconnu son erreur mais l'a minimisée en signalant que Marouane Fellaini avait eu tort de lui céder un ballon chaud à l'entrée du rectangle. Une justification qui tient la route. Le joueur d'Everton semble agacé par cette critique et tout indique que la phase cruciale du match a laissé des traces dans le vestiaire des Diables. Malvenu à quelques heures du déplacement déjà capital en Turquie. Georges Leekens a dit que Van Buyten serait titulaire demain et on ne doute pas que Fellaini soit de nouveau dans l'équipe de base après sa très bonne prestation de vendredi. Déjà mal placés dans la course à l'Euro 2012, les Belges auront besoin d'un mental et d'un collectif forts pour garder des chances de qualification. Si des tensions entre individualités apparaissent dès maintenant, notre mission difficile deviendra vite carrément impossible. Faut-il pour autant s'accrocher à Van Buyten?Malgré sa bourde, la onzième sous la casaque des Diables Rouges, Georges Leekens a donc décidé de reconduire Daniel Van Buyten à l'occasion de Tuquie-Belgique demain. A tort ou à raison? On comprendrait que le nouveau sélectionneur tienne au défenseur du Bayern Munich comme à la prunelle de ses yeux s'il n'avait pas de solution de rechange au coeur de la défense. Mais dans ce secteur, la Belgique baigne justement dans l'opulence. Dès lors, pourquoi ne pas privilégier un tandem formé de Vincent Kompany et Thomas Vermaelen? Tous deux évolueraient là à leur meilleure place et, ce qui ne gâte rien, vu leur âge (24 et 25 ans respectivement), ils pourraient vraiment s'inscrire dans la durée en équipe nationale. Cette stabilité-là ne constituerait pas un luxe superflu par les temps qui courent au sein du team Belgique. Pierre Danvoye et Bruno Govers